Mécénat
audiovisuel.png Icon proarti

MON AMOUR
La série noire des noyades dans la Garonne

Collecte Réussie


| AUDIOVISUEL - CINÉMA
| PRODUCTION
| CRÉATION ÉMERGENTE

1 340,00 €

1 000,00 € demandés

25
Soutiennent
0
Recommandent
0
Suivent
134%

Présentation du projet

Dix ans après la disparition brutale de son fils dans la Garonne, Sylvie incarne la complexité d’un deuil sans réponse causé par une enquête bancale, voire inexistante. Elle nous fait part de la fragilité et de l'incertitude qui la suit depuis.

Elle nous raconte son histoire : comment elle survit à la mort de son fils, comment s’est elle retrouvée seule. Elle se remémore des moments avec Vincent à travers les innombrables photos de famille présentes sur les murs de son appartement. “je vous présente Vincent, mon fils, mon amour”.

Aujourd’hui Sylvie laisse une dernière chance à la justice avant d’accepter de ne pas savoir.

Nous rencontrons les Moallic, parents de Guillaume, mort dans la Garonne en 2021.

Nous découvrons le passé sombre de la Garonne suite à l'horrible disparition de Guillaume Moallic en novembre 2021 à Bordeaux. Entre 2011 et 2013, sept jeunes hommes de la même tranche d'âge disparaissent en pleine nuit à Bordeaux et sont retrouvés quelques semaines plus tard morts dans la Garonne dans des circonstances extrêmement similaires. Nous avons été interpellés par le témoignage de la mère d'une des victimes, Sylvie Zecca, ancienne commissaire de police qui n'a pas été écoutée par la justice. À ce jour, dix ans plus tard, aucune enquête n'a été menée et Sylvie ne connaît toujours pas la vérité sur la disparition de son fils en mars 2012.

Nous avons en effet ressenti l'impuissance de cette femme face à la société et la douleur profonde du deuil. La perte d'un enfant est une expérience déchirante et bouleversante pour toute mère, et l'exploration de la manière dont elle gère cette douleur ainsi que les obstacles qu'elle doit surmonter suscite l'empathie et la compréhension chez le public.

Dès notre première rencontre, nous avons noué un lien maternel et bienveillant avec Sylvie.

Nous souhaitons axer ce documentaire sur l'angle psychologique de la situation : pourquoi Sylvie Zecca continue-t-elle à se battre pour la justice de son fils ? Comment trouve-t-elle la force de prendre l'initiative, seule, de rester accrochée à la vie et à l'espoir de trouver la vérité ?

Notre projet ne consiste pas à mener une enquête, mais à suivre Sylvie Zecca pendant presque une année pour répondre à ces questions. Nous souhaitons montrer la boucle qui perdure sans l'enquête de la disparition des jeunes garçons disparus, en faisant intervenir les parents de Guillaume Moallic. Ce couple vit actuellement ce que Sylvie vit : le malheur, le deuil, la culpabilité, la déchirure des deux parents rongés par la culpabilité, qui se rejettent la faute dessus. Tout cela, Sylvie l'a connu il y a dix ans.

Nous sommes également en grande admiration envers cette femme grâce à sa détermination, sa façon de parler aux médias, de se lier aux autres parents et familles, d'écrire sa vie à travers son plus gros traumatisme, mais aussi la plus grosse enquête de sa carrière.

Nous sommes également attachés à Bordeaux et à ses habitants. Nous voulons montrer la ville sous un autre jour, celui d'un lieu qui a connu de nombreuses tragédies mais qui continue à vivre et à offrir de la beauté malgré tout. Enfin, nous souhaitons rendre hommage à Vincent, le fils de Sylvie, en racontant son histoire à travers les yeux de jeunes de son âge. Cette conception juvénile rendra hommage à Vincent. Nous espérons que notre projet permettra de donner la parole à Sylvie Zecca et de sensibiliser le public aux questions d'injustice et de deuil. Nous avons aussi une certaine proximité avec Sylvie Zecca car Vincent avait à peu près notre âge, cet âge où nous nous envolons vers l’indépendance loin de nos parents. En l'occurrence nous avons également atterris à Bordeaux pour nos études, ville tranchée par la Garonne.


A quoi sert l'argent collecté

L'argent collecté nous servira : 

-Défrayer nos trajets en trains et/ou en voiture jusqu'à Terasson-Villedieu (chez Sylvie) et Quimper (chez les Moallic)

-Louer du matériel son (micro)

-Achat de consommables

-Défraiement de notre protagoniste Sylvie Zecca jusqu'à Quimper

-Défraiement numérisation de 7 cassettes d'archives de Vincent

-Droits archives

-Régie (repas, essence...)

