Mécénat
Icon proarti

Les bienfaisants
Jouer en Avignon

Collecte Réussie


| ARTS DE LA SCÈNE
|

5 500,00 €

5 123,00 € demandés

41
Soutiennent
0
Recommandent
0
Suivent
107%

Présentation du projet

Le Projet... Sa vie, sa création, son futur...

Les Bienfaisants est la cinquième production de la compagnie "Qui Porte Quoi?".

Il s'agit d'une pièce de Raphaël Thet et mise en scène par Gaëlle Bourgeois. Les Bienfaisants reprend la thématique des voyages solidaires, des coulisses du théâtre et de la différence.

Nous travaillons sur ce projet depuis presque 3 ans maintenant. Nous sommes toujours à la recherche de nouveautés pour améliorer le spectacle à chaque nouvelle représentation. Cet été nous accueillons un nouveau comédien et nous voulons profiter de cette nouvelle phase de répétitions pour travailler plus précisémment les changements de costumes. Nous allons aussi simplifier la mise en place du décor et chercher à être davantage près du texte, le plus juste possible.

Le spectacle a été créé en février 2014 au Théâtre de Verre. Nous l'avons joué dans la foulée au festival Au Féminin, au Lavoir Moderne Parisien. En novembre 2014, nous avons joué au centre d'animation Le Point du Jour et un an plus tard, en novembre 2015, au Théâtre de l'Opprimé pendant 2 semaines.

Avignon va nous permettre de montrer le spectacle au public ainsi qu'à des programmateurs, et nous espérons pouvoir être acceuillis dans de nouveaux lieux à la suite du festival.

Notre but est d'amener Les Bienfaisants devant un public le plus nombreux possible.

Vous pourrez voir le spectacle au Théâtre le Grand Pavois, entre le 7 et le 30 juillet 2016 au Festival d'Avignon, tous les jours à 12h.

L'Appel à don

Cette collecte proarti, c’est la dernière ligne droite ! Vos dons permettront de financer une partie de la salle de spectacle et d'engager une chargée de diffusion. Pour ceux qui ne connaissent pas ce métier, une chargée de diffusion est là pour faire venir les professionnels du spectacle vivant (programmateurs, presse, directeurs de théâtre, de festival). C'est ce qui permettra, on l'espère, au spectacle de perdurer et de tourner après le festival.

Nous vous remercions d’avance de votre participation et sommes ravis de pouvoir vous embarquer avec nous dans cette aventure !

Note d'intention

Les Bienfaisants parle de l’envie d’agir et de sa légitimité, des raisons qui poussent à aider, à s’intéresser au monde et aux causes humanitaires. Cette pièce parle aussi et surtout des relations humaines au sein d’un groupe, de l’amitié, de l’amour, de l’incompréhension, de la communication.

Quand une équipe part en mission humanitaire, il y a toutes sortes de raisons qui poussent ses membres à agir. Je ne parle pas d’intervention d’urgence, mais de missions de prévention, de développement.

Déjà, et surtout, il y a une envie de se tourner vers les autres, de sortir de sa propre vie, de regarder ce qui se passe autour de soi. Dans Les Bienfaisants, nous tenterons de ne jamais oublier cette généreuse motivation. Mais la vraie bonté est très rare. On a besoin de reconnaissance, de raisons pour agir. Nous avons eu envie de parler de ces autres raisons : découvrir un pays, voir le pire pour se sentir mieux, se déculpabiliser, avoir l’impression de sauver le monde, se prouver que l’on en est capable.

Je suis partie plusieurs fois monter des projets au sein d’une association agissant auprès d’enfants au Ghana, et j’ai pu moi-même ressentir chacune de ces raisons et d’ailleurs m’en sentir coupable. Mais le plus important n’est-elle pas l’action en elle-même ? C’est cette question que nous allons nous poser tout au long du travail. Les personnages vont se rendre compte que ce qu’ils gagnent à travers cette expérience est beaucoup plus fort que ce qu’ils offrent.

De plus, il me paraissait important de placer cette troupe dans un lieu inconnu, et lointain, un lieu où il est impossible de fuir le groupe, où les individus prennent une importance énorme, où l’on se recrée une famille.

