Mécénat
Icon proarti

Les Légendes de la Forêt Viennoise
Pièce populaire en trois parties

Collecte Réussie


| ARTS DE LA SCÈNE
| Île-de-France
| PRODUCTION

2 800,00 €

2 500,00 € demandés

44
Soutiennent
0
Recommandent
0
Suivent
112%

Présentation du projet

LA COMPAGNIE CASSIDY PRESENTE

.

POURQUOI FAIRE UNE DEMANDE DE FINANCEMENT PROARTI ?

Nous sommes une équipe de huit comédiens, un scénographe, une compositrice et une metteuse en scène. Cela fait maintenant un an que nous travaillons sur les Légendes de la Forêt Viennoise et ce texte ne cesse de nous fasciner un peu plus chaque jour. Ecrite en 1931 par Odon Von Horvath, la pièce traite de la montée du fascisme en Autriche, et plus particulièrement de la façon dont il s'insinue doucement dans les esprits et dans les détails de la vie quotidienne. A l'heure où les partis d'extrême droite s'ancrent dans le paysage politique européen, il nous semble important de faire entendre la parole d'Horvath. Son regard acerbe sur la société autrichienne de l'époque fait écho à nos sociétés occidentales actuelles.

"Horváth démasque le nationalisme, le racisme au quotidien, la lâcheté, l’infamie d’une société désemparée par une crise sans précédent. À découvrir d’urgence, aujourd’hui, pour tirer à temps les leçons de l’histoire." Heins Schwarzinger

Notre principale urgence est de financer nos périodes de répétitions (résidence et locations de lieux), ainsi que les premiers éléments d’accessoires et de costumes. Le mécénat est un des moyens d’y parvenir.

La plateforme Proarti ouvre la possibilité de défiscaliser votre don à hauteur de 66% pour les particuliers et de 60% pour les entreprises. Par exemple si vous êtes un particulier, pour 100 euros investis dans le projet et après réduction fiscale, seulement 34 euros vous seront comptabilisés.

Les premières dates seront au Centre PARIS ANIM, Les Halles - Le Marais, les 19 et 20 octobre.

.


RESUME

Nous sommes à Vienne, dans le très chic Huitième arrondissement, juste après la Première Guerre Mondiale. Marianne, la fille du Roi de la Magie (propriétaire du magasin de jouets), doit épouser Oscar, le boucher. Sa vie semble toute tracée ; mais à quelques jours des fiançailles, son chemin croise celui d’Alfred, un jeune voyou. C’est le coup de foudre et ils s’enfuient. On les retrouve un an plus tard. Malgré la naissance d’un enfant, le quotidien et les réalités de la crise les ont rattrapés, broyant la passion première. Après avoir déposé le petit Léopold auprès de sa famille à la campagne, Alfred, sur insistance et chantage de sa mère, quitte Marianne. Celle-ci se retrouve seule, rejetée de tous et contrainte de danser nue dans un cabaret.

Horvath casse l’image d’une Autriche idyllique pour montrer la brutalité individuelle et collective qui se cache derrière une façade d’opérette.

.


L'AUTEUR

Né en 1901 à Fiume, Ödön von Horváth grandit à Budapest avant d’étudier la littérature à Munich. Son premier roman, L’Éternel Petit-Bourgeois, paraît en 1930. En 1931, il rencontre son premier succès : Nuit italienne et Légendes de la forêt viennoise, ses deux pièces majeures, sont montées à Berlin et il reçoit le Prix Kleist. Il quitte l’Allemagne en 1933 pour s’installer à Budapest afin de conserver la nationalité hongroise. C’est à Amsterdam en 1938 qu’il publie Jeunesse sans Dieu, roman qui vise directement le régime nazi et sera très vite traduit en huit langues. Paraît ensuite Un fils de notre temps. Après l’annexion de l’Autriche, Horváth fuit Vienne pour Prague puis Paris : il est tué en 1938 sur les Champs-Élysées, écrasé par la chute d’un arbre au cours d’une tempête.

Ses pièces sont ancrées dans la tradition viennoise d’un théâtre populaire et critique. Critique à la fois dans la dissection du langage et des comportements petit-bourgeois, mais aussi critique politico-sociale où les femmes apparaissent comme victimes et où les dérives du nationalisme entrainent un fascisme ordinaire insidieux et violent.

.


