Mécénat

"Ventre" - Steve Gagnon / Vincent Goethals à Présence Pasteur
Avignon OFF 2019

Collecte Terminée


| ARTS DE LA SCÈNE
| Metz
| PRODUCTION, DIFFUSION, DÉMOCRATISATION CULTURELLE

1 000,00 €

1 000,00 € demandés

11
Soutiennent
0
Recommandent
0
Suivent
100%

Présentation du projet


Vincent Goethals, ex directeur du Théâtre du Peuple de Bussang, emmène à Avignon cet été une de ses dernières créations : la pièce Ventre du jeune auteur québécois Steve Gagnon. Un tandem fou d'amour dont le discours cru et franc plonge le spectateur au cœur d’une réflexion sur l’infidélité, l’orgueil et l’érosion des sentiments amoureux.


« Cette nuit, le ciel, le noir, le froid, tout ce qui tient au-dessus de nous a été solidaire. Mais ce matin je te redonne mon corps. Pis dans deux minutes, parce qu’on vient de faire l’amour, même si dix mille personnes ont abandonné, même si la terre entière a baissé les bras, parce que nous on vient de faire l’amour, le soleil, il n’aura pas d’autre choix que de se lever. »
Extrait de Ventre, Steve Gagnon


L'HISTOIRE

Un jeune couple au bord de la rupture.

Elle a commis l’irréparable. Lui est en état de choc.

Entre eux, pourtant, la flamme demeure. L’espace d’une nuit, dans le huis-clos d’une chambre dévastée, les deux amants s’interpellent, s’entrechoquent, se répondent. Et lorsque la tristesse, les regrets, la peur et le vide se transforment en une furieuse envie de vivre, leurs deux corps deviennent une terre fertile pour planter une existence menée à grands coups d’audace, loin du confort et de la résignation.

Ventre, c’est un discours amoureux pas banal. Deux acteurs s’interpellent, s’entrechoquent, se répondent.


« Mes mains aiment ton ventre pis les tiennes aiment mon ventre, aiment mes seins pis i’ faut pas marcher très longtemps à partir de mon ventre pour arriver à mes seins. Ça se fait très bien avec tes doigts ce trajet là. »
Extrait de Ventre, Steve Gagnon


NOTE DU METTEUR EN SCÈNE VINCENT GOETHALS

Ventre met à nu deux jeunes adultes entiers et idéalistes, rêvant d’un amour qui en vaut la peine. Ils voudraient se dresser contre tout ce qui plie l’échine, ce qui est mou, convenu et satisfait. N’est-ce pas le propre de la jeunesse que d’être animé par une telle soif d’absolu et de remettre en cause l’ordre établi ? Il serait facile de dire que oui, sauf qu’il faut beaucoup de courage pour s’opposer au rouleau compresseur de la norme et des idées reçues. Ces deux âmes jeunes et ébranlées cherchent moins du sens qu’un sens du sacré. Une envie à laquelle font écho des tirades aux envolées poétiques qui tranchent avec le langage cru et familier de leurs joutes verbales quotidiennes. C’est ce qui fait la force et la singularité de ce texte enflammé.

Steve Gagnon, qui sait si bien jouer de la laideur et de la beauté, de la vilenie et de la poésie, du banal et du sublime, signe ici un manifeste contre la morosité ambiante. Il lance un cri qui ne laisse pas la conscience tranquille.

Jeune dramaturge québecois, mais aussi comédien et metteur en scène, Steve Gagnon nous offre un texte foisonnant, d’une verve débordante, sur l’amour lucide et la volonté de rester vivant. Après La Montagne rouge en 2010, il explore avec Ventre — deuxième volet d’un triptyque sur l’art et la difficulté de devenir adulte — son exploration de la séparation amoureuse.

Sexualité, amour, violence et trahison se mêlent en un discours amoureux hors normes. Les deux personnages disent leurs peurs, leurs angoisses, leurs rêves de jeunes idéalistes épris d’absolu qui doivent désormais faire le deuil de leurs espoirs adolescents.

Au terme de la nuit, les deux jeunes gens feront le pacte de ne jamais baisser les bras, de s’opposer de toutes leurs forces à la tranquillité et à l’usure, de refuser la vieillesse prématurée et la résignation, de cesser d’être des morts-vivants. Un final plein d’espoir, qui sonne comme un appel contre le cynisme et la résignation !


« Ça sert à quoi d’être vivant et d’flotter [...] J’veux pas faire du surplace pendant qu’je suis en vie »
Extrait de Ventre, Steve Gagnon


VINCENT GOETHALS

Le metteur en scène Vincent Goethals s’attache principalement aux auteurs francophones contemporains, notamment québécois, africains, belges. Ses créations, colorées, baroques, cinématographiques, donnent la part belle aux acteurs et aux textes, toujours au service d’un propos pertinent et politique qui reflète les interrogations de notre temps.


Ventre, une pièce de Steve Gagnon

Avec — Clément Gœthals, Julie Sommervogel
Mise en scène et scénographie — Vincent Gœthals
Regard chorégraphique — Louise Hakim
Création lumière — Philippe Catalano
Environnement sonore — Bernard Valléry

La comédienne présente dans le teaser est Lucile Charnier, qui a créé le rôle en 2017 et qui sera remplacée par Julie Sommervogel à partir de mai 2019.

Production : Compagnie Théâtre en Scène. Coproduction : Espace Bernard Marie Koltès de Metz. Avec le soutien de l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole et le Théâtre Ici et là de Mancieulles. Théâtre en Scène est une compagnie conventionnée par la DRAC Grand-Est, la Région Grand-Est et la Ville de Metz.

Ventre a été créé à l’Espace BMK Metz pour l’Interbiennale Koltès les mercredi 15 et jeudi 16 novembre 2017. Il a été joué à l’Auditorium de la Louvière Epinal – ATP Vosges le Jeudi 18 janvier 2018 et à l'espace BMK les 28 et 29 mai 2019.


A quoi sert l'argent collecté

Le  montant de 6000 € nous permettrait de couvrir une partie des frais engagés pour l'exploitation du spectacle à Avignon en complément des subventions et des entrées public que nous espérons.

Avec votre aide, nous espérons que cet Avignon sera réussi et que nous pourrons envisager une tournée en France l'an prochain !

L'association THEATRE EN SCENE percevra l'intégralité de la collecte.


Montant de l'appel à dons

1 000,00 €

Montant Global

69 800,00 €

Dépenses

Désignation Montant

SALAIRES

Equipe artistique et technique 16 278,00 €
Charges 9 352,00 €
SOUS TOTAL 25 630,00 €

FRAIS

Location Salle 18 000,00 €
Transport décor 1 800,00 €
Transport équipe 1 500,00 €
Frais de logement 5 900,00 €
Frais de restauration 7 400,00 €
Administration, communication, billeterie 7 000,00 €
Droits d'auteurs 1 920,00 €
Taxe billeterie 650,00 €
SOUS TOTAL 44 170,00 €

TOTAL

TOTAL 69 800,00 €

Recettes

Désignation Montant

BILLETERIE

Recettes billeterie 18 700,00 €
SOUS TOTAL 18 700,00 €

AIDES & SUBVENTIONS

Fonds AF & C 2 000,00 €
FONPEPS 970,00 €
SPEDIDAM 3 500,00 €
Région Grand Est 28 000,00 €
SOUS TOTAL 34 470,00 €

FONDS PROPRES

Apport compagnie 10 630,00 €
SOUS TOTAL 10 630,00 €

Proarti

Financement participatif proarti 1 000,00 €

TOTAL

TOTAL 64 800,00 €

INTERVIEW DE STEVE GAGNON
Le Devoir - 29 Décembre 2012 - Christian Saint-Pierre


« On dira de la langue de Steve Gagnon qu’elle génère ce souffle vrai qui balaie tout ce qui serait de l’ordre de l’artifice pour éclater dans nos faces “d’oiseaux surpris”. » Sylvie Nicolas


On retrouve dans Ventre la même audace que dans la première pièce de la trilogie, La Montagne rouge (SANG). qui abordait de manière poignante les dommages collatéraux du suicide. Dans Ventre, la même saine impudeur, la même volonté de relier l’intime et le collectif, la relation amoureuse et la relation au monde.

Steve Gagnon : Je trouvais que c’était le temps de faire un spectacle sur l’amour. Ça a l’air quétaine de même, mais je sentais que j’étais prêt à assumer ça. On a beaucoup ironisé sur l’amour. On a été sarcastique ou même cynique. À une époque où on est tellement entouré de morts, où on nous prend si souvent pour moins que ce qu’on est, il me semblait crucial de lancer une sorte d’appel, de redire haut et fort l’importance d’aimer.

Une motivation qui permet à l’auteur d’aborder l’étiolement du désir aussi bien que la culture de masse, le deuil de l’autre et la suprématie des idéaux capitalistes.

Ainsi, les deux personnages sont au coeur d’une crise identitaire, un spectaculaire règlement de comptes qui trouve dans une banale histoire d’infidélité un prodigieux déclencheur. Dissection du sentiment amoureux dans ce qu’il peut avoir de plus grand, de plus beau, mais aussi de plus hideux.


