Mécénat

Pour l'amour de Dieu

J -55


| AUDIOVISUEL - CINÉMA
| PRODUCTION

3 415,00 €

15 000,00 € demandés

22
Soutiennent
0
Recommandent
0
Suivent
22%

Présentation du projet

Cette collecte a pour objectif de financer une partie du film "POUR L’AMOUR DE DIEU” écrit et qui sera réalisé par Jamal Ouazzani. Nous faisons appel à votre générosité et vous proposons des paliers et des contreparties pour tous les goûts !

C’est en lisant plus de 300 ouvrages sur les questions du genre et de la sexualité dans le monde arabo-musulman que Jamal a pu consolider un savoir précieux, générateur de récits extraordinaires. Ce premier film émerge d’un sentiment viscéral d’injustice quant au décalage entre l’écrit coranique et ce que les patriarches font subir aux femmes musulmanes depuis des siècles. Jamal a dès lors choisi de faire de l’imamat féminin son cheval de bataille.

En février 2021, à l’occasion du Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand et d’une session pitch, Jamal fait la rencontre de Stéphane Roche, producteur associé chez Arts Films et lui présente son projet. À la lecture du scénario, Stéphane est ravi de proposer à ce jeune auteur de développer ce sujet fort qui questionne le fondement nos sociétés mais aussi celui des grandes religions monothéistes : la place de la femme dans un système patriarcal. 

Depuis cette rencontre, Ava, en charge du développement des projets, travaille d’arrache-pied avec Jamal à la réécriture du film.
 

                                                         L’histoire

Salma, jeune musulmane docteure en sciences religieuses, vient d’emménager avec son  compagnon. Alors qu’elle souhaite aller prier à la mosquée de son nouveau quartier, on lui en refuse l’accès.

Salma, furieuse, s’engage dans un bras de fer contre Jafar, l’imam conservateur de la mosquée. Elle fait alors tout ce qui est en son pouvoir pour prouver l’égalité homme-femme en islam. Elle veut devenir imame, le temps d’une prière.   

                                            

L’imamat féminin

Pour l’amour de Dieu raconte en une vingtaine de minutes l’histoire d’une jeune héroïne profondément croyante, féministe musulmane libre, qui décide de faire affront aux injonctions patriarcales qui ont infesté la religion de son contenu misogyne et inégalitaire. Salma est amoureuse de Pierre, qui ne croit en rien d’autre qu’à son amour pour Salma. C’est l’histoire d’une femme qui a la foi et foi en l’amour.

Dans la mouvance du féminisme islamique, brandi par d’éminentes intellectuelles comme Amina Wadud ou Asma Lamrabet, nous avons vu récemment apparaître des femmes imames, guides spirituelles et figures d’exception, telle Sherin Khankan au Danemark, Ani Zonneveld aux États-Unis et Kahina Bahloul en France. Ce sont des femmes imames avec qui Jamal Ouazzani a eu le plaisir de converser.

Au cœur de l’islam, l’imamat féminin a sa raison d’être. Il n’existe absolument aucune interdiction coranique qui interdirait à la femme de diriger la prière pour d’autres croyants. ll s’agit d’une accaparation de ce statut par les hommes à travers les siècles.

Vers un islam progressiste en France

Jamal est à l’origine d’un podcast qui aborde avec des personnalités du monde académique, littéraire, cinématographique, religieux et artistique, les questions autour de la sexualité, du genre et du féminisme croisées avec l’islam et l’arabité.

"L'identité française est riche de la diversité d'individus et de concitoyen.ne.s, musulman.e.s et autres. J'ai besoin de montrer que le débat sur l'islam progressiste se passe aussi en France, loin des stéréotypes gluants. Je veux jouer avec ces identités plurielles qui doivent coexister et sans cesse se redéfinir. Il est certain que des villes comme Marseille, Saint-Étienne ou Roubaix cristallisent des tensions identitaires qui m'intéressent particulièrement à mettre en scène : sublimer les figures féminines fortes, mettre les personnages face à leurs contradictions, explorer un regard nouveau sur les corps, changer de discours à propos de l’islam en France et proposer une vision qui réconcilie les identités, quelles qu’elles soient."

Les décors

         

La psychologie des personnages

Personnages principaux

Salma, 28 ans, est française d'origine marocaine, née de parents immigrés marocains. Docteure et enseignante en sciences religieuses, elle est mariée à Pierre. Son objectif : devenir imame le temps d’une prière. 

