Mécénat
Icon proarti

NOTRE-DAME DE PARIS
Pièce de théâtre adaptée du roman de Victor Hugo

Par: Am'AriLLo

Collecte Réussie


| ARTS DE LA SCÈNE
| PRODUCTION

5 430,00 €

5 000,00 € demandés

33
Soutiennent
0
Recommandent
0
Suivent
108%

Présentation du projet

Il y a deux ans, Claire Chauchat achevait l'adaptation pour le théâtre de "Notre-Dame de Paris".

Le 27 mai dernier, les comédiens ont présenté une lecture de la pièce à la SACD à Paris.

En Septembre, les répétitions commenceront.

Trois résidences de création auront lieux en Région Centre Val de Loire.

Nous souhaiterions vous présenter le spectacle à Paris au Printemps prochain.

Des artistes et techniciens de talent se sont rassemblés pour porter à la scène cette adaptation du roman de Victor Hugo.

Il ne nous manque aujourd'hui plus que les moyens pour monter ce spectacle.

Nous avons besoin de vous pour le réaliser.

..

..

..

DU ROMAN A LA PIECE DE THEÂTRE

°°

L'adaptation

°°A l’adolescence, j’avais lu « Notre-Dame de Paris » comme un roman d’amour.

A l’âge, presque adulte, j’ai lu « Notre-Dame de Paris » comme un roman noir.

Aujourd'hui, je le vois.

°°

°°

°°La narration sublime de Victor Hugo, la description tellement contrastée de ses personnages, ce qu’ils illustrent des réalités sociales, y compris dans l’expression de leurs émotions et celle de leurs passions, la langue, propre à chacun, génèrent chez moi, dorénavant, des images d’une extrême richesse.

Parce que ces images sont passionnantes et captivantes, il m’a paru nécessaire d’entreprendre l'adaptation du roman :

Je savais l’idée ambitieuse mais je ne pouvais m’empêcher de voir « Notre-Dame de Paris » sur une scène de théâtre.

Je me suis donc lancée dans cette aventure en m’imposant de suivre au plus près ce texte génial qu’il fallait absolument conserver pour l’essentiel, tout en interrogeant les raisons pour lesquelles cette histoire résonnait à ce point en nous aujourd'hui.

°°

L’Histoire

°°« Notre-Dame de Paris » raconte l'histoire violente et fatale, d'humains qui se débattent, avec eux mêmes, avec les autres, avec la société.

Claude Frollo, Archidiacre de la cathédrale, pour avoir osé poser son regard sur le corps d'Esmeralda, perd la raison, tiraillé entre devoir ecclésiastique et pulsions.

Quasimodo son fils adoptif, sourd, isolé par le handicap et rejeté du monde, oscille entre la dévotion qu'il porte à son père et l'amour fantasmatique qu'il voue à Esmeralda.

Elle, artiste de rue tantôt provocatrice tantôt ingénue, se jette à corps perdu dans une passion irraisonnée pour un gendarme qui la considérera, un temps, comme un objet d’amusement.

Jehan Frollo, jeune frère de l'archidiacre, parce qu'il cherche sa place dans une société ou il ne sait que se perdre, boit et provoque avant de renoncer et de rejoindre la Cour des Miracles et des truands.

Gringoire, auteur sans le sou ni succès, regarde et conte les crimes et malheurs de ces êtres tragiques qui se rencontrent, se percutent, et se détruisent.

°°

°°

°°

°°

NOTE D’INTENTION

°°

Je pouvais faire le choix de privilégier, dans ma mise en scène celle d’un conte et de ses personnages fantastiques : le bossu monstrueux, la danseuse étrangère, le beau prince, le sombre prêtre, le poète au grand cœur, les mendiants terribles et malicieux...

Mais je ne pouvais en rester là : au delà de la féerie du conte existe « le social » : le handicap, la misère, la marginalité, la bourgeoisie, la justice et l'injustice.

Je souhaite donc que ces personnages parlent aux spectateurs de l’actualité d’un monde qui, aujourd’hui, sépare et oppose selon les apparences, le statut social, les origines.

Mais sans oublier, parce que Victor Hugo le voulait dans son roman, le « sublime », amené par la poésie de la langue, par les amours et les passions.

L'être humain, au delà de sa condition, est un être dense, habité par des sentiments qui le dépassant parfois, le rendent tout à la fois pathétique, mais aussi extra ordinaire et fantastique.

C'est ce postulat qui détermine mes choix de mise en scène.

°°

Les lumières :

°°Les lumières joueront un rôle essentiel parce qu’elles nous permettront de travailler avec les ombres. Elles devront également flouter ou découper les espaces et les personnages pour créer au-delà du réel, un univers proche du songe.

°°

L'univers sonore :

°°La musique doit être à la fois force de proposition et au service du plateau.

L'idée sur laquelle je travaille est de distordre et faire résonner autrement des musiques classiques (comme celles de Prokofiev) afin de leur donner un rythme nouveau, qu’elles puissent servir des scènes rythmés, comme d’autres plus oniriques.

A côté de cela, j’aimerais travailler autour des percussions corporelles pour les personnages de la Cour des miracles afin de trouver avec eux un univers proche de celui du cirque et des arts de la rue : ces personnages n'ont rien mais ils possèdent une forte présence tant visuelle que sonore, leurs corps seront instruments de musique.

