SURSIS

Collecte Terminée


| AUDIOVISUEL - CINÉMA
| PRODUCTION

1 000,00 €

1 000,00 € demandés

10
Soutiennent
0
Recommandent
0
Suivent
100%

Présentation du projet

Le film s’ouvre sur une question : Que s’est-il passé ?

Quatre personnages : deux femmes et deux hommes. Chacun des personnages est devant la caméra pour témoigner et parler d’atrocités qu’il avait vécues. Mais les personnages restent muets et silencieux, plongés dans leurs souvenirs. L’émotion est intense.

Des décors-métaphores racontent ce que nos personnages ont vécu : Les bois, la route, le désert et la mer. Quatre récits : un extrait de « Les récits de la kolyma » de Chamalov, racontant les calvaires des goulags, un extrait de « Avant la nuit » de Reinaldo Areinas racontant les horreurs du régime castriste à Cuba, un extrait de témoignages de rescapés de la Shoa, un témoignage d’un jeune tunisien qui a subi le test anal et condamné pour homosexualité.

La fin du film se passe dans un musée d’art contemporain ou une galerie. Des visiteurs attentionnés ou indifférents regardent une œuvre. Quelques-uns la prennent en photo, d’autres se prennent en selfi et d’autres traversent le champ sans trop s’attarder devant l’œuvre en question. Le réalisateur arrive en costume de gardien de salle de musée, déboulonne la caméra en plein filmage et la fixe sur le subjectif des visiteurs et fait le point. On découvre alors quatre grands portraits figés de nos personnages en noir et blanc accrochés comme une fresque.


FAQ

C'est un long-métrage de 65min. Un long-métrage d'une écriture scénaristique épurée et une mise en scène qui puise dans la recherche formelle et esthétique. C'est un essai d'auteur, un essai libre de toutes les contraintes de production, de certain dictat thématique officieux. Ce film se veut une ode aux gens qui ont souffert de la brutalité et des crimes des dictatures. L'aventure a commencé avec mon ami et complice Oussama Boukhris le DOP, le principe était : un comédien, un décor, une caméra fixe : travailler le jeu d'acteur sans aucune Manipulation (au sens propre et figuré) de la caméra. Les acteurs sont arrivés sur le tournage et ne savaient absolument rien du sujet. C'est une fois devant la caméra, que la direction à commencer et la caméra a capté la sève ! 

C'est tout genre de public, mais surtout les jeunes adultes et les jeunes ados, je veux les inviter à réfléchir et à discuter de la mémoire oubliée, à comprendre que le crime ne s'oublie pas et ne doit plus se reproduire. Aussi, les initier à une autre forme possible de narration filmique et artistique qui interpelle le spectateur et l'invite à penser au lieu de lui donner les réponses. 

A quoi sert l'argent collecté

L’argent collecté servira à finir le tournage : la séquence avec le quatrième personnage et la séquence finale dans un musée ou une galerie, ainsi que toute la post-production. Des jeunes techniciens et artistes talentueux pourront travailler sur ce film dans ces circonstances épidémiques compliquées.

Un Sound designer qui va créer une création sonore épousant le texte  avec les effets de : ouverture de portes de cellules. Le passage des trains. Le silence de la nuit. Aboiements de chiens. Bottes de militaires. Echos confus de couloirs ou de caves, cris lointains… Le son sera aussi créer à partir de sons réels de la vie.


Objectif de collecte

1 000,00 €

Montant Global

24 000,00 €

Dépenses

Désignation Montant

Première partie du tournage

Matériel + équipe 11 000,00 €
SOUS TOTAL 11 000,00 €

Post-production

Montage + Mixage + Étalonnage + Création sonore 8 000,00 €
SOUS TOTAL 8 000,00 €

Continuer et finir le tournage

Equipe + Matériels 5 000,00 €
SOUS TOTAL 5 000,00 €

TOTAL

TOTAL 24 000,00 €

Recettes

Désignation Montant

Première partie du tournage

Matériel + équipe 11 000,00 €
SOUS TOTAL 11 000,00 €

Proarti

Financement participatif proarti 1 000,00 €

TOTAL

TOTAL 12 000,00 €

Au départ un regard. Le regard hagard et perdu de ma grand-mère, chapelet à la main et des murmures de prières à peine audibles. Pendant des longs après-midi d’hiver dans la vieille maison à la Medina de Tunis. Enfant, je jouais dans le patio et j’observai son regard absent plongé dans les souvenirs d’une vie tumultueuse et dure. Elle n’a jamais exprimé son tourment, elle se contentait d’un soupir, et parfois d’un sourire. Ce regard de ma grand-mère est resté gravé en moi. Ce regard raconte une vie. Plus tard, je rencontre le tableau de Degas « L’absinthe» et j’étais subjugué et frappé par le regard amer et perdu de cette dame solitaire devant son verre rempli d’absinthe. Des années sont passées et j’étais tout le temps habité par l’idée de juste le regard du personnage qui ne parle pas devant la caméra, qui raconte sa peine aux spectateurs sans le moindre mot.

Contreparties

Remerciement

pour 20,00 € et +

0
ARTINAUTES

1
DISPONIBLES

Pour 20€:Votre nom augénérique, parmi les donateurset un grand Merci.

Votre nom au générique

pour 50,00 € et +

3 ARTINAUTES

Pour 50€:Votre nom au générique avec la mention:Le réalisateur remercieparticulièrement.

Invitation à l'avant-première

pour 100,00 € et +

2 ARTINAUTES

Pour 100€:Votre nom au générique avec la mentionLe réalisateur remercieparticulièrement + Invitation à l’avant première (2) personnes.

Affiche dédicacée et le DVD

pour 500,00 € et +

0 ARTINAUTES

Pour 500€:Votre nom au générique avec la mentionLe réalisateur remercieparticulièrement + Invitation à l’avant première (2 personnes) + affiche dédicacée + DVD.