Pierre, 30 ans, est français, athée, designer et photographe. Il est marié à Salma, et c’est un allié parfait pour elle, il l’aime éperdument, il la comprend, il la protège sans l’étouffer.

Jafar, 40 ans, marseillais d’origine algéroise. Il est imam principal de la mosquée. Excellent orateur, prédicateur malin, il sait rallier les croyants à sa cause. Il est l’antagoniste principal de Salma, il est furieux à l’idée qu’elle puisse prendre sa place.

Personnages secondaires

Fatima, 37 ans, femme de Jafar, elle ne travaille pas. C’est une femme bienveillante, vaillante, mais effacée. Elle n’exprime pas ses frustrations, ses peurs. C’est aux côtés de Salma qu’elle va réussir à se confier, à poser des questions sur l’islam et à regagner confiance en soi en tant que femme. 

Noh, 25 ans, est l’assistant de Jafar et muezzin à ses heures perdues. Il croit en une vision soufie de lʼislam.

 

Pour rester connecté au projet, suivre les actus, la préparation et l'évolution du projet :

A quoi sert l'argent collecté

L’argent collecté nous aidera à couvrir une partie des frais de production : défraiement, décors et costumes, repas de notre équipe technique, rémunération symbolique pour l’équipe et les acteurs, location du matériel audiovisuel, post-production… Cela nous permettra de travailler dans les conditions indispensables au bon déroulé du tournage. 

    Dans le secteur du court-métrage, les techniciens et artistes sont très souvent défrayés mais non rémunérés. Nous souhaitons que tous ces techniciens et tous ces artistes soient rémunérés au tarif en vigueur, dans une volonté de respect, de reconnaissance et de considération pour leur travail. À noter que les acteurs, célèbres ou non, seront rémunérés au même tarif.

Nous souhaitons rappeler aux donateurs que la collecte bénéficie du mécénat. De ce fait, chaque don ouvre droit à une défiscalisation de 66% pour les particuliers et de 60% pour les entreprises. La plateforme PROARTI prend en charge l’émission des reçus fiscaux auprès des donateurs. Par exemple, dans le cas d'un don de particulier, si vous soutenez le projet à hauteur de 100€, il vous coûtera finalement 34€.

“Pour l’amour de Dieu” vient d’entrer en production, c’est donc à partir de maintenant que nous recherchons des financements. Au programme en début d’année 2022 : demande d’aide à la production auprès d’une région, puis dans les mois qui suivront, demande de pré-achat d’une chaîne TV, de l’allocation directe au CNC et du fonds images de la diversité.

En tant que donateurs, vous rejoignez l’aventure et nous nous engageons à vous tenir régulièrement informés de l’avancée du projet. 


Objectif de collecte

15 000,00 €

Montant Global

136 000,00 €

Dépenses

Désignation Montant

COUTS DIRECTS

Droits artistiques 1 800,00 €
Personnel 23 700,00 €
Interprétation 16 211,00 €
Charges sociales 23 135,00 €
Décors et costumes 7 600,00 €
Transports, défraiements, régie 17 200,00 €
Moyens techniques 13 500,00 €
Pellicule/Laboratoire 12 477,00 €
Assurances et divers 5 806,00 €
SOUS TOTAL 121 429,00 €

COUTS INDRECTS

Frais généraux 8 500,00 €
Imprévus 6 071,00 €
SOUS TOTAL 14 571,00 €

TOTAL

TOTAL 136 000,00 €

Recettes

Désignation Montant

AIDES PRIVEES

Producteur délégué (acquis) 16 000,00 €
Diffuseur (à venir) 25 000,00 €
SOUS TOTAL 41 000,00 €

AIDES PUBLIQUES

CNC - Fonds images de la diversité (à venir) 15 000,00 €
CNC - Allocation directe pour la production d’oeuvres audiovisuelles de courte durée (à venir) 25 000,00 €
Région (à venir) 30 000,00 €
Collectivité territoriale (à venir) 10 000,00 €
SOUS TOTAL 80 000,00 €

Proarti

Financement participatif proarti 15 000,00 €

TOTAL

TOTAL 136 000,00 €

INTENTIONS

Pour l’amour de Dieu est un film qui rentre dans le genre du drame social. Il s’agit de faire un cinéma réaliste, qui reflète la réalité des islams de France aujourd'hui. J’entends porter à l’écran une figure féminine forte et complexe. J’aimerais que ce film soit accueilli à la fois comme un hymne à l’amour que comme un manifeste de libération, avec une image épurée, poétique et léchée. L’écriture de ce court-métrage s’inscrit directement dans un mouvement introspectif de réflexion sur le monde qui nous entoure. C’est là l’ambition et l’engagement de toute une vie : participer aux changements sociaux en France par le cinéma. C’est ce qui rappelle le pouvoir du cinéma, celui d’inventer le monde de demain, plus juste, plus équitable, plus beau !

