Mécénat

LA PROMESSE D'UN RIVAGE
Long Métrage Indépendant

J -42


| AUDIOVISUEL - CINÉMA
| PRODUCTION

1 120,00 €

24 674,00 € demandés

11
Soutiennent
0
Recommandent
0
Suivent
4%

Présentation du projet

La Production :

« The Sixth Sense Production » est née de la volonté de produire différemment, à savoir de manière indépendante (sans le CNC), un premier long métrage d'un jeune auteur réalisateur.

Du court au long:

Adapté d'un scénario de court métrage "Louis voulait voir la mer" jamais porté à l’écran, « La promesse d’un rivage », s’est écrit, construit naturellement après différents échanges entre le producteur (Frédéric Gastineau) et l’auteur réalisateur (Sébastien Bélier) et leurs volontés communes de développer l’histoire sur un format plus long.

Le Pitch :

Trois adolescents quittent leur banlieue parisienne, à l’insu de leurs parents, pour un mystérieux voyage aux confins de la Bretagne. Au cours de ce pèlerinage, les tensions sont exacerbées, les premiers sentiments amoureux s’affirment, il est temps de régler tous les comptes.

La charte :

Identifiée sous le nom de charte Beira-Mar (en référence au film Brésilien de 2012), elle codifie et délimite en 10 points la production et réalisation du film.

1/ 1erLong Métrage d’un réalisateur ayant réalisé des courts métrages

2/ Budget de 100 000 € maximum (dépenses sur la base d’un court métrage)

3/ Co production société, association et auto entreprenariat

4/ Durée de 60 à 80 minutes maximum (générique inclus)

5/ Durée du tournage de 12 à 15 jours maximum

6/ 5 à 6 minutes utiles tournées par jour

7/ Equipe technique composée de 15 techniciens maximum (réalisateur inclus)

8/ 2 à 3 comédiens principaux et 7 à 8 comédiens secondaires, silhouettes, figuration - (soit 10 comédiens au total maximum)

9/ 4 lieux principaux de tournage maximum

10/ Tournage dans l’ordre chronologique du scénario en priorité

Le financement :

Outre nos partenaires indispensables, 21èmeProduction en producteur exécutif, Cinéstaf en prestataire logistique, Black Sheep en association de jeunes techniciens, nous vous invitons à rejoindre le projet et devenir coproducteur du film en participant à son financement. En échange de votre participation indispensable sur un tel projet, nous vous proposons des contreparties comme votre nom au générique, découvrir l’affiche du film en exclusivité, recevoir le scénario du film avant la sortie, participer à une projection test, venir assister à l’avant première parisienne ou bien encore d’être présent à l’occasion d’une journée de tournage…

Contact :

Frédéric GASTINEAU : thesixthsenseprod@gmail.com

Sébastien BELIER : sebastien.belier@gmail.com



FAQ

Nous ferons un appel d'offre à trois distributeurs : Epicentre Films, Outplay et Optimale. Notre objectif est d'être le plus diffusé à travers les festivals français et étrangers, une sortie salle, VOD / DVD, Télévision et/ou plate-forme (Netflix, Amazon).

Et bien "oui" c'est possible ! Depuis quelques années plusieurs films ont été produits avec de très petits budgets. Citons : « Donoma », de Djinn Carrenard ; « Un monde sans femmes », de Guillaume Brac ; « Nino, une adolescence imaginaire de Nino Ferrer », de Thomas Bardinet ; « Chercher le garçon », de Dorothée Sebbagh.

https://www.nouvelobs.com/cinema/20120529.CIN8818/la-revolution-des-films-a-petit-budget.html

La fermeture des salles liée à la pandémie du COVID-19 produira par ailleurs des nuisances à court terme : moins d'entrée et donc de recettes pour le CNC et par voie de conséquence sur les futurs projets. Par ailleurs la Charte Beira-Mar délimite en ce qui nous concerne les contours de ce projet : La promesse d'un rivage.