°°

La cadence :

°°L'histoire que nous racontons est connue.

Alors comment étonner le spectateur, le surprendre, le faire espérer même s'il connaît l'issue fatale?

« Fatalité », mot sur lequel l'auteur écrit son histoire, insuffle un rythme particulier : Le temps sera difforme.

Les personnages malmenés par les événements seront tantôt bousculés, tantôt figés, le souffle retenu.

Certaines scènes se dérouleront dans la langueur, puis une scène en chassant une autre, les personnages se poursuivront, se percuteront ou se croiseront, dans une cadence parfois lente parfois frémissante.

°°

Les personnages, les costumes :

°°Six personnages emmèneront l'histoire et je m'appliquerai à les chercher au plus près des comédiens, pour trouver le réalisme sans le quotidien ou le banal.

Je m'inspirerai pour cela du travail réalisé par Baz LUHRMANN à l’occasion de son film « Roméo et Juliette », ceci pour trouver le naturel du cinéma sublimé par la beauté de l’écriture de Victor Hugo.

Mais nous ne serons pas au cinéma.

Pour cette raison, je voudrai que les douze personnages « secondaires », à mon avis essentiellement figuratifs : le peuple, la bourgeoisie et la justice, aient un jeu plus prononcé, et plus proche du burlesque, voire de la caricature.

Ce qui impliquera chez les acteurs un travail de composition.

Pour donner corps à ces personnages, je travaille avec un styliste lequel suit au plus près ce travail, l’objectif étant de trouver le « réalisme au delà du réel ».

°°

Le décor

°°Le destin des personnages est intense, chacun d’entre eux porte de lourdes et encombrantes identités.

A contrario, le décor sera épuré, propre.

Les univers traversés seront géométriques : la confusion des sentiments évoluant dans un monde tranchant.

Victor Hugo décrit dans son roman la toile d’araignée dans laquelle la mouche vient « se briser » («Subtile toile d’araignée tendue par le destin ... ils se heurtent en bourdonnant à cette vitre éternelle !»).

Pour séparer, emprisonner, lier, cloisonner, nous utiliserons un décor fait de fils et de tentures

Le décor sera mouvant afin de créer des espaces variés.

La disposition des tissus permettront de figurer la cathédrale, la rue, le tribunal, la place de la grève, un balcon, etc…


A quoi sert l'argent collecté

L'argent collecté servira à la création du spectacle.

Décor, lumière, musique, costumes et accessoires seront financés grâce aux dons récoltés.

Nous aurons besoin d'une somme supplémenatire à celle demandé pour plusieurs choses :

- Le salaire de l'administratrice en charge de la comptabilité et des salaires (300 euros)

- La location d'une salle de répétition à Paris (300 euros)

- Le salaire des comédiens (2000)

Pour aller encore plus loin, nous aurons besoin de financement en vue d'une programmation Parisienne

- Location de la salle (5000 euros)

- Chargée de diffusion (3500 euros)

- Communication (1500 euros)

 


Montant de l'appel à dons

5 000,00 €

Montant Global

9 500,00 €

Dépenses

Désignation Montant

CREATION ARTISTIQUE

Costumes 700,00 €
Achat et création des accessoires 300,00 €
Création lumière 1 500,00 €
Conception du décor 2 000,00 €
SOUS TOTAL 4 500,00 €

FRAIS DE REPETITIONS

Salaire résidences 2 000,00 €
Frais de résidences (transports et repas de l'équipe) 3 000,00 €
SOUS TOTAL 5 000,00 €

TOTAL

TOTAL 9 500,00 €

Recettes

Désignation Montant

Aide de l'Espace Agnès Sorel à Loches

Défraiements 200,00 €
SOUS TOTAL 200,00 €

Soutien de la DRAC Centre Val de Loire

Apport pour défraiements 1 500,00 €
Apport pour salaires 2 000,00 €
SOUS TOTAL 3 500,00 €

Proarti

Financement participatif proarti 5 000,00 €

TOTAL

TOTAL 8 700,00 €

Contreparties

Un joli pas !

pour 10,00 € et +

2 ARTINAUTES

Notre reconnaissance! (Parce qu' un petit pas pour vous est un grand soutien pour nous !)

Notre reconnaissance !!

pour 30,00 € et +

2 ARTINAUTES

Un mail personnalisé de remerciement !

Corne de Boeuf, merci !!!

pour 60,00 € et +

0
ARTINAUTES

-3
DISPONIBLES

Une affiche du spectacle, dédicacée par sa belle équipe !

Joie !!!!

pour 150,00 € et +

3 ARTINAUTES

Une invitation pour venir voir le spectacle!

Joie bonheur et belles perspectives !!!!

pour 300,00 € et +

2 ARTINAUTES

Deux invitations et un verre à la sortie de la réprésentation !

Ventre dieu ! Corne de belzébuth ! Bédiable ! Noël ! Noël !!!!!

pour 1 000,00 € et +

1 ARTINAUTE

Un immense merci et une infinie reconnaissance ...

Ainsi que : deux invitations, une bonne bouteille après la représentation, un tot bag et une affiche du spectacle dédicacée par l'équipe !