Mécénat

Tristia
Un court-métrage de fiction d'Adrien Durand


| AUDIOVISUEL - CINÉMA
| PRODUCTION

9 375,00 €

7 160,00 € demandés

9
Soutiennent
0
Recommandent
0
Suivent
130%

Présentation du projet

SYNOPSIS

Un coeur en hiver, Claude Sautet, 1992

Margot, 25 ans, est violoniste professionnelle. Alors qu’elle vient d’échouer une fois de plus au concours d’entrée d’un orchestre, on lui propose de remplacer un violoniste dans un trio. Elle se lie rapidement d’amitié avec Leïla, au violoncelle, et Clément, au piano. Mais peu à peu, des sentiments naissants vont prendre le pas sur leur travail musical.

NOTE D’INTENTION

La Tourneuse de pages, Denis Dercourt, 2006

J’ai depuis longtemps le désir de faire un film dans l’univers de la musique classique, dans lequel j’ai grandi. Dans ma famille tout le monde joue d’un instrument, il y a des professeurs de violon, de piano et de musicologie, et mon père est un mélomane passionné. J’ai suivi un parcours assez classique d’apprentissage du piano au conservatoire, pendant treize ans, entre cours, auditions et examens, jusqu’à l’obtention du Certificat d’études musicales. J’ai également chanté pendant cinq ans dans de nombreuses productions de la Maîtrise des Hauts-de-Seine. Enfin, grâce à une cousine que j’ai vue devenir violoniste professionnelle, je connais bien les coulisses des concours d’orchestre, des festivals, des ensembles de musique de chambre et aussi des bêtabloquants consommés par certains musiciens pour faire face au trac.

J’ai envie de filmer le travail des musiciens, le plus précisément possible, dans une démarche presque documentaire. Et je veux aussi filmer les senFments et le désir qui, peu à peu, contaminent le travail. Comme dans une scène magnifique de piano dans Sonate d’automne de Bergman, alors que les personnages jouent et se regardent jouer, il y a la musique et autre chose. Le trio musical, qui fonctionne bien, glisse vers un trio amoureux, qui lui est impossible. La vie privée et la vie professionnelle s’emmêlent, jusqu’à ce que l’une prenne le pas sur l’autre.

Sonate d'automne, Ingmar Bergman, 1978


A cet égard, la séquence 14 me semble emblématique. Alors qu’ils répètent, les parties de violon et de violoncelle sont en concurrence comme le sont leurs interprètes, Margot et Leïla. De plus, les musiciens échangent beaucoup de regards afin de jouer bien ensemble. Mais cette nécessité technique est aussi un prétexte à d’autres regards : amoureux, désirant, soupçonneux...


J’ai envie d’emmener la caméra près des personnages, de faire un film physique, de corps et de visages, d’être à l’affût du moindre regard, des hésitations, des mensonges.


Ce qui m’intéresse dans les scènes de répétition et de concert, c’est de capter le travail de la musique, et ce qui se joue entre les interprètes. Je ne les filmerai donc pas du point de vue extérieur du public, mais au contraire en adoptant les points de vue des trois musiciens. Il s’agit de saisir les jeux de regards entre eux, d’entendre leur souffle, les sons mécaniques des instruments. Et aussi de saisir la sensualité qui opère entre un musicien et son instrument.


Par conséquent, il est très important pour moi de travailler avec des acteurs qui soient aussi des musiciens. S’ils seront évidemment doublés au son par des professionnels, il n’est pas question de recourir à des « doublures mains ». Je veux pouvoir filmer leurs propres mains, leurs corps en train de jouer - non seulement pour être libre dans mes choix de mise en scène, mais aussi pour qu’ils incarnent entièrement leurs personnages. C’est d’ailleurs cette méthode que Denis Dercourt a utilisé pour son film La tourneuse de pages (2006) qui est une référence importante pour moi.


J’aime beaucoup la musique au cinéma, et d’autant plus quand elle s’intègre à l’histoire. Je ne souhaite donc pas recourir à de la musique extradiégétique. Le film fera principalement entendre des extraits de la pièce de Liszt interprétée par le trio , à différentes étapes de travail : déchiffrage, première répétition, filage, concert... J’ai volontairement choisi une pièce relaFvement peu connue et peu jouée, car éviter les clichés sur le milieu de la musique classique commence par ne pas leur faire interpréter un « tube ». En faisant entendre à plusieurs reprises les mêmes passages, je souhaite rendre sensible le travail de la musique et l’évolution du morceau. D’abord inconnu des spectateurs comme des personnages, il est peu à peu apprivoisé, reconnu, maîtrisé. Dans une moindre mesure, quelques musiques dans un style plutôt pop/électro - que je souhaite originales - retentiront lors des scènes de fête et du studio d’enregistrement. Il me semble intéressant de faire cohabiter, dans le film, la musique classique avec des musiques plus actuelles, comme c’est souvent le cas dans nos vies.


PRESENTATION DU REALISATEUR : ADRIEN DURAND

Autodidacte, Adrien se fait remarquer en 2015 avec son long-métrage auto-produit Après toi, récompensé par un Lions d’Or décerné à l’unanimité par le jury du Lions Club du Plessis Robinson.


À 17 ans, il écrit et réalise Juliette, un court-métrage sélectionné dans plusieurs festivals tels que Génération court, La Bobine d’or, l’International Filmmaker Festival, le Festival du film de l’Ouest, le Festival du film Musical...


Après une classe préparatoire au lycée Lakanal de Sceaux (hypokhâgne, khâgne spécialité Lettres Modernes), et une licence de cinéma, Adrien est actuellement étudiant en master Réalisation et création à l’Université Paris 8.


En 2019, il travaille durant sept mois sur Illusions perdues, le prochain film de Xavier Giannoli, adapté de Balzac et produit par Curiosa Films et Gaumont.


En parallèle de la préparation de Tristia, son court-métrage de fin d’études, il est stagiaire mise-en-scène sur le tournage de Notre Dame Brûle de Jean-Jacques Annaud.

Voici le making-of de Juliette :

TRIO CALLIGRAMME

Isis Larrère, Bénédicte Legrand et Mireille Kovac se sont rencontrées lors de leurs études au Conservatoire Royal de Bruxelles où elles ont toutes trois obtenu un Master dans leur instrument avec Distinction.


Passionnées de musique de chambre elles fondent le trio Calligramme en 2016 et intègrent la formation en Master Spécialisé en musique de chambre au Conservatoire Royal de Bruxelles dans les classes de Guy Danel et Muhiddin Durruoglu.


Les trois musiciennes ont à cœur de créer un programme aux styles et aux caractères éclectiques. Elles s’inspirent de leurs expériences diverses qu’elles mettent en commun pour élaborer leur recherche musicale et artistique.


Entretenant une relation tant amicale que professionnelle, elles s’intéressent particulièrement aux moyens qui permettent la communication musicale au sein du groupe. La mise en place d'une gestuelle et de respirations cohérentes ainsi que la discussion autour de l’interprétation constituent la clé de voûte de leur travail de chambristes.

DÉCOR PRINCIPAL : La Maison des Arts du Plessis Robinson

CONTACT

Si vous avez des questions et souhaitez en savoir plus sur le projet, n'hésitez pas à nous contacter : trio.lefilm@gmail.com

Au plaisir de vous lire !

.

A quoi sert l'argent collecté

Toute l'équipe du film est bénévole. L'argent collecté servira aux frais de tournage (repas et transports, la location de décor et de matériel, les costumes...) ainsi que de post-production (dont notamment l'enregistrement de Tristia par le trio Calligramme).


