Mécénat

LA BOBINE 11004

Collecte Réussie


| AUDIOVISUEL - CINÉMA
|

11 738,00 €

6 000,00 € demandés

153
Soutiennent
0
Recommandent
1
Suivent
195%

Présentation du projet

MERCI BEAUCOUP

à nos 153 donatrices et donateurs qui nous ont permis de réunir 11 738 euros pour assurer le développement de La Bobine 11004. Merci à chacun d’entre eux pour leur générosité. Arigatô gozaimasu pour votre soutien !

Description du projet

Un plan serré sur les bras et le visage tailladé d’une femme.

Un clap indiquant « Hiroshima, April 5th ».

Une horloge à la vitre cassée, les aiguilles arrêtées sur 8h13.

Ce sont les premiers plans de la Bobine 11004 qui contient dix-neuf minutes de rushes tournés en 16 mm dans des centres médicaux d’Hiroshima et de Nagasaki, quelques mois après les explosions atomiques de 1945.

Comme des naturalistes, les opérateurs enregistrent les traces de la bombe sur les patients que les médecins et infirmières soignent dans ces hôpitaux de fortune. Les salles d'attente sont pleines. Les images sont parfois crues, les plaies encore à vif.

La bobine est muette et en couleurs, en Kodachrome exactement. Le sentiment de proximité que provoquent ces couleurs vives est extrêmement troublant. La singularité des images interroge. Mais à quelle fin ont été filmées ces bobines ? Pourquoi ces images sont en couleurs et sont absentes de notre mémoire collective ? Les négatifs avaient-ils disparu ? Les avait-on dérobés, voire cachés ?

Le film lèvera les secrets de la Bobine 11004 aujourd’hui conservée à Washington, à la cinémathèque des Archives Nationales américaines.

Depuis Hiroshima, le nucléaire est une succession de non-dits et de mensonges, ce film en sera un témoignage.

Retour sur l’histoire

En décembre 1945, une équipe est envoyée par l’armée américaine pour filmer le Japon d’après-guerre et les effets des deux bombes atomiques.

Les opérateurs américains sont rejoints à Tokyo par un Japonais, Akira Mimura qui parle couramment l’anglais et a débuté comme cameraman à Hollywood avant de revenir au Japon en 1934 et travailler pour Akira Kurosawa. Avec ses quatre autres confrères, il a pour mission d’enregistrer tous les effets de la bombe atomique, enregistrer au sens de « constater », documenter.

Les films ne sont pas sonores. Aucune interview de survivant, ni de personnalité, témoin de la catastrophe n’a apparemment été souhaitée.

Juste après le tournage, les bobines sont envoyées aux Etats-Unis pour être développées mais dès leur arrivée, elles sont immédiatement classées « secret défense ». Ces « pièces à conviction », ont été délibérément censurées pendant presque 40 ans car preuves matérielles de l’horreur de la bombe. Pour le gouvernement américain, l’objectif est stratégique : devant l’ampleur des drames il faut cacher la réalité pour rassurer l’opinion publique sur l’énergie nucléaire appelée à « un avenir radieux ».

La date de leur « déclassification » reste floue mais ce qui est sûr c"est que les images ne furent visibles à tout à chacun qu'à la fin des années 70.

Le film

Le film enquête sur l’histoire de ces rushes pour répondre aux questions : pourquoi ces images ? Par qui et comment ont-elles été tournées ? Pourquoi ont-elles été censurées pendant presque 40 ans ?

Pour cela La bobine est explorée et analysée à l’aide de textes courts : extraits de presse, analyses d’historiens, slogans politiques, témoignages de médecins, de victimes, de commanditaires du film ainsi que des membres de l’équipe de tournage.

La mise en page et l’habillage des textes seront réalisés par l’artiste infographiste Anne Caminade. Elle imaginera une typographie propre au film. Ensemble, nous concevrons la mise en scène de l’apparition des écrits : en surimpression à la manière des films tracts, intercalés entre deux plans ou intégrés dans l’image même.

Le film étant muet, la bande son aura une place prépondérante.

Le musicien Olivier Mellano qui a déjà composé la musique de films d’animation et de longs métrages de fiction composera la musique originale. Olivier est un guitariste très rock et j’aimerais qu’il travaille sur des sons actuels peut-être mêlés à ceux d’instruments de musique traditionnelle japonaise comme le biwa (luth).

La bande son nécessite aussi des reconstitutions sonores pour venir redonner vie à certains détails des activités dans l’hôpital. Elle intègre aussi des extraits d’actualités sonores . Au début du film, on entend la prière des pilotes Américains avant le lancement de la bombe. Puis le discours que prononça Truman après la « réussite » de l’explosion et des interviews de médecins et d’hibakusha (les survivants).