MOT DE LA METTEUSE EN SCENE

Il y a deux ans, j’ai mis en scène la pièce Scènes de chasse en Bavière de Martin Sperr à La Parole Errante, grâce au soutien (entre autres) d’Armand Gatti.

Quelques mois plus tard, j’ai relu les Légendes de la forêt viennoise et ce choix m’est apparu comme une évidence. Il est la continuité parfaite du travail commencé avec Scènes de chasse en Bavière. Les deux histoires se passent après une guerre, en temps de crise et l’avenir y est incertain. C’est comme si chacun des deux textes était au service de l’autre. Ils parlent tous deux du fascisme ordinaire, de la position de l’individu face au groupe, de la difficulté à trouver une place dans un monde qui accepte si peu les singularités. Plusieurs des personnages se font écho d’une pièce à l’autre, Marianne et Tonka, Alfred et Abrahm, Le Capitaine de Cavalerie et Knocherl, la Mère et Barbara, Valérie et Maria…

Les thèmes abordés dans la pièce sont extrêmement actuels. Le premier est la difficulté à trouver sa place dans une société patriarcale dont les codes et les tabous sont profondément ancrés. Marianne fait le choix de ne pas suivre la route qu’on a tracée pour elle et est de ce fait bannie du monde qu’elle a connu. Comme Oscar (l’ex fiancé) le dit dans la pièce : « Oui, elle a payé le prix fort, la pauvre chérie, pour la grande passion de sa vie ».

Le deuxième est le refuge dans la religion et le nationalisme. Par temps de crise on a tendance à revendiquer une appartenance communautaire, parfois jusqu’à l’extrême. Horvath disait : « Je n’ai pas de pays natal et bien entendu je n’en souffre aucunement (...) le concept de patrie, falsifié par le nationalisme, m’est étranger. Ma patrie, c’est le peuple. » préface de Jeunesse sans Dieu.

Le plus fascinant dans la parole d’Horvath est la façon qu’il a de mettre à nu les mécanismes des rapports humains sans jamais tomber dans le manichéisme. Il a écrit que le ressort principal de son théâtre est le combat éternel entre le conscient et l’inconscient. « Dans toutes mes pièces, je n’ai rien embelli, rien enlaidi. J’ai tenté d’affronter sans égards la bêtise et le mensonge ; cette brutalité représente peut-être l’aspect le plus noble de la tâche d’un homme de lettres qui se plaît à croire parfois qu’il écrit pour que les gens se reconnaissent eux-mêmes. »

J’ai choisi de retravailler avec une majeure partie de l’équipe de Scènes de chasse en Bavière. Je souhaite continuer avec eux la recherche d’un langage commun et je réfléchis à la possibilité, plus tard, de faire un diptyque.

Juliette Duret


REPERES SCENOGRAPHIQUES ET COSTUMIERS

La scène sera divisé en deux, à cour « La Wachau » (campagne paysanne), à jardin « Le huitième arrondissement » (quartier extrêmement bourgeois et commerçant de Vienne).

Peu de « décors », quelques accessoires.

De la lumière qui délimite les aires de jeu et structure l’espace scénique. Pour l’essentiel ces lumières sont colorées, soutenues par de grandes images projetées en fond de scène.

Des Gobos projettent au sol des trames graphiques : Ombre des frondaisons (forêt), reflets d’eau (berges du Danube), grille (confessionnal), croisée de fenêtre (chambre meublée).

Le rêve impossible du costumier : des vêtements intemporels. Pourtant, nous partirons des années vingt tout en essayant de faire un pont avec le monde d’aujourd’hui.


PLANNING DE CREATION

REPETITIONS

du 10 février au 5 mars 2017

du 15 septembre au 18 octobre 2017

REPRESENTATIONS

au Centre PARIS ANIM, Les Halles - Le Marais

6 et 8 Place Carrée, 75001 Paris

le 19 à 20h et le 20 à 15h et 20h

Octobre 2017


A quoi sert l'argent collecté

Notre principale urgence est de financer nos périodes de répétitions (résidence et locations de lieux), ainsi que les premiers éléments d’accessoires et de costumes.

Ensuite, si le financement nous le permet, nous pourrons aller au bout de la recherche esthétique voulue par la metteuse en scène, en investissant notamment dans du matériel lumière (achat de projecteurs gobos pour créer des ambiances spécifiques) et en allant plus loin dans le travail des matières et des couleurs pour les costumes. 

Et si jamais nous obtenons davantage, notre idéal absolu sera de pouvoir payer l’équipe sur le temps des représentations.

Avec 2000 euros, nous pourrons financer la résidence ainsi qu’une partie des éléments de jeu (accessoires, décors et une partie des costumes).

Avec 4000 euros, nous pourrons financer le reste des costumes et investir dans du matériel lumière (voir la page inspirations).


Montant de l'appel à dons

2 500,00 €

Montant global

5 000,00 €

Dépenses

Désignation Montant

ACHATS DECOR, ACCESSOIRES, COSTUMES, LUMIERE

Matériel lumière (4 Gobos) 1 000,00 €
Costumes, perruques, maquillage 1 600,00 €
Décor, meubles et accessoires 700,00 €
SOUS TOTAL 3 300,00 €

AUTRES CHARGES

Droits d'auteurs 200,00 €
SOUS TOTAL 200,00 €

COMMUNICATION

Dossiers de presse 100,00 €
Affiches 100,00 €
Photos 200,00 €
SOUS TOTAL 400,00 €

RESIDENCE DE CREATION

Défraiements 700,00 €
Déplacements 300,00 €
SOUS TOTAL 1 000,00 €

SERVICES EXTERIEURS

Assurance 100,00 €
SOUS TOTAL 100,00 €

TOTAL

TOTAL 5 000,00 €

Recettes

Désignation Montant

RECETTES DE SPECTACLE

Billetterie 1 000,00 €
SOUS TOTAL 1 000,00 €

Proarti

Financement participatif proarti 2 500,00 €

TOTAL

TOTAL 3 500,00 €

Recommander Suivre

Contreparties

Merci infiniment !

pour 5,00 € et +

1 ARTINAUTE

Pour 5 euros et plus : Un immense merci!

Une affiche

pour 20,00 € et +

5 ARTINAUTES

Pour 20 euros et plus : Une affiche du spectacle dédicacée par toute l'équipe

Une photo

pour 40,00 € et +

7 ARTINAUTES

Pour 40 euros et plus : Une photo imprimée format 21x31 à choisir parmi la série effectuée avec les comédiens par le photographe Adrien Feuillet (exemple de photos se trouvant dans l’onglet «équipe»)

Une affiche et une photo

pour 60,00 € et +

2 ARTINAUTES

Pour 60 euros et plus : Une affiche du spectacle dédicacée par toute l'équipe + une photo imprimée format 21x31 à choisir parmi la série effectuée avec les comédiens par le photographe Adrien Feuillet (exemple de photos se trouvant dans l’onglet «équipe»)

Une invitation pour une personne

pour 100,00 € et +

4
ARTINAUTES

26
DISPONIBLES

Pour 100 euros et plus : Une affiche du spectacle dédicacée par toute l'équipe + une photo imprimée format 21x31 à choisir parmi la série effectuée avec les comédiens par le photographe Adrien Feuillet (exemple de photos se trouvant dans l’onglet «équipe») + votre nom dans la liste des donateurs du spectacle + une invitation pour une personnes au spectacle le 19 ou le 20 octobre 2017 (pour un don avant le 20 octobre et dans la limite des places disponibles)

Une invitation pour deux personnes

pour 200,00 € et +

1
ARTINAUTE

19
DISPONIBLES

Pour 200 euros et plus : Une affiche du spectacle dédicacée par toute l'équipe + une photo imprimée format 21x31 à choisir parmi la série effectuée avec les comédiens par le photographe Adrien Feuillet (exemple de photos se trouvant dans l’onglet «équipe») + votre nom dans la liste des donateurs du spectacle + une invitation pour deux personnes au spectacle le 19 ou le 20 octobre 2017 (pour un don avant le 20 octobre et dans la limite des places disponibles)

Un cours de valse

pour 500,00 € et +

0
ARTINAUTES

10
DISPONIBLES

Pour 500 euros et plus : Une affiche du spectacle dédicacée par toute l'équipe + une photo imprimée format 21x31 à choisir parmi la série effectuée avec les comédiens par le photographe Adrien Feuillet (exemple de photos se trouvant dans l’onglet «équipe») + votre nom dans la liste des donateurs du spectacle + une invitation pour deux personnes au spectacle le 19 ou le 20 octobre 2017 (pour un don avant le 20 octobre et dans la limite des places disponibles)+ un cours particulier de valse pour deux personnes