LE PACTE À DEUX

Steve Gagnon : J’avais envie de parler d’un pacte. Dans La montagne rouge (SANG), il y avait un pacte brisé. Cette fois, j’avais envie d’explorer un pacte respecté, un pacte malmené, mais pas rompu. En fin de compte, la pièce, pour moi, c’est l’histoire de la construction de ce pacte. Dans le monde où on est, on ne peut pas être calme, il faut impérativement avoir un esprit de guerriers. Il y a tellement de merde dehors que la meilleure façon de passer au travers, c’est sûrement d’être deux.

Vers la fin de la pièce, le personnage masculin a cette formule qui résume toute la quête du couple :

« Notre sang, faut qu’on fasse le tour du monde avec lui. Faut qu’on lui fasse connaître toute les secrets, toute la nature, les mers, les mots, pis les blessures. Mais. Pas celles d’la solitude, jamais, pus jamais, mais celles de guerre oui par exemple, parce qu’on va lui avoir appris à s’défendre, à croire, pis à s’battre. »


Suivez l'actualité du projet !

  • Quelques photos de la pièce...

    on vous attend à Avignon à partir du 5 juillet, tous les soirs sauf lundis à 20h10, à Présence Pasteur !

  • AVIGNON C'est dans 1 mois !

  • Avant Avignon... Première à Metz !

    La pièce sera jouée à l'Espace Bernard-Marie Koltès - METZ le 28 mai à 18h et le 29 mai à 20h.
    Plus d'infos ici : https://www.facebook.com/events/247828782776598/


    Quelques images des répétitions...

Contreparties

"Un point rose que l'on met sur l'i..."

pour 20,00 € et +

0
ARTINAUTES

1000
DISPONIBLES

Un très grand merci pour votre soutien ! Nous inscrirons votre nom sur notre page facebook.

+ Une carte postale d'Avignon

Un don de 20 € vous coûtera après défiscalisation :
- 6.8€ pour un particulier (défiscalisation de 66%)
- 8€ pour une entreprise (défiscalisation de 60%)

Un bouton de rose

pour 50,00 € et +

1
ARTINAUTE

199
DISPONIBLES

Un très grand merci pour votre soutien ! Nous inscrirons votre nom sur notre page facebook.

+ Une carte postale d'Avignon !

+ Une grande affiche du spectacle dédicacée par l'équipe

Un don de 50 € vous coûtera après défiscalisation :
- 17 € pour un particulier (défiscalisation de 66%)
- 20€ pour une entreprise (défiscalisation de 60%)

Odelette à l'alouette

pour 100,00 € et +

2
ARTINAUTES

48
DISPONIBLES

Un très grand merci pour votre soutien ! Nous inscrirons votre nom sur notre page facebook.

+ Une carte postale d'Avignon !

+ Une grande affiche dédicacée

+ Une invitation pour le spectacle à Avignon (du 5 au 27 juillet)

Un don de 100€ vous coûtera après défiscalisation :
- 34 € pour un particulier (défiscalisation de 66%)
- 40 € pour une entreprise (défiscalisation de 60%)

Ode au Rossignol

pour 200,00 € et +

1
ARTINAUTE

29
DISPONIBLES

Un très grand merci pour votre soutien ! Nous inscrirons votre nom sur notre page facebook.

+ Une carte postale d'Avignon !

+ Une grande affiche dédicacée

+ Deux invitations pour le spectacle à Avignon (du 5 au 27 juillet)

Un don de 200€ vous coûtera après défiscalisation :
- 68€ pour un particulier (défiscalisation de 66%)
- 80€ pour une entreprise (défiscalisation de 60%)

Philtre joyeux

pour 500,00 € et +

0
ARTINAUTES

5
DISPONIBLES

Un très grand merci pour votre soutien ! Nous inscrirons votre nom sur notre page facebook.

+ Une carte postale d'Avignon !

+ Une grande affiche dédicacée

+ Deux invitations pour le spectacle à Avignon (du 5 au 27 juillet)

+ Nous vous invitons à boire un verre avec l'équipe après le spectacle

Un don de 500€ vous coûtera après défiscalisation :
- 170€ pour un particulier (défiscalisation de 66%)
- 200€ pour une entreprise (défiscalisation de 60%)

Ode au Phœnix

pour 1 000,00 € et +

0
ARTINAUTES

1
DISPONIBLES

Un très grand merci pour votre soutien ! Nous inscrirons votre nom sur notre page facebook.

+ Une carte postale d'Avignon !

+ Une grande affiche dédicacée

+ Deux invitations pour le spectacle à Avignon (du 5 au 27 juillet)

+ Nous vous invitons à déjeuner dans notre maison, en compagnie de toute l'équipe, un jour de votre choix

Un don de 1000€ vous coûtera après défiscalisation :
- 340€ pour un particulier (défiscalisation de 66%)
- 400€ pour une entreprise (défiscalisation de 60%)