Mécénat

Variations pour des arbres et leurs soupirs
Si nous écoutions les arbres ?

Collecte Terminée


| ARTS DE LA SCÈNE
| PRODUCTION

1 700,00 €

1 700,00 € demandés

37
Soutiennent
0
Recommandent
0
Suivent
100%

Présentation du projet

Résumé

Après avoir soutenu la création du spectacle Un chemin de sable blanc, l’association Les Irisées a le plaisir de s’engager dans la production de Variations pour des arbres et leurs soupirs.

Ce projet, orchestré par Marie-Hélène Bernard, est une invitation à se plonger dans l’univers des arbres ; ceci grâce à des sons enregistrés au plus près des troncs et aux textes du botaniste Francis Hallé, donnés à entendre par le récitant François Clavier, le tout étant accompagné par le violoncelle de Deborah Walker.

Tout a démarré en 2018, année durant laquelle Marie-Hélène Bernard a enregistré au long des quatre saisons. Grâce au soutien de Césaré et du GMEM (Centres nationaux de création musicale), toute l’équipe a bénéficié d'une résidence à Reims (en juillet dernier) et d'une résidence à Marseille (en octobre). Ce spectacle de théâtre musical sera créé le 6 novembre prochain au Festival des musiques démesurées de Clermont-Ferrand. Nous espérons proposer bientôt des dates supplémentaires dans d'autres lieux.

Ces « variations » se situent dans la lignée d’un mouvement de (re)découverte des arbres, alors même qu’ils sont de plus en plus fragilisés. Le financement participatif contribuera à faire vivre sur scène leur univers fascinant, qui peut nous donner des leçons de vie. Malgré les différents soutiens dont bénéficie ce projet, nous avons en effet besoin d’un petit plus pour rémunérer correctement le travail de répétition des interprètes. Merci donc à toutes celles et ceux qui contribueront à leur manière à cette collecte ! Si vous avez dans votre entourage des amoureux des arbres, merci aussi de leur faire connaître ce projet !

Note d’intention

Au départ de ce projet, il y a le désir d’écouter les arbres dans le sens le plus concret, en collant l’oreille au plus près de leurs troncs et de leurs feuillages. Apparemment, ils doivent être « excités » par une force extérieure - que ce soit le souffle du vent ou les coups d’une hache - pour que l’on puisse entendre leurs voix. Mais du prodigieux et lent travail d’expansion qu’ils opèrent pour pouvoir se dresser et échapper aux lois de la gravité, il existe des traces sonores secrètes. Traces que l’on peut simplement recueillir ou que l’on peut susciter (par frottements, ébranlements…), pour autant que l’on passe du temps au plus près d’eux. C’est ce qu’a fait Marie-Hélène Bernard en tendant ses micros durant quatre saisons, dans un coin préservé des Cévennes. Ce travail a donné lieu à une première création de musique électroacoustique en octobre 2018 à Paris, dans le cadre de la saison de l’Ina-GRM (Groupe de Recherches Musicales). Toute cette matière sonore enregistrée - que ce soit à l’état brut ou transformée par le travail du studio - irrigue le spectacle.

Pour se rapprocher des arbres, on peut aussi se tourner vers les botanistes et les écrivains qui, captivés par leur mystère, leur ont consacré d’innombrables livres. Ici, la parole scientifique (à travers les textes du botaniste Francis Hallé) et la parole poétique se confrontent et se complètent dans un jeu de rebonds. Il sera question entre autres du miracle de la photosynthèse, du génome juvénile, des systèmes de coopération et de communication entre les arbres… Les mots sont donnés à entendre en petits éclats chantés ou parlés par le récitant François Clavier et par la violoncelliste Deborah Walker. Le violoncelle peut les accompagner, quand il ne s’en fait pas l’écho ou le prologue.