A quoi sert l'argent collecté

Si nous lançons une collecte de financement participatif c'est pour vous associer à notre projet artistique !

Grâce à vos dons nous pourrons :

Poursuivre l’enquête autour de la bobine au Japon en cherchant de nouveaux témoignages et en collectant des extraits sonores radiophoniques. Un séjour à Hiroshima et Tokyo nous permettra de rencontrer et d’interviewer des personnes qui apparaissent dans la bobine ou qui peuvent en évoquer le tournage. Et nous ferons appel à des traducteurs japonais.

Expérimenter les intentions graphiques du projet car la forme du film s’appuie sur une relation singulière entre textes et images. Sans voix off ni témoignages filmés, la narration passera par des textes ou des extraits sonores intégrés dans la bande musicale. Ce travail se fera en collaboration étroite avec Anne Caminade, la graphiste. L’idée est d’inventer une typographie propre au film et d’imaginer une mise en scène de l’apparition des écrits. 

Définir l'esprit de la musique originale et choisir avec Olivier Mellano les instruments de musique traditionnelle japonaise qui seront utilisés. Et rechercher des musiciens jouant ces instrumentS japonais.

 

 

 


Montant de l'appel à dons

6 000,00 €

Montant Global

0,00 €

Dépenses

Désignation Montant

TOTAL

TOTAL 0,00 €

Recettes

Désignation Montant

Proarti

Financement participatif proarti 6 000,00 €

TOTAL

TOTAL 6 000,00 €

A l’origine du projet

Je réalise des films mais je suis aussi documentaliste.

L’année dernière, j’ai travaillé sur L’Or Rouge, un documentaire intégralement à base d’archives que j’ai cherchées dans le monde entier. J’ai visionné des centaines d’heures de rushes (ce sont des archives brutes, muettes et non montées) et c’est à ce moment là que je suis tombée sur la Bobine 11004. Je l’ai regardée par hasard alors que je cherchais des images du Premier ministre japonais sauvé par une transfusion.

Ma première surprise fut la couleur des images. Puis l’accumulation de plans fixes, de détails au demeurant insignifiants : l’effet du flash lumineux de la bombe sur un tissu, les taches de sang sur les murs,…

Puis j’ai compris leurs raisons quand j’ai vu les images qui suivaient : les stigmates sur les corps entaillés des survivants, un chirurgien retirer un morceau de verre du bras d’une patiente.

Alors que ces images ne concernant en rien L’Or Rouge, j’ai regardé la totalité des 19 mn d'images et assez vite j’ai su que j’allais en faire un film.

Et j’ai commencé à enquêter sur les raisons du tournage de ces images.

Précisions

Le 6 août 1945, sur les 300 médecins que comptait la ville d’Hiroshima, 270 furent tués ou grièvement blessés.

Initialement, les images des bobines devaient servir pour un film documentaire sur les effets des bombes atomiques distribué aux Etats-Unis par Warner Brown.

«A la fin du tournage, j’étais horrifié. Je pensais que si on ne montrait

pas ces images au monde, personne ne saurait jamais ce qui s’était vraiment passé.»

Ltd McGovern , réalisateur

Contreparties

ALIGATÔ !

pour 10,00 € et +

4 ARTINAUTES

Aligatô (merci en japonais) de la part de toute l'équipe

BRAVO

pour 20,00 € et +

40 ARTINAUTES

+ Votre nom au générique en français et japonais

Aligatô de la part de toute l’équipe

CHOUETTE

pour 50,00 € et +

44 ARTINAUTES

La contrepartie précédente
+ Le dvd du film «La Bobine 11004» dans votre boîte aux lettres

Aligatô de la part de toute l’équipe

SUPER

pour 100,00 € et +

21 ARTINAUTES

Les contreparties précédentes
+ MellaNoisEscape, l’album d’Olivier Mellano (combo vinyle + CD + fichiers numériques)

Aligatô de la part de toute l’équipe

IMPECCABLE

pour 150,00 € et +

6 ARTINAUTES

Les contrepartties précédentes
+ Invitation à l’avant première suivi d’un apéro japonais (Rennes ou Paris)

Aligatô de la part de toute l’équipe

TIP TOP

pour 300,00 € et +

2 ARTINAUTES

Les contreparties précédentes
+ Projection privée à votre domicile et rencontre avec Mirabelle (Rennes ou Paris)

Aligatô de la part de toute l’équipe

RESPECT !

pour 500,00 € et +

5 ARTINAUTES

Les contreparties précédentes
+ Inscription au générique au titre de Mécène

Aligatô de la part de toute l’équipe