Mécénat

Le bruit de la glace
Une artiste en Arctique

Par: Cie AllOne

Collecte Terminée


| AUDIOVISUEL - CINÉMA
| PRODUCTION

6 100,00 €

6 100,00 € demandés

39
Soutiennent
0
Recommandent
0
Suivent
100%

Présentation du projet

En mars 2020, je pars en Arctique. J’y resterai 30 jours. 30 jours dans un bateau pris dans les glaces groenlandaises, en résidence de création. Et j’y entamerai un projet pluridisciplinaire et principalement cinématographique et chorégraphique : une série de vidéos à l’intersection entre documentaire et film expérimental. Ce projet se créera autour de l’influence de l’environnement sur le geste artistique. Je concentrerai ma recherche autour de la lumière et du temps. Le soleil sur la glace et les aurores boréales. Les longues heures d’une nuit sans fin.
Le bruit de la glace se construira avec toute l'équipe rassemblée autour du projet : Lili Fevre, Tom Fevre, Baptiste Gillis et Clara Roupie.

INTRODUCTION

En mars 2020, j’irai au Groenland. J’appareillerai à bord du Manguier, un ancien remorqueur de la marine de 21m de long, en compagnie de trois autres artistes, du capitaine Philippe Hercher et de son second. J’y retournerai en juin, pour une seconde résidence, plus courte et itinérante. Ces résidences de création sont autant de promesses de confrontation à l’autre et à l’ailleurs dans des conditions à la fois difficiles et stimulantes permettant de dépasser nos limites. Le projet Le bruit de la glace met en avant des questionnements tant anthropologiques et sociologiques qu’esthétiques : de l’évolution des territoires à leur impact sur l’identité en passant par l’espace comme vecteur de création chorégraphique et par la matière comme base du traitement de l’image. Cette résidence est une expérience unique et fondatrice. Mais bien au-delà de son importance pour mon parcours artistique, c’est une aventure qui, à mon sens, mérite d’être partagée.


LE PROJET

Mon travail est intrinsèquement lié au milieu, tant sur le fond que sur la forme. Mon premier spectacle, AllOne, traitait de la foule et, entre autres, de l’étouffement que l’on peut ressentir face à elle. Mon second spectacle, Le temps de se dire au revoir, a eu lieu sur une plage. Il a été créé en pensant à la portée du regard, à la place, au lieu, à l’espace. En tournant les vidéos chorégraphiques de ce spectacle sur le sable de Normandie, je me suis aperçue de l’impact de l’environnement sur la danse : l’amplitude des mouvements, la matière du sol, le vent qui déséquilibre, le froid qui contracte les muscles.
Je voudrais travailler dans ce nouvel espace du Grand Nord en créant des chorégraphies sur les lieux de la résidence, du bateau à la glace, adaptées à la grandeur et à l’immensité. Prendre en compte la lumière et les couleurs. S’inspirer du rythme du vent et de la matière du sol pour appréhender les mouvements autrement. Ces chorégraphies seront filmées dans l’espace dans lequel elles auront été créées et par lequel elles auront été inspirées. Courtes vidéos, elles formeront une sorte de journal de bord de la recherche et de l’expérience.
J’aimerais concentrer mon travail et ma réflexion sur le vide, le plein et les couleurs. Travailler dans un espace en monochrome. Entre le bleu Klein et les noirs de Soulages : les blancs de l’Arctique. S’imprégner de la lumière, de la réverbération du soleil sur la glace, de la couleur du ciel, de l’eau bleue en transparence. Travailler dans un espace que l’on pense vide avant de réaliser qu’il est plein : de glace, de lumière et de vent.

Le projet repose dans un premier temps sur la création de plusieurs vidéos de danse dans différents lieux et sur l’impact de l’environnement sur le mouvement : depuis la matière du sol jusqu’à la profondeur du regard face à la ligne d’horizon.
Dans un second temps, j’aimerais réaliser de courts documentaires sur la vie au Groenland, sur les habitants d’Akuunaq et ceux, éphémères, du bateau : hôtes et artistes. J’aimerais profiter de ce voyage pour commencer le tournage du documentaire D’une rive à l’autre, retraçant le rapport des hommes à l’eau autour du monde.

Ces projets audiovisuels sont portés par une équipe, et au-delà de ma solitude sur la banquise, nous serons plusieurs à la création. Tom Fevre, photographe, m’accompagnera dans le montage des vidéos, et sa présence pendant la seconde résidence lui permettra d’accompagner les prises de vue et le choix des cadrages. Baptiste Gillis, compositeur, sera à l’origine de la musique, très importante et omniprésente depuis la construction du projet jusque dans les vidéos. Clara Roupie m’assistera dans l’écriture et la réalisation du projet, et participera activement à la création de sa forme finale. Enfin, Margaux Michel, scénographe, apportera un regard ponctuel sur le travail.

Au-delà de ce premier temps de tournage, nous souhaitons poursuivre notre travail et notre réflexion vers d’autres environnements, d’autres territoires. Après les premières vidéos créées en Arctique, nous aimerions continuer la création au sein d’autres paysages.

https://lemanguier.net/


POURQUOI ?

En plus d’offrir un terrain fertile pour l’inspiration et la création de notre projet audiovisuel, cette résidence offre un temps privilégié de réflexion et de recherche.
Cette résidence nous permettra de s’ouvrir à l’autre pour découvrir sa culture et apprendre de lui et avec lui ; et créer un langage commun par l’échange et le partage. La danse est un langage universel. Dans notre travail, nous cherchons à atteindre une sincérité du mouvement et de l’interprétation : se dégager de la technique et des codes, quitter la recherche d’un esthétisme, se concentrer sur le fond. Peut-être pourrons-nous atteindre cette expression du sensible par l’immersion en face à face à l’infini et l’inspiration par le regard vers l’immensité.
Cette résidence permettra aussi de se dégager des idées reçues sur cet environnement auquel on attache un certain romantisme sans se rendre compte de la réalité. J’aurais envie de parler du silence du grand nord, comme une tentation littéraire, pourtant je suis sûre que le vent froid sur les vitres fait du bruit, que l’eau qui caresse la glace fait du bruit, que la glace qui fond et se brise fait du bruit. Un bruit que je n’ai jamais entendu mais un bruit qui n’est pas silence

Enfin, l’attirance du Grand Nord est intrinsèquement liée aux changements écologiques fondamentaux qui s’y opèrent, à l’urgence à laquelle les habitants doivent faire face et le monde doit répondre.
Si l’art peut participer à la sensibilisation ou au partage de cette situation, si l’art peut permettre de lutter pour préserver la planète, c’est aussi ce que nous souhaitons, et ce que nous devons faire.


QUI SOMMES-NOUS ?

La Compagnie AllOne, créée en 2015 par Lili Fevre, est une compagnie pluridisciplinaire qui cherche à interroger la société et le monde qui l’entoure par une pratique inspirée des autres et des ailleurs. Les champs d’actions s’étendent du spectacle vivant (théâtre, danse et musique) jusqu’à l’art visuel (création vidéo et installation) en passant par un travail de recherche autour de questions anthropologiques, philosophiques et plus largement humaines. La Compagnie travaille autour de l’environnement dans lequel elle évolue pour créer ses formes artistiques. Dans ses créations, elle cherche à atteindre une sincérité du geste et du mouvement, en ne concentrant pas sa réflexion sur le seul aspect esthétique. Il y a un désir de transgression. Oublier la technique et les codes pour atteindre le sens. Elle recherche une sorte d’art du sensible. Avec le temps, elle a développé un langage transdisciplinaire qui lui est propre, mêlant une pluralité de médiums. Elle tend à traduire ses questionnements sur la scène pour permettre une réflexion collective sur les sujets qu’elle aborde, mais aussi pour les dénoncer et créer des liens et des ponts entre les personnes. Il est primordial à sa pratique d’utiliser l‘art comme plateforme civique et d’envisager l’espace théâtral comme un lieu d’ouverture vers l’autre.

La nécessité et l’importance de l’action culturelle est une conviction fondatrice de la Compagnie AllOne. Une de ses lignes directrices qui se traduit tant dans ses projets que dans les partenariats qu’elle développe. Depuis 2016, la compagnie a développé un partenariat avec le CRTH (Centre de Recherche Théâtre et Handicap) à Paris, une association qui se bat pour une culture plus accessible et pour une pratique artistique inclusive. En 2019, le projet Vos Mères ! Déclaration d’amour et de guerre à la généalogie, développé actuellement par la compagnie, est sélectionné par les Ateliers Médicis dans le cadre du programme Création en Cours. Ce soutien s’inscrit dans une volonté et une démarche similaire : la démocratisation de la culture. Le bénéfice, tant pour les artistes que pour les publics auxquels ils s’adressent, est indéniable et nécessaire à une création solidaire et ouverte sur le monde.

http://allonecompagnie.fr/


REVENONS EN ARRIÈRE

À ce jour, la compagnie a créé deux spectacles, développant en parallèle un travail sur l’image et la vidéo. Le troisième spectacle, intitulé Vos Mères ! Déclaration d’amour et de guerre à la généalogie et soutenu par les Ateliers Médicis, est actuellement en création.