Grâce au soutien de Césaré et du GMEM, l’équipe a pu expérimenter en toute complicité durant deux périodes de résidence à Reims et Marseille, pour dessiner peu à peu ce parcours arboricole. Au niveau visuel, seul un jeu d’ombres s’animera sporadiquement sur écran ; ce ballet mystérieux est produit en live par les ombres portées de quelques éléments végétaux disséminés sur le plateau, éclairés par une source lumineuse en mouvement (c’est un petit robot « suiveur de ligne », préparé grâce à l’aide du Saint-Ex, centre de création numérique à Reims, qui la pilotera). Hors de ces apparitions sur écran, la lumière seule (conçue par Jacques Boüault) sculptera les corps des interprètes et du violoncelle.

Ainsi, nous nous approcherons doucement de cette énigme du vivant qui est celle des arbres, de leur présence à la fois obstinée et mystérieuse, des émotions qu’ils suscitent à nous autres êtres humains qui tentons de rester droit.


A quoi sert l'argent collecté

L'argent collecté servira à rémunérer le travail de répétition des deux interpètes.

Tout le détail est visible dans le tableau ci-dessous.

 


Montant de l'appel à dons

1 700,00 €

Montant Global

16 745,00 €

Dépenses

Désignation Montant

Création Clermont-Ferrand

Cachets artistes, technicien, droits Agessa 5 850,00 €
Frais (transport, repas, hébergement) 1 410,00 €
Achats divers 250,00 €
SOUS TOTAL 7 510,00 €

Résidences Reims, Marseille

Cachets artistes, technicien 2 095,00 €
Frais (transport, repas, hébergement) 2 775,00 €
Lieux de répétition 2 985,00 €
SOUS TOTAL 7 855,00 €

Autres

Communication, administration 1 380,00 €
SOUS TOTAL 1 380,00 €

TOTAL

TOTAL 16 745,00 €

Recettes

Désignation Montant

Apport INA GRM

Aide à l'écriture 2 400,00 €
SOUS TOTAL 2 400,00 €

Appot GMEM

Transport, repas, hébergement, technicien, mise à disposition salle 3 975,00 €
SOUS TOTAL 3 975,00 €

Apport Festival musiques démesurées

Communication 1 000,00 €
Cession, frais transport, repas, hébergement 5 360,00 €
SOUS TOTAL 6 360,00 €

Apport Césaré

Transport, repas, hébergement, technicien, mise à disposition salle 2 510,00 €
SOUS TOTAL 2 510,00 €

Proarti

Financement participatif proarti 1 700,00 €

TOTAL

TOTAL 16 945,00 €

Ce sont les arbres qui sont à l'origine de tout !

Mais la lecture de différents livres a été une grande source d'inspiration, en particulier:

- les ouvrages du botaniste Francis Hallé et tout particulièrement Plaidoyer pour l’arbre (Actes-Sud 2005) et Du bon usage des arbres (Actes-Sud 2011)

- le magnifique roman de Richard Powers, L'arbre-Monde, (Cherche-Midi 2018), traduit par Serge Chauvin

- des vers de Philippe Jacottet, Victor Segalen, Paul Valéry, Rainer Maria Rilke

- des textes de Gaston Bachelard, Erri de Luca, John Fowles, John Berger, Jacques Tassin, Alexandre Hollan

Sans oublier les œuvres du plasticien Giuseppe Pennone

Contreparties

Photo, ou fichiers son, ou montage vidéo

pour 10,00 € et +

2
ARTINAUTES

-3
DISPONIBLES

Nous vous disons un très grand merci et quel que soit le montant de votre don, nous vous envoyons au choix:

- la photo d'un bel arbre

- les sons des arbres enregistrés

- un montage vidéo du specatcle

- Nous vous rencontrerons à l'issue du spectacle

Vous pouvez déduire 66% de vos dons de vos IMPÔTS : Si vous faites par exemple un don de 10€ vous pourrez en déduire 6€60 et n'en payer que 3€40 !!!!