ATMOSPHERE

Le film va s’axer en termes de lumière et d’équilibres chromatiques autour du bleu, du blanc et du rouge, en référence à l’identité française en renouveau. Il s’agit de redéfinir l’islamité en France, dans la cité phocéenne, immense espace d’échanges interculturels et interreligieux. Le bleu méditerranéen véhiculera l’atmosphère globale du film, celui du ciel marseillais et des espaces ouverts pour pointer vers la liberté du personnage principal. La blancheur renverra à la sacralité et à l’innocence suspecte des édifices et des costumes des croyants. En se rapprochant des personnages, on verra la chaleur du rouge qui décrira l’intimité des personnages, leur proximité humaine, leur solidarité clandestine face à l’adversité de Jafar… comme pour voir leur cœur qui bat. Le choix tricolore est un choix de réalisation et artistique : l'atmosphère bleue-blanche-rouge dans lequel je veux faire baigner le film ancre dans les yeux et les esprits que l'islam fait partie intégrante de l'histoire et du territoire français.

INSPIRATIONS

Cette histoire ne pourra prendre tout son sens que dans un traité graphique particulier. Une triade méditerranéenne d’oeuvres magistrales de réalisateurs-scénaristes m’a inspiré : La graine et le mulet (2007) du tunisien Abdellatif Kechiche pour le réalisme qui suinte de chaque séquence dans l’univers sétois, Et maintenant, on va où ? (2011) de la réalisatrice libanaise Nadine Labaki pour la place déterminante qu’elle donne à la Femme dans le récit et Une séparation (2011) de l’iranien Asghar Farhadi pour son esthétique naturaliste et ses dynamiques conflictuelles.

Contreparties

Un grand merci

pour 10,00 € et +

0 ARTINAUTES

Tous ceux qui contribuent à la production de Pour l’amour de Dieu seront bien-sûr cités au générique. Un grand merci pour votre soutien !

Un très grand merci

pour 25,00 € et +

2
ARTINAUTES

98
DISPONIBLES

En plus de la contrepartie précédente, vous aurez une affiche du film dédicacée par l'auteur-réalisateur

Un beau souvenir

pour 50,00 € et +

3
ARTINAUTES

497
DISPONIBLES

En plus des contreparties précédentes, vous recevrez un DVD du film

La première version

pour 100,00 € et +

0
ARTINAUTES

50
DISPONIBLES

En plus des contreparties précédentes, vous recevrez un scénario dédicacé par l'auteur-réalisateur

Le making-of

pour 250,00 € et +

1
ARTINAUTE

49
DISPONIBLES

En plus des contreparties précédentes, vous obtiendrez le making-of du film en fichier numérique

Le tapis rouge

pour 500,00 € et +

1
ARTINAUTE

19
DISPONIBLES

En plus des contreparties précédentes, vous recevrez deux invitations à l'avant-première en présence de l'équipe du film (hors frais de transport et d'hébergement)

Devant les projecteurs

pour 1 000,00 € et +

0
ARTINAUTES

20
DISPONIBLES

En plus des contreparties précédentes, vous recevrez une invitation à une journée de tournage avec l'équipe du film (hors frais de transport et d'hébergement)

Dans les coulisses

pour 2 000,00 € et +

0
ARTINAUTES

10
DISPONIBLES

En plus des contreparties précédentes, vous recevrez une participation à une journée de post-production en studio avec l'équipe de post-production (hors frais de transport et d'hébergement)

Clap de fin

pour 3 000,00 € et +

0
ARTINAUTES

20
DISPONIBLES

En plus des contreparties précédentes, vous recevrez une invitation à la fête de fin de tournage avec toute l'équipe du film (hors frais de transport et d'hébergement) et serez crédité au générique en qualité de MEMBRE D'HONNEUR