Mécénat

Ma folle otarie

Collecte Terminée


| ARTS DE LA SCÈNE
| Paris
| PRODUCTION, DIFFUSION

3 800,00 €

3 800,00 € demandés

24
Soutiennent
2
Recommandent
2
Suivent
100%

Présentation du projet

Le spectacle sera représenté au Théâtre des Halles dans le cadre du 50ème Festival d'Avignon Off. C'est la première fois que la Cie Les gens Qui Tombent présente un spectacle pour le Festival d'Avignon Off. L'enjeu principal de ce projet est de permettre au spectacle de profiter d'Avignon pour être présenté au public et aux professionnels. Nous espérons ainsi donner une diffusion à "Ma folle otarie" plus largement sur le territoire français. Afin de présenter ce spectacle dans les conditions nécessaires nous avons besoin de ressources qui dépassent nos prévisions de billetterie. Nous n'avons pas pu réunir des soutiens institutionnels pour financer notre participation au Festival Off d'Avignon. Heureusement le crowdfunding permet aujourd'hui à tout à chacun de soutenir et d'être associé à la création et à la vie des spectacles.

Notre pièce se jouera du 6 au 27 juillet au Théâtre des Halles.

Nous considérons réellement ces représentations comme une opportunité de rencontrer ceux qui sont séduits par l'intiative et par ce spectacle. Pendant plus de trois semaines, nous allons donner vie à ce texte singulier, une sorte de conte initiatique drôle et humaniste. Nous sommes d'ores et déjà enthousiastes à l'idée de vivre l'aventure contée de "Ma folle otarie" avec et grâce à vous cet été.


Ma folle otarie

Ma folle otarie, c’est avant tout l’histoire d’un homme sans folie.

Un homme ordinaire pourrait-on dire.

Sans histoire, on dit ça.

Sans aucune histoire d’aucune sorte.

C’est l’histoire d’un homme qui n’en a jamais connue, ni bouts d’histoires, ni tranches de vie, ou plutôt l’histoire d’un homme qui n’a jamais connu qu’Esméralda, un amour inabouti, un amour sans fin ni même début.

La belle a terminé son vol du bout du monde, qui allait les réunir pour la première fois, au fond de l’océan atlantique.

Les jours sont gris depuis pour ce petit gars sans couleur employé comme agent de voyage dans un tour-opérateur spécialisé longs courriers, quelle ironie.

Arrive le jour où la nature s’en mêle.

Le bonhomme ne peut plus ni enfiler son slip sans en casser l’élastique, ni même s’assoir sans détruire pantalons et fauteuils de bureau. Du jour au lendemain, son postérieur va s’agrandir, grossir, enfler, gonfler jusqu’à mesurer, peut-être, la taille d’un demi cachalot.

C’est la vie d’un homme dont la première histoire de fesses concernera les siennes principalement et la taille exponentielle qu’elles atteindront, jour après jour, sans explication médicale ni remède miraculeux.

C’est un voyage entre Paris et Dieppe, un périple sur la Seine et sous les lumières des phares.

C’est la transformation d’un type au quotidien tiède et mou en une créature qui attire tous les regards et les railleries, le destin d’un humain à l’envie monstre de devenir quelqu’un et de vivre peut-être enfin quelque chose.

(Brice Hillairet)


Note de l'auteur

Il s'agit du portrait d'un homme qui n'aura jamais dit ni oui ni non à rien, qui n'aura jamais encore rien vécu, ni aimé vraiment, ni refusé quoique ce soit, ni connu l'indignation ni la révolte, ni l'enthousiasme ni la passion, un homme en deuil de sa propre vie, et qui se retrouve soudain sans comprendre pourquoi à grossir des fesses, à grossir encore jusqu'à atteindre des proportions monstrueuses. Sans comprendre, sans savoir, il fuira la ville, le monde, et rencontrera une otarie au milieu de l'océan qui le sauvera peut-être de sa situation cocasse mais pas que.

Ma folle Otarie est une expérience, une épreuve, où un comédien seul en scène, sans accessoire, sans décor, sans autre écrin que l'espace intime du public, fait vivre une épopée intime et fantastique, un récit monstrueux aux prétentions humanistes, dans une économie de moyens qui oblige le spectateur à œuvrer pour imaginer, comprendre, visualiser le conte, et voyager dans une marge d'interprétation ouverte à l'infini.

(Pierre Notte)


Dates de représentations:

Du 8 au 18 juin au Théâtre de Belleville à Paris

Du 6 au 27 juillet au Théâtre des Halles à Avignon

------------------

LA PRESSE EN PARLE

- Un Fauteuil pour l'orchestre (Denis Sanglard)

Encore une fois la fine écriture de Pierre Notte, son acuité humaniste, sa petite musique délicate dans sa férocité ténue si reconnaissable, nous entraîne dans un récit gentiment farfelu, drôle et grave tout à la fois –il y a du Marcel Aymé chez cet homme là – où tout peut arriver sans que nous nous en étonnions outre mesure.

C’est une petite merveille portée par Brice Hillairet, familier des textes de l’auteur, seul en scène. Il incarne ce petit bonhomme dans à peine un mètre carré qu’il ne quitte pas, planté là et pourtant c’est une invitation au voyage malgré les risques à prendre un long courrier. Seul en scène, dans une économie de moyen radicale, plateau nu, des lumières pour tout bagage, Brice Hillairet incarne ce nouvel hottentote avec grandes délicatesse et justesse. Il faut le voir, son corps se nouant et se dénouant au fur et à mesure de ce récit, se métamorphoser au fil de cette aventure singulière, s’envoler même. Si habité, si plein de son personnage qu’on finit par les voir ces fesses monstrueuses qui encombrent sa vie et le plateau… Pierre Notte signe une mise en scène toute nue mais faite de pleins et de déliés, de courbes délicates, subtiles, sans s’encombrer d’effets inutiles. C’est d’une grande retenue, d’une belle tenue. Ça fait du bien. Pierre Notte avec intelligence fait confiance au récit, au comédien et c’est très bien comme ça.

- Reg'Arts (Bruno Fougniès)

Le texte que Pierre Notte donne à son personnage est riche, fait d’un phrasé abondant, débordant parfois. Les phrases caracolent les unes après les autres, flirtent avec la poésie, font jaillir du tragique des situations la cocasserie, l’humour et la dérision. Brice Hillairet s’empare de ces mots avec une réelle gourmandise, un plaisