Mécénat

Projet théâtral Une Iphigénie
projet théâtral et arts de la rue

Collecte Terminée


| ARTS DE LA SCÈNE
|

645,00 €

3 000,00 € demandés

12
Soutiennent
0
Recommandent
0
Suivent
21%

Présentation du projet

Une Iphigénie est un travail de création autour d'auteurs de classique. C’est la première grosse création de la compagnie qui associera les arts de rue, la danse, la vidéo et les arts scéniques.

lien teaser:

Notre collecte se concentre sur le financement de l'étape clé des résidences. Cette étape nous offre la possibilité de sortir des sentiers battus, d'oser, d'expérimenter dans un cadre idéal à la création. C’est aussi pour nous l'occasion de confronter notre travail à un public averti et différent puisqu'à chaque fin de résidence une présentation publique est prévue.

C'est pourquoi aujourd'hui plus que jamais votre soutien nous permettra de réaliser ce projet dans les meilleures conditions.

La compagnie des CriArts existe depuis sept ans. Une Iphigénie est son 8ème projet. Nous voulons à travers cette collecte mieux faire connaître notre travail qui se concentre sur des pièces avec un parti pris et un véritable engagement artistique.


Une Iphigénie

D’après Racine et Euripide

Ecrit et mis en scène par Julie Louart de la Compagnie des Criarts.

Le projet

Une Iphigénie est une adaptation originale de l’œuvre tragique d’Euripide. La compagnie des CriArts a créé un spectacle grandiose et au ton très contemporain où se mêlent le théâtre, la musique, la danse, la jonglerie de feu, et le street-art.

Public(s) ciblé(s) / âges : tout public

Durée du spectacle envisagée : 2h45

Julie Louart, qui dirige la mise en scène, présente son spectacle en quelques mots :

« La compagnie cherche à offrir une autre vision du théâtre, s'affranchir des règles du théâtre classique. Notre ligne directrice est la prise de risque, découvrir ou redécouvrir la vision de l'auteur à travers différents moyens d'expressions et médias (vidéo, cirque, danse, arts plastiques, musique...) : rendre l'âme visible.

Une Iphigénie représente un monde hors du temps, notre premier objectif est de mettre en parallèle le système de castes présent dans la pièce avec le système sociétal actuel et ce gout universel que les gens ont pour le “spectaculaire”. »

De chacune de ses pièces ressort un esprit de découverte artistique, une réflexion sociale, et toujours de nouveaux défis et enjeux. Cette nouvelle pièce, Une Iphigénie, est un projet de grande envergure, où elle prend le parti de la transdisciplinarité. Sur scène, 19 acteurs, danseurs, choristes, et autres jongleurs de feu doivent composer avec une réadaptation libre et moderne des textes classiques.

"Assembler et diriger ces différents arts, en ajoutant des musiques et en tachant de donner un sens très moderne à la tragédie, voilà le genre de défi que j'aime me poser dans mes créations."

La pièce s'intéresse au jugement d’autrui par rapport aux classes sociales. Sans tomber dans un art engagé, moraliste et réducteur, le parti pris est ici de donner une vision de nos sociétés. L'engagement, selon Julie Louart, est plutôt artistique, c'est là que le travail et les choix sont les plus importants. En ce sens, c’est plus une pièce-constat, une pièce critique plutôt qu’une proposition d’autre chose, on cherche à donner une image de lui-même au spectateur.

Une Iphigénie reprend la trame de la tragédie d’Euripide, tout en tissant un parallèle avec le monde actuel. Les personnages, pris dans l'engrenage tragique qui guide leurs destins, font résonner l'angoisse de vide dans un monde tel que le nôtre. En effet, à l'instar des protagonistes d'Une Iphigénie, ne sommes-nous pas soumis à la présence intense des médias, des nouvelles technologies et la recherche du sensationnel ? La pièce invite le spectateur à s'interroger sur la maîtrise de son destin. L'accent est mis dans la mise en scène sur le chant et le corps, de sorte à renouer avec la forme antique de la tragédie. Un chœur prend ainsi le rôle d'Arcas, serviteur d'Agamemnon.

La danse et la musique sont particulièrement présentes tout au long de la pièce. Des danseurs circassiens et des acrobates achèvent de faire de cette pièce un spectacle complet.

Une Iphigénie a été voulue comme un grand péplum, jouant sur une mise en scène spectaculaire. Plus de 19 acteurs, chanteurs, circassiens et capueristes se partagent la scène pour renouveler le genre et le jeu de la tragédie de Racine. Ce faisant, ils lui rendent l'éclat originel du poème tragique d'Euripide. Le spectacle se base sur une mise en scène qui s'inspire du théâtre des origines. Ainsi, la mise en scène tend à adapter son décor et l’espace donné pour former une arène. Le spectateur sera associé au dénouement -c'est lui qui décide de la vie ou de la mort des deux personnages principaux-. Le but est ainsi de renouer avec l'esprit des tragédies antiques comme lieu de réunion de la Cité. Dans le même temps, la mise en scène, et notamment le jeu des acteurs, a pour objectif de réactualiser les enjeux tragiques de l’œuvre de Racine en les adaptant aux questions de notre temps. Les bienfaits et les travers des médias sont ainsi analysés, tandis qu'une réflexion est engagée sur une société ou l’individu juge et vit pour être jugé.

Il est important que le public soit à la fois spectateur et acteur de cette tragédie. Ce dernier sera sollicité lors des cérémonies et sera le seul décideur du dénouement de l'histoire.


Ce dernier aura une place importante dans notre spectacle. Nous souhaitons que le public soit « actif », qu'il puisse se considérer comme des citoyens de Mycènes. Tous les moyens seront bons pour que ce dernier se prenne au jeu sans se sentir agressé ou forcé. Il sera à la fois témoin, acteur et « maître du jeu ». Comme dans un jeu de rôle, ou une émission de télé-réalité, il sera décisionnaire du destin de ces trois « héros », mais pas seulement.

Sans lui, il n'y aura pas de fin.
En effet, tout l'intérêt de notre spectacle étant basé sur le jugement, nous demanderons au public d'être « la voix » qui offrira la vie ou la mort.
Lui et seulement lui pourra offrir ou non la vie à Iphigénie ou Eriphile.

Le lieu

Nous favorisons l'unité de lieu : celui d'une arène.
Celui-ci représente le lieu de l'action, du sacrifice. La place de la fête, du peuple. C'est un espace de rassemblement où toutes les castes sont représentées, l'endroit de tous les dangers et de toutes les libertés.


La mise en scène étant basée sur l'importance du peuple dans cette société : des circassiens, capoeiristes le représenteront et leur présence sera quasi constante..
Tout cela sera orchestré par un Eurybate qui sera la liaison entre les castes, « leur Dieu de la fête ». Eurybate à tête de cheval traînera constamment son char musical afin d'être, comme un “crieur” des temps modernes, toujours d'attaque à la chansonnette ou au buzz.

Annexe : schéma de la structure scénique.

Distribution

Julie Louart (Mise en scène, écriture)

Marion Guénal (Iphigénie)
Camille Danan (Eriphile)
Gunther Vanseveren (Achille)

Nicolas Avinée (Agamemnon)

Juliette Savary (Clytemnestre)

Clara Cirera (Aegine)
Sébastien Ventura (Doris)
Rémy Laquittant (Ulysse)
Nicolas Zanier (Eurybate)

Le chœur représentant le personnage d'Arcas sera formé par 5 comédiennes.
Laura Dallo, Sylvie Beurtheret, Alexandra Branel, Marine Pédeboscq, Océane Marié. La foule (gladiateurs, soldats, peuple...) sera jouée par 5 circassiens (cracheurs de feu,jongleurs) et 1danseur de capoeira.

Contact diffusion: Remora Prod Nathalie Sainseaux / Boris Rodes Marienval

A quoi sert l'argent collecté

 Pourquoi et comment nous aider?

Ces résidences nous offrent la possibilité de confronter notre travail à un public averti et différent, et nous avons été solicités par plusieurs centres de création.

Votre soutien sera ainsi la possibilité pour nous de réaliser ce projet dans les meilleures conditions. 

 

À quoi servira le financement ?

Avec les 3000 euros : 

Les costumes (une partie des costumes sur un total de 3000Euros) : 1700 euros 

C'est à travers les costumes, voire le travestissement que certaines caractéristiques des personnages seront amplifiées.

Un grande importance est donnée à la représentation vestimentaire et physique. 

 

Les Consommables/les artifices/  les moyens techniques (une partie sur 1800 euros):  1300 euros

Gerbes et explosions :  500 euros 

Essences et autres pour circaciens : 300 euros 

 materiél vidéo : 500 euros

 

Si nous dépassons les 3000 euros :

Cela permettra de fincancer une partie de notre scénographie : le char

 

 


Montant de l'appel à dons

3 000,00 €

Montant Global

0,00 €

Dépenses

Désignation Montant

TOTAL

TOTAL 0,00 €

Recettes

Désignation Montant

Proarti

Financement participatif proarti 3 000,00 €

TOTAL

TOTAL 3 000,00 €

Une Iphigénie représente un monde hors du temps, notre premier objectif est de mettre en parallèle le système de castes présent dans la pièce avec le système sociétal actuel et ce gout universel que les gens ont pour le “spectaculaire”.

Nous sommes en perpétuel besoin de “sensationnel” au point d'en oublier parfois nos valeurs.

À travers cette pièce, nous mettons en avant le rapport à l' apparence, ce besoin de montrer notre réussite sociale dans notre société, qui prône le voyeurisme et où il est dur d'échapper au jugement d'autrui.

Nous souhaitons dénoncer une certaine facette de notre système actuel : nous sommes tous les

pions de quelqu'un. Société hiérarchique de «voyeurs» où l'on ne peut échapper au jugement d'autrui.

Nous nous posons la question du “destin” : sommes nous destinés à être et devenir telle ou telle personne, selon notre classe sociale? Sommes nous piégés par notre condition? Jusqu'où l'emprise des croyances sur l'Homme peut-elle le mener ?

Nous avons pour ce fait décidé de mettre l'accent sur les personnages d'Iphigénie, Eriphile et Achille et de suivre le sort qui leur est réservé. Comme les héros d'un péplum, film fantasy ou jeu vidéo, leur destin est manipulé par autrui.

Références: les péplums du XXI ème siècle, Hunger Games de F. Lawrence, Games of Thrones de G.RR Martin, Freaks de T. Browning, Spartacus de S.S DeKnight, Guernica de Picasso

Les costumes et la coiffure :

Un styliste et une coiffeuse travailleront sur l'évolution de la collerette et le style vestimentaire selon le rang social. Passant de l'extrême exubérance à des styles plus modernes et discrets.

C'est à travers les costumes voire le travestissement que certaines caractéristiques des personnages seront amplifiées.

Un grande importance est donnée à la représentation vestimentaire et physique. La caste supérieure cherche à montrer «ses richesses» alors que le peuple cherche à s'identifier par tous les moyens qui lui sont possible.]

Références: Hunger Games , Lady Gaga, Mangas, Tim Burton

Les personnages et la direction d'acteurs :
Les personnages sont clairement soumis au sort, à la fatalité.

La dimension religieuse qui baigne l'oeuvre ne permet aucun doute sur ce fait. Les personnages sont face à la transcendance, au sacré qui les met cruellement à l'épreuve.

Tout d'abord, Calchas l'oracle : un personnage qui obsède l'imagination, une voix off s'exprimant comme un tonnerre pour faire avancer ou pour terroriser les protagonistes.

Références: l'Europe de B.Fontaine et Noir Désir

La musique :

Elle sera en directe, offerte ou exigée à la cité. Celle ci orchestre à la fois l'avancée dramatique de la pièce et le rythme de la vie de la cité. La musique sera composée pour la pièce, venant soit directement du char d'Eurybate soit en façade pour renforcer un élément tragique de la pièce.

Basée sur l'électro, la pop des années 80 et la chanson française.

Références: Brigitte Fontaine, Noir désir, Ramnstein, Tears for fears, Austra, Die Antwoord, Movement, Chromatics,Roskopp...

La vidéo :

Elle sera ici, un moyen de confessions et d'investigations mais aussi de communication.

S'ouvrir à quelque chose tout en étant les témoins de l'intime.

C'est à travers ce média que nous mettrons en parallèle la recherche du spectaculaire de l'époque avec la recherche permanente du «scoop», du “sensationnel” et de l'information d'aujourd'hui.

Nous sommes ici dans la manipulation de l'information ( à travers la personnage d’Agamemnon mais aussi de Clytemnestre) puis de la révélation de la vérité.

Références: Xavier Dolan, Hamlet d'Ostermeier, Elephant de G.V. Sant

Le chant et le corps :
Ils seront omniprésents dans notre mise en scène.

C'est à travers eux que l'on peut exprimer les pensées les plus intimes mais aussi relater des évènements tragiques.

De la danse contemporaine à la capoeira.

Enfin pour ne pas déroger à la tragédie grecque, Arcas (domestique d'Agamemnon) sera représenté par un choeur. Ses interventions seront chorégraphiées sous forme de tableaux.

Références: Pina Baush

Contreparties

Reconnaissance

pour 5,00 € et +

0 ARTINAUTES

Notre reconnaissance éternelle

Merci

pour 10,00 € et +

2 ARTINAUTES

Nous vous offrons une affiche dédicassée

Affiche et photos

pour 25,00 € et +

2 ARTINAUTES

1 affiche dédicassée
2 photos du teaser

Affiche et teaser

pour 50,00 € et +

1 ARTINAUTE

1 affiche dédicassée
2 photos du teaser
1 version numérique du teaser de la pièce

Affiche, teaser et places

pour 90,00 € et +

2 ARTINAUTES

1 affiche dédicassée
2 photos du teaser
2 placespour l'une des representations de sortie de résidence.

Place pour une représentation

pour 130,00 € et +

0 ARTINAUTES

Affiche dédicassée
2 photos du teaser

1 invitation pour l'une desreprésentations de 2016/2017

Séance avec l'équipe

pour 250,00 € et +

0 ARTINAUTES

Affiche dédicassée
2 invitations pour l'une desreprésentations de2016/2017

1 séance avec l'équipe du projet (afin d'assister à une répétition des artistes de rue)