Le premier spectacle, AllOne, a été écrit en 2015 et créé en 2017. Programmé en octobre 2017 au Théâtre El Duende à Ivry. Le spectacle a été reprogrammé par Alain Desnot dans le cadre de l’édition 2018 d’Un Festival à Villerville, en Normandie.
AllOne est un spectacle pluridisciplinaire mêlant écriture, théâtre, danse, musique et vidéo. Ce spectacle est une suite de tableaux dont chacun raconte un aspect de la foule et du groupe et leur impact sur l’être humain. Ce spectacle tente de questionner l’oppression du nombre face à l’individu mais aussi la force, l’espoir et la vie qui peuvent se dégager de la foule. Les tableaux s’enchainent sans se ressembler et les comédiens deviennent tour à tour des personnages à part entière et des membres anonymes de la foule. Ils s’oublient puis s’affirment. Ils se montrent puis se cachent.
Pour faire foule sur le plateau, nous avons tourné un film avec 50 bénévoles. Ce film a servi de scénographie au spectacle. Le traitement de cette vidéo a confirmé le désir de la compagnie de travailler sur l’image.

Le deuxième spectacle, Le temps de se dire au revoir, a été créé en Normandie pour l’édition 2018 d’Un Festival à Villerville. Créé en lien direct avec le lieu dans lequel il a été représenté, le spectacle a été joué sur la plage normande, portant chaque jour un piano sur le sable pour jouer face à la mer.
Le temps de se dire au revoir est aussi un spectacle pluridisciplinaire mêlant écriture, théâtre et musique. Entre un geste, deux notes de musique et trois mots, il relate les au revoir : ceux qu’on dit ou qu’on ne dit pas, ceux qu’on oublie et ceux qui nous hantent, les adieux quotidiens et les plus déchirés. Plein d’histoires et pas de nom : simplement le présent des au revoir.
C’est avec ce spectacle et les chorégraphies sur le sable que la compagnie a commencé sa réflexion sur l’impact de l’environnement et de la matière sur le mouvement et sur l’importance du territoire sur la création.
En 2018, avant le festival et les représentations du spectacle, la compagnie a tourné ses premières vidéos, dans des formats indépendants, entre extraits du spectacle et films chorégraphiques, la réalisation nous a permis de continuer notre recherche et notre réflexion autour de l’image.

À QUOI NOUS SERVIRA L’ARGENT COLLECTÉ ?

L’argent collecté servira en priorité à l’achat d’un matériel de tournage de qualité, capable de traiter à l’image les multiples blancs qui composent le paysage de l’Arctique et d’un matériel d’enregistrement sonore capable de rendre la diversité des bruits que l’on peut entendre dans cet environnement : l’eau qui brosse la glace, le vent qui cogne une vitre ou la neige qui craque.
Partir seule pour traiter l’image nécessite l’achat d’un matériel de qualité qui puisse résister au froid du grand Nord et avoir une autonomie permettant de filmer sur des temps assez longs pour obtenir le résultat recherché.

Via Touscoprod, la plateforme de mécénat participatif dédiée à la création cinématographique, vos dons donnent accès à la défiscalisation (60% pour les entreprises, 66% pour les particuliers).

Cette campagne est portée par l’association AllOne et le matériel servira aussi les autres créations de la compagnie, y compris Vos Mères ! Déclaration d’amour et de guerre à la généalogie, un projet soutenu par les Ateliers Médicis.

A quoi sert l'argent collecté

L’argent collecté servira en priorité à l’achat d’un matériel de tournage de qualité, capable de traiter à l’image les multiples blancs qui composent le paysage de l’Arctique et d’un matériel d’enregistrement sonore capable de rendre la diversité des bruits que l’on peut entendre dans cet environnement : l’eau qui brosse la glace, le vent qui cogne une vitre ou la neige qui craque.
Partir seule pour traiter l’image nécessite l’achat d’un matériel de qualité qui puisse résister au froid du grand Nord et avoir une autonomie permettant de filmer sur des temps assez longs pour obtenir le résultat recherché.

Via Touscoprod, la plateforme de mécénat participatif dédiée à la création cinématographique, vos dons donnent accès à la défiscalisation (60% pour les entreprises, 66% pour les particuliers).


Si nous parvenons à 4 000 €
Nous pourrons financer l’achat du matériel vidéo nécessaire au tournage
Si nous parvenons à 6 500 €
Nous pourrons financer l’achat du matériel d’enregistrement sonore
Si nous allons au-delà
Nous pourrons anticiper les étapes de post-production nécessaires à un travail de qualité


Nous, l’équipe du projet Le bruit de la glace, voulons traduire la beauté du Groenland et partager l’urgence qui y règne. Transmettre un quotidien loin du nôtre et transporter des histoires et des idées. Faire rêver et réfléchir.   
Aujourd’hui, nous sollicitons votre soutien financier pour que ce projet trans-disciplinaire puisse voir le jour.

Cette campagne est portée par l’association AllOne et le matériel servira les autres créations de la compagnie, y compris Vos Mères ! Déclaration d’amour et de guerre à la généalogie, un projet soutenu par les Ateliers Médicis.


Montant de l'appel à dons

6 100,00 €

Montant Global

22 000,00 €

Dépenses

Désignation Montant

Post-production

Montage image 2 000,00 €
Étalonnage image 1 000,00 €
Mixage son 1 000,00 €
SOUS TOTAL 4 000,00 €

Frais de tournage

Matériel pour le grand froid 1 100,00 €
Voyages 2 100,00 €
Vie à bord / Résidences (mars et juin) 4 000,00 €
SOUS TOTAL 7 200,00 €

Réalisation

Matériel d'éclairage pour le tournage 800,00 €
Matériel d'enregistrement son (enregistreur, micro...) 2 500,00 €
Matériel d'enregistrement vidéo (caméra, batterie, wetsuit...) 7 500,00 €
SOUS TOTAL 10 800,00 €

TOTAL

TOTAL 22 000,00 €

Recettes

Désignation Montant

Partenaires

Financement lié à des partenaires institutionnels 6 500,00 €
SOUS TOTAL 6 500,00 €

Fonds propres

Financement lié à des fonds propres 9 000,00 €
SOUS TOTAL 9 000,00 €

Proarti

Financement participatif proarti 6 100,00 €

TOTAL

TOTAL 21 600,00 €

Contreparties

Votre nom sur notre site internet

pour 10,00 € et +

2 ARTINAUTES

Un grand merci pour votre soutien ! Votre nom sera cité dans les remerciements sur notre site internet.

Votre nom au générique

pour 20,00 € et +

1 ARTINAUTE

Un grand merci pour votre soutien ! En plus d’être présent sur notre site internet, votre nom sera cité dans le(s) générique(s) des films.

Un lien pour visualiser les films

pour 30,00 € et +

4 ARTINAUTES

Un grand merci pour votre soutien ! En plus d’être présent sur notre site internet et dans le(s) générique(s) des films, vous recevrez un lien pour visionner la série des films réalisés en Arctique.

Une photo du Groenland en polaroid

pour 50,00 € et +

10 ARTINAUTES

Un grand merci pour votre soutien ! En plus d’être présent sur notre site internet et dans le(s) générique(s) des films et de recevoir un lien pour visionner la série des films réalisés en Arctique, une photo polaroid du Groenland vous sera envoyée par la poste, à l’adresse de votre choix.

Une vidéo personnalisée du Groenland

pour 100,00 € et +

6 ARTINAUTES

Un très grand merci pour votre soutien ! En plus de toutes les contreparties précédentes, vous recevrez par mail une vidéo tournée au Groenland et vous étant spécialement adressée.

Une invitation pour une projection privée en présence de l'équipe

pour 150,00 € et +

4 ARTINAUTES

Un immense merci pour votre soutien ! En plus de toutes les contreparties précédentes, vous serez invités à une projection privée de(s) film(s) en présence de l’équipe des films.

Une invitation à une lecture au retour du voyage

pour 250,00 € et +

2 ARTINAUTES

Un immense merci pour votre soutien ! En plus de toutes les contreparties précédentes, vous serez invités à une lecture de textes écrits pendant la résidence en Arctique et lus par les membres de la Compagnie.