J’axe tout mon travail de mise en scène sur la notion d’urgence, sur l’idée que c’est une situation de temps « en crise » qui va permettre d’amener les personnages à faire face à leurs contradictions. Réunis dans les coulisses d’un spectacle en train de se jouer, les comédiens sont en perpétuelle action. S’ils n’ont que quelques minutes pour se changer, entrer en scène et en même temps faire face à ce qui se passe à l’instant dans les coulisses, leurs paroles et leurs actes doivent être directs, précis. Ce dispositif me permet d’extraire l’essence des thèmes que je veux aborder, mais également de créer de l’humour. Pour garder cette idée de présent qui était très importante lors de la création du texte, chaque soir, je donne un «secret» à chaque comédien qui doit alimenter son jeu. Il ne doit pas en parler dans la pièce, puisque nous ne sommes plus en improvisations, la parole est figée, mais cela doit le nourrir, le stimuler.

Cette notion est également relayée par la scénographie. Au-delà d’une représentation réaliste de coulisses de théâtre, je cherche à obtenir l’impression d’un équipement provisoire, fragile, une tentative avec les moyens du bord de créer un espace protégé pour les comédiens. Cela me semble une façon d’évoquer l’Afrique que je connais, où tout lieu est toujours défini par son emploi et non par son architecture. Au milieu de tissus tendus pour créer des murs, sur des nattes qui cachent le sol, à côté de leurs costumes qui s’amoncellent, les personnages ne peuvent jamais vraiment s’installer, ils sont vulnérables à tout ce qui peut advenir. Le quatrième mur également en tissu de moustiquaire s’ouvre et se ferme selon les besoins de la mise en scène. Les comédiens, quand ils ne sont pas dans les coulisses sont visibles à jardin du plateau. Ils soulèvent, grâce à un système de poulie, le quatrième mur et donnent ainsi accès au public à l’intérieur des coulisses. Celui-ci se referme lors de flashback où nous utilisons la vidéoprojection pour créer différentes ambiances. Il y a donc trois espaces de jeu sur le plateau : l’intérieur de la moustiquaire, soit les coulisses au Togo, les espaces à cour et à jardin, soit les coulisses du théâtre dans lequel se joue la pièce; et l’avant-scène, lieu de flashbacks, de fantasmes, de souvenirs.

Par l’urgence qui va gagner la troupe, par leur vision de la solidarité, du partage, de l’envie d’agir, je voudrais que le public puisse trouver sa place, se positionne, se reconnaisse dans chacun des personnages. Nous ne voulons pas être les prophètes d’un monde meilleur, ou les témoins d’un monde injuste, mais soulever le débat sur l’intérêt à agir. Est-ce un devoir ? Est-ce un droit ?

Gaëlle Bourgeois / Metteur en scène

A quoi sert l'argent collecté

Vos dons permettront de financer l'étape ultime et essentielle : présenter ce spectacle au festival d'Avignon. 

Si nous collections 2 000€, nous pourrons payer la salle sans avancer de frais. 

Si nous collections 3 000€, nous pourrons embaucher une chargée de diffusion. 

Si nous collections 5000€, nous pourrons faire les deux... :)


Nous jouons au Théâtre le Grand Pavois, à 12h tous les jours du festival (du 7 au 30 juillet 2016). 


Objectif de collecte

5 123,00 €

Montant Global

0,00 €

Dépenses

Désignation Montant

TOTAL

TOTAL 0,00 €

Recettes

Désignation Montant

Proarti

Financement participatif proarti 5 123,00 €

TOTAL

TOTAL 5 123,00 €

Ce spectacle est né d’une envie de montrer ce qui n’est pas censé être sur la scène : l’aventure d’une troupe dans les coulisses d’une représentation. L’envers du décor, l’intime, ce qui normalement ne peut être que surpris, ou épié. Alors, ce qui se passe en coulisses ne serait plus seulement l’envers secret et prosaîque de la magie présente sur scène, mais un théâtre à part entière, avec son intrigue, ses drames, et un temps particulier, lié à celui de la représentation en train de se faire.