- 8% sont collectés par Proarti 


Objectif de collecte

1 000,00 €

Montant Global

1 000,00 €

Dépenses

Désignation Montant

Production

Trajets 300,00 €
Location matériel son 200,00 €
Achat de consommables 50,00 €
Defraiement Sylvie 100,00 €
Numérisation cassettes 170,00 €
Régie 100,00 €
Comission Proarti 80,00 €
SOUS TOTAL 1 000,00 €

TOTAL

TOTAL 1 000,00 €

Recettes

Désignation Montant

Aucune recette

SOUS TOTAL 0,00 €

Proarti

Financement participatif proarti 1 000,00 €

TOTAL

TOTAL 1 000,00 €

Nous découvrons le passé sombre de la Garonne suite à l'horrible disparition de Guillaume Moallic en novembre 2021 à Bordeaux. Entre 2011 et 2013, sept jeunes hommes de la même tranche d'âge disparaissent en pleine nuit à Bordeaux et sont retrouvés quelques semaines plus tard morts dans la Garonne dans des circonstances extrêmement similaires. Nous avons été interpellés par le témoignage de la mère d'une des victimes, Sylvie Zecca, ancienne commissaire de police qui n'a pas été entendue par la justice. À ce jour, plus de dix ans plus tard, aucune enquête n'a été menée et Sylvie ne connaît toujours pas la vérité sur la disparition de son fils.

La perte d'un enfant est une expérience déchirante et bouleversante pour toute mère, et l'exploration de la manière dont Sylvie gère cette douleur ainsi que les obstacles qu'elle doit surmonter peut susciter l'empathie et la compréhension chez le public. De plus, la question de l'injustice et de la solitude ajoute une dimension très intéressante au documentaire.

Nous avons directement ressenti l'impuissance de cette femme face à la société et la douleur profonde du deuil.

Dès notre première rencontre, nous avons noué un lien spécial avec Sylvie, maternant et bienveillant. Nous souhaitons axer ce documentaire sur l'angle psychologique de la situation : comment et pourquoi Sylvie Zecca continue-t-elle à se battre pour la justice de son fils ? Comment trouve-t-elle la force de prendre l'initiative, seule, de rester accrochée à la vie et à l'espoir de trouver la vérité ?

Notre projet ne consiste pas à mener une enquête, mais à suivre Sylvie Zecca dans cette année décisive.

Nous souhaitons montrer la boucle qui perdure sans l'enquête de la disparition des jeunes garçons disparus, en faisant intervenir les parents de Guillaume Moallic. Ce couple vit actuellement ce que Sylvie a vécu : le malheur, le deuil, la déchirure de deux parents rongés par la culpabilité. Tout cela, Sylvie l'a connu il y a dix ans. Nous ferons concorder les plans quotidiens de Sylvie avec ceux des Moallic pour montrer que tant que la justice ne fera pas son travail, ces événements resteront une boucle infinie.

Nous sommes également en grande admiration envers cette femme ainsi que les M par sa détermination, sa façon de parler aux médias, de se lier aux autres parents et familles eux aussi des battants, ainsi que d'écrire sa vie à travers son plus gros traumatisme, mais aussi la plus grosse enquête de sa carrière. En effet, Sylvie a été commissaire, détective privée, juriste, et aujourd'hui médiatrice. La justice est une valeur qui lui tient à coeur depuis toujours.

Nous avons une relation spéciale avec Sylvie Zecca car Vincent avait à peu près notre âge, cet âge où nous nous envolons vers l’indépendance loin de nos parents.

Sylvie a répondu à de nombreuses interviews, mais jamais par la vision de jeunes de l’âge de Vincent. Nous voulons que cette conception juvénile rende hommage à Vincent.

En l'occurrence nous avons également atterris à Bordeaux pour nos études, ville tranchée par la Garonne. Nous sommes tous deux très attachés à cette ville et ne voulons pas la quitter.

Nous voulons aussi montrer la ville sous un autre jour, celui d'un lieu qui a connu de nombreuses tragédies mais qui continue à vivre et à offrir de la beauté malgré tout.

La relation que nous avons avec cette mère rend la réalisation de ce projet unique, pour elle ainsi que pour nous. Nous espérons que notre projet permettra de donner la parole à Sylvie Zecca et de sensibiliser le public aux questions d'injustice et de deuil.

Contreparties

Merci !

pour 5,00 € et +

1 ARTINAUTE

Un grand merci par mail aux donateurs !

Merci + images making off du tournage

pour 10,00 € et +

3 ARTINAUTES

Un grand merci ! (remerciements+ photo de l'équipe et du tournage, backstage par mail)

Nom au générique

pour 15,00 € et +

8 ARTINAUTES

Grand merci + photos de l'équipe sur le tournage, backstage + Votre nom au générique !

Commentaires

joe lie.jpg

il y a 4 mois

hello