Objectif de collecte

7 160,00 €

Montant Global

17 460,00 €

Dépenses

Désignation Montant

Pré-production

Transports 300,00 €
Enregistrement du trio 400,00 €
SOUS TOTAL 700,00 €

Post-production

Etalonnage, montage son, disques durs 960,00 €
Création DCP 200,00 €
SOUS TOTAL 1 160,00 €

Tournage

Location matériel technique 5 580,00 €
HMC 500,00 €
Déco et accessoires 800,00 €
Transports 400,00 €
Catering (équipe + figuration) 1 800,00 €
Régie 600,00 €
Agent de sécurité tournage 640,00 €
Charges sociales 280,00 €
Décors 5 000,00 €
SOUS TOTAL 15 600,00 €

TOTAL

TOTAL 17 460,00 €

Recettes

Désignation Montant

Financement acquis

Apport personnel 3 000,00 €
SOUS TOTAL 3 000,00 €

Apports en industrie

Matériel de prise de son 800,00 €
Caméra et objectifs 1 500,00 €
Mise à disposition de décors 5 000,00 €
SOUS TOTAL 7 300,00 €

Proarti

Financement participatif proarti 7 160,00 €

TOTAL

TOTAL 17 460,00 €

Contreparties

MERCI

pour 10,00 € et +

0 ARTINAUTES

Vous participez au film et nous vous en remercions !

LIEN VIMEO

pour 30,00 € et +

0 ARTINAUTES

Merci pour votre soutien ! Vous recevrez par mail un lien privé pour regarder le film en ligne.

Votre don peut être défiscalisé !

Ainsi, un don de 30€ ne vous coûtera en définitive que :

- 10,20€ pour un particulier

- 12€ pour une entreprise

NOM AU GÉNÉRIQUE

pour 50,00 € et +

0 ARTINAUTES

Nous vous remercions pour votre contribution dans le générique du film !

+ un lien pour visionner le film

Votre don peut être défiscalisé !

Ainsi, un don de 50€ ne vous coûtera finalement que :

- 17€ pour un particulier

- 20€ pour une entreprise

DVD

pour 75,00 € et +

1 ARTINAUTE

Vous recevrez un DVD dédicacé du film.

+ votre nom au générique

Votre don peut être défiscalisé !

Ainsi, un don de 75€ ne vous coûtera finalement que :

- 25,50€ pour un particulier

- 30€ pour une entreprise

AVANT-PREMIÈRE

pour 100,00 € et +

0 ARTINAUTES

Vous êtes invités à venir voir le film en avant-première, en présence de l'équipe du film.

+ un DVD dédicacé + votre nom au générique

Votre don peut être défiscalisé !

Ainsi, un don de 100€ ne vous coûtera finalement que :

- 34€ pour un particulier

- 40€ pour une entreprise

AFFICHE

pour 150,00 € et +

0 ARTINAUTES

Recevez une affiche du film imprimée en grand format (84,1x118,9cm).

+ un DVD dédicacé + votre nom au générique + une invitation à l'avant-première

Votre don peut être défiscalisé !

Ainsi, un don de 150€ ne vous coûtera finalement que :

- 51€ pour un particulier

- 60€ pour une entreprise

PARRAIN DU FILM

pour 300,00 € et +

1 ARTINAUTE

Votre soutien est important pour nous ! Votre nom apparaît en priorité au générique, aux côtés des partenaires.

+ un DVD dédicacé + votre nom au générique + une invitation à l'avant-première + une affiche du film grand format

Votre don peut être défiscalisé !

Ainsi, un don de 300€ ne vous coûtera finalement que :

- 102€ pour un particulier

- 120€ pour une entreprise

GRAND MÉCÈNE

pour 1 000,00 € et +

0 ARTINAUTES

Le nom et logo de votre structure apparaissent prioritairement au générique dans la liste des mécènes du film.

+ un DVD dédicacé + votre nom au générique + une invitation à l'avant-première + une affiche du film grand format

Votre don peut être défiscalisé !

Ainsi, un don de 1000€ ne vous coûtera finalement que :

- 340€ pour un particulier

- 400€ pour une entreprise