A quoi sert l'argent collecté

L'argent collecté servira à financer principalement les postes de tournage référencés dans le devis de production (Moyens techniques, Transports/Défraiements/Régie, Décors et costumes, Imprévus. A partir du palier de 24674 Euros, les sommes supplémentaires engrangées nous permettront de travailler avec une latitude plus souple dans le cadre de ce premier long métrage indépendant au budget total de 99376 Euros.


Montant de l'appel à dons

24 674,00 €

Montant Global

52 584,00 €

Dépenses

Désignation Montant

DEVIS DE PRODUCTION (POSTES A FINANCER)

MOYENS TECHNIQUES 15 000,00 €
TRANSPORTS / DEFRAIEMENTS / REGIE 17 640,00 €
DECORS ET COSTUMES 3 000,00 €
ASSURANCES ET DIVERS 2 000,00 €
FRAIS GENERAUX 5 910,00 €
IMPREVUS 9 034,00 €
SOUS TOTAL 52 584,00 €

TOTAL

TOTAL 52 584,00 €

Recettes

Désignation Montant

THE SIXTH SENSE PRODUCTION

APPORT PRODUCTEUR DELEGUE 7 910,00 €
SOUS TOTAL 7 910,00 €

DEPARTEMENT DE SEINE SAINT DENIS 93

AIDE A LA (POST) PRODUCTION 20 000,00 €
SOUS TOTAL 20 000,00 €

Proarti

Financement participatif proarti 24 674,00 €

TOTAL

TOTAL 52 584,00 €

LA PROMESSE D'UN RIVAGE est avant tout l’histoire de Samuel et son parcours aux confins de la Bretagne, où il va disperser les cendres de son jeune frère. Outre le voyage physique, nous assistons à son cheminement intérieur, puisque ce voyage lui permet de se libérer de sa culpabilité et de faire la paix avec lui-même et avec ses proches.

DU COURT AU LONG

Cette histoire est un projet de longue date. Il y a quelques années, alors que je marchais dans les rues de Rennes, mon attention avait été attirée par deux adolescents qui marchaient dans la rue, l’air perdus, pieds nus, l’un d’eux portant une guitare sur le dos.

De cette image, j’avais développé un scénario de court-métrage, dont la trame était sensiblement la même que celle de La promesse d’un rivage, et que j’avais soumis à Frédéric Gastineau.

Lorsque, il y a quelques mois, Frédéric m’a rappelé pour me dire qu’il souhaitait produire ce film, mais sous la forme d’un long-métrage, j’y ai vu une merveilleuse opportunité de développer l’histoire de ces personnages que j’aimais tant, et leur aventure qui me tenait tellement à coeur.

DEUIL DE L’AUTRE, DEUIL DE SOI

Nous avons tous, un jour ou l’autre, à faire face au deuil. Qu’il s’agisse d’un parent, d’un ami, d’une connaissance, c’est une épreuve que nous traversons à divers moments de notre vie. Ici, Samuel est confronté à plusieurs formes de deuil à la fois.

Le premier deuil, celui par lequel naît cette histoire, est bien entendu celui de Noé, feu le jeune frère, bien que sa mort ne soit révélée qu’à la fin. Samuel refuse d’accepter le sort de son frère, et continue de l’imaginer près de lui, jusqu’à ce qu’enfin, s’étant délesté de sa culpabilité et l’ayant aidé à réaliser son rêve, il s’autorise à le laisser partir.

Le film aborde aussi le deuil de soi qu’est l’adolescence, période charnière de la vie, période transitoire entre l’innocence de l’enfance et la responsabilité du monde des adultes. Les moments de jeu et d’amusement sont présents dans le récit, mais ont chaque fois des conséquences négatives : lorsqu’ils s’amusent sur les dinosaures, le sac de Samuel contenant l’urne funéraire de son frère reçoit un choc, rappelant immédiatement celui-ci à ses responsabilités ; de la même façon, le sac est à nouveau mis en péril après une soirée festive sur la plage ; enfin, Samuel se tord la cheville lors de leur pause dans le bunker, ralentissant considérablement la fin du trajet.

Le troisième et dernier deuil auquel il est confronté est celui lié à l’acceptation de ses sentiments pour Milan. En effet, admettre son homosexualité et la révéler aux autres conduit à une forme de deuil, et beaucoup de parents d’enfants LGBT emploient ce terme pour désigner la période qu’ils traversent après un coming out. L’enfant comme les proches doivent faire le deuil de toutes les représentations qu’ils s’étaient faites du futur, et intégrer une vision positive de l’homosexualité.

Bien que cette histoire n’ait rien d’autobiographique, les thèmes que j’y aborde m’y sont très personnels, puisque, à l’instar de Samuel, la découverte de mon homosexualité a profondément marqué mon adolescence, me demandant sans cesse ce que penseraient les autres, et notamment les membres de ma famille. Comme lui, j’ai également été confronté trop jeune à la perte d’êtres chers, des pertes qui m’ont changé à jamais. Et lorsque l’on traverse des périodes de doute, ou que l’on est affecté par des tragédies, avoir un Milan à nos côtés est ce dont nous aurions tous besoin pour nous réconforter et nous changer les idées, une personne résolument optimiste attentionnée.

UN TRIO DE PERSONNAGES

Samuel est un garçon discret, timide et rêveur. Il a toujours eu de grandes difficultés à exprimer clairement ses émotions, et a plutôt tendance à fuir le dialogue et à se renfermer, la faute à un manque de communication dans la famille. À force de se contenir, il peut parfois se montrer impulsif dans ses rapports aux autres. Au fil duvoyage, alors que peu à peu il accepte ses émotions, au contact de la bienveillance de Milan, il s’ouvrira plus facilement à ses proches.

Milan est plus qu’un flirt pour Samuel. Il est une épaule bienveillante sur laquelle il peut toujours compter, même lorsque ce-dernier se montre agressif envers lui. Milan a lui aussi ses blessures secrètes, mais préfère les cacher derrière un masque de bonne humeur et d’humour, n’hésitant pas à dire tout haut ce qu’il pense. D’un naturel optimiste, il n’hésite jamais à prendre des décisions controversées pour aider Samuel dans sa quête.

Le personnage de Noé, quant à lui, n’est pas réellement Noé tel qu’il était réellement lorsqu’il était en vie. Il n’est que la projection que Samuel s’en fait à partir de ses souvenirs, un jeune frère avec lequel il partageait des histoires, des aventures, mais dont il s’était un peu éloigné. Samuel n’a gardé de Noé que le meilleur, et lui fait dire ce qu’il aurait besoin d’entendre. Noé n’interagit ainsi qu’avec Samuel. Lorsque Milan semble s’adresser à lui, il répond en réalité à ce que Samuel lui a dit précédemment, ou se parle à lui-même.

UN ROAD MOVIE À TRAVERS LA BRETAGNE

Le road movie (ou walk movie) m’a toujours fasciné. Lorsque deux personnages se retrouvent à faire la route ensemble, ils n’ont pas d’autre choix que de composer avec l’autre et d’explorer les liens qui les unissent, un huis clos en plein air en somme. Je crois que le premier road movie que j’ai vu était Stand by me, de Rob Reiner, et indéniablement il a été une influence dans l’idée de confronter des adolescents à la mort. D’autres films ont probablement laissé leur empreinte, comme Beira Mar, road movie brésilien, ou encore Sleeping Giant, dans lequel un trio d’adolescents se retrouve confronté au désir et à la mort au bord d’un lac canadien, en plein été.

Visuellement, le court-métrage serbe Budna Deca Sanjaju, réalisé par Hana Piščević a également été source d'inspiration :

Le choix de la Bretagne comme décor pour cette histoire n’est pas anodin. C’est là que je suis né, que j’ai grandi, que j’ai étudié, et j’ai pour elle une affection particulière. Elle offre des paysages à couper le souffle, et d’une diversité incroyable. Lorsque j’ai accompagné une classe de CM2 de Paris en classe de mer sur la presqu’île de Crozon (et notamment à Camaret-sur-mer), tous ont avoué n’avoir jamais vu d’aussi beaux panoramas, et ne voulaient plus la quitter.

L’homosexualité y est très bien acceptée, et les boîtes LGBT sont essentiellement situées dans des villages ruraux, comme le Starman à Gourin, ou le Mykonos à Châteaulin, où nous passions nos samedis soirs avec mes amis lorsque nous étions étudiants à Brest, et qui m’ont inspiré la scène nocturne dans cette ville.

IMAGE ET SON

Pour être au plus près des personnages, de leurs émotions, de leurs désirs, les plans seront essentiellement rapprochés, filmés à la crosse épaule afin d’épouser leurs mouvements. La séquence au lac de Guerlédan amorce une transition. Les langues commencent à se délier, et Samuel entame son processus de guérison. La caméra commencera peu à peu à se poser, et les plans s’élargiront parfois afin de laisser respirer les jeunes héros.

La plus grande partie du film se déroulant en extérieur, en été, les scènes de jour feront la part belle à la lumière naturelle, avec des couleurs essentiellement douces et chaudes. Les séquences en intérieur sont, pour la plupart, nocturnes, à l’exception de la séquence du départ précipité de Samuel et Noé pour la plage, à la fin. Ici, pas de plafonnier ou de lumière aveuglante, simplement quelques petites sources de lumière à différents endroits de la pièce, afin que les personnages soient au coeur de l’image, et puissent en un mouvement disparaître dans l’ombre.

La bande sonore jouera sur la lourdeur de la chaleur, l’épaisseur du vent, ainsi que le son des oiseaux et la musicalité des feuillages bruissant au vent. La promesse d’un rivage donne une importance au silence dans les dialogues, qu’ils soient dus à la gêne ou au recueillement. Le jeu des comédiens doit pouvoir nous permettre de croire que les personnages existent réellement, en respectant ces temps de pause entre deux répliques, et en s’appropriant les références à la pop culture sur lesquelles échangent les protagonistes. La musique occupera une place importante, et accompagnera les personnages tout au long de leur quête. Étant donné l’aspect contemplatif et introspectif du film, je souhaiterais une musique du même ordre, à la manière de ce que produit l’artiste Alex Somers, collaborateur de longue date du groupe Sigur Rós, à la fois poétique, visuelle et organique.

POUR CONCLURE

La promesse d’un rivage est une histoire à la fois intime et universelle, dans laquelle chacun.e peut se projeter. Depuis le temps que je me les imagine, il me tarde de voir exister Samuel, Milan et Noé, de les suivre à travers les routes bretonnes, et de partager ce voyage avec le plus grand nombre, en espérant les inviter à se joindre à nous.

QUELQUES PHOTOGRAPHIES DES DÉCORS

Le lac de Guerlédan :

Le canal de Nantes à Brest :

La plage du Veryac'h, Camaret-sur-Mer :

Contreparties

Affiche du film

pour 20,00 € et +

0
ARTINAUTES

100
DISPONIBLES

Les contreparties précédentes.

+ vous recevrez, avant la sortie du film, l'affiche exclusive du film, en fichier HD par mail.

Le scénario du film avant la sortie

pour 30,00 € et +

1
ARTINAUTE

99
DISPONIBLES

Les contreparties précédentes

+ avant la sortie du film, vous recevrez en avant-première le scénario du film par mail.

1 place pour l'Avant Première Parisienne

pour 50,00 € et +

2
ARTINAUTES

98
DISPONIBLES

Les contreparties précédentes.

+ Venez rencontrer et échanger avec Sébastien Bélier et les comédiens lors de l'avant-première qui sera organisée à Paris.

2 places pour la projection test Parisienne

pour 100,00 € et +

2
ARTINAUTES

23
DISPONIBLES

Les contreparties précédentes

+ Venez assister à une projection participative d'une version de montage du film en présence de Sébastien Bélier et du monteur.

Une journée sur le tournage en présence de l'équipe technique et des comédiens

pour 500,00 € et +

0
ARTINAUTES

10
DISPONIBLES

Les contreparties précédentes

+ Venez assister à une journée de tournage en Ile de France ou Bretagne

Mention au générique aux côtés des producteurs

pour 1 000,00 € et +

0
ARTINAUTES

10
DISPONIBLES

Les contreparties précédentes

+ Votre nom apparait à côté de celui des producteurs en tant que grand mécène.