Cette recherche d’un temps urgent, d’un temps en crise permanente nous a amené à inventer un processus de création à l’image du spectacle. Il nous a semblé que les situations, les relations entre les personnages, le texte, les enjeux, le décor ne pouvaient exister que conjointement, qu’ils devaient naître ensemble. Il fallait que nous ayons le moins d’avance possible sur le spectacle.

Pour cela nous avons défini un thème : une troupe de comédiens français en tournée en Afrique pour représenter une pièce sur les origines du sida. Des personnages : une metteure en scène, quatre comédiens et leur correspondant dans un village africain. Et une situation : Lors d’une représentation, dans les coulisses, les comédiens découvrent un test hiv au résultat positif.

Pour mettre en place cette forme d’écriture au plateau, nous avons donc réuni une troupe de comédiens qui ne se connaissaient que très peu, qui avaient chacun une raison personnelle pour intégrer la troupe, pour pouvoir retrouver sur le plateau cette réalité d’un groupe qui n’est réuni que par les circonstances et un projet commun.

Les fondations de notre travail sont les situations inspirées par la trame très précise définie par l’auteur, et les réactions primaires, instinctives des comédiens à leur énoncé. Nous leur donnons des consignes concrêtes, principalement d’ordre physique et sensoriel, et des contraintes à respecter qu’ils sont seuls à connaître. Ainsi souvent les comédiens entament une scène avec la connaissance préalable qu’ils ont de leur personnage, une action à mener, un état physique à faire grandir, et une grande attention à leur partenaire, dont ils ignorent les motivations.

Ce parcours que nous leur définissons les oblige à être très attentifs à l’histoire qu’ils portent, et en même temps souples et curieux par rapport aux autres comédiens. C’est ainsi que le temps présent, alerte, que nous cherchons, peut naître sur le plateau.

C’est à partir de cette expérimentation que nous travaillons ensuite à l’écriture et à la mise en scène du spectacle. L’auteur écrit des dialogues qui sont inspirés des réactions brutes, épidermiques, des comédiens. Et la mise en scène et la scénographie sont guidées par le désir de mettre en forme cette matière.

Grâce à ce processus de création qui fait la part belle à la surprise, à l’instant, nous espérons pouvoir faire vivre aux spectateurs un moment de théâtre fort et immédiat.

Contreparties

Un Bienfaisant Heureux!

pour 5,00 € et +

1 ARTINAUTE

Un grand merci!

Donnez 5 euros, vous n'en dépensez que 2...

Un Bienfaisant Bavard

pour 15,00 € et +

3 ARTINAUTES

Contrepartie 1+

Une video personnalisée par un membre de l'équipe pour vous remercier.

Donnez 15 euros, vous n'en dépensez que 6...

Un Bienfaisant voyageur...

pour 25,00 € et +

3 ARTINAUTES

Contrepartie 2 +

Une carte postale écrite par l'équipe en provenance du festival.

Donnez 25euros, vous n'en dépensez que 9...

Un Bienfaisant qui se placarde..

pour 50,00 € et +

5
ARTINAUTES

25
DISPONIBLES

Contrepartie 3 +

Une affiche du spectacle dédicassée juste pour vous!

Donnez 50 euros, vous n'en dépensez que 17...

contrepartie 5

pour 80,00 € et +

0
ARTINAUTES

30
DISPONIBLES

donnez 80€ ou plus

Un Bienfaisants Dansant!

Contrepartie 4 + envoie des musiques du spectacle par mail.

Donnez 80€, vous n'en dépensez que 32.

Un Bienfaisant Accueillant..

pour 100,00 € et +

2
ARTINAUTES

23
DISPONIBLES

Contrepartie 5+

Une place de théâtre offerte pour l'une des représentations en Avignon

Donnez 100euros, vous n'en dépensez que 34...

Un Bienfaisant en vaut deux.

pour 150,00 € et +

2
ARTINAUTES

23
DISPONIBLES

Contrepartie 5+

Deux places de théâtre offertes pour l'une des représentations à Avignon

Donnez 150 euros, vous n'en dépensez que 51...

Un Bienfaisant intellectuel

pour 300,00 € et +

3
ARTINAUTES

22
DISPONIBLES

Contrepartie 7+

Le texte de la pièce impriméet dédicassépar l'équipe.

Donnez 300euros, vous n'en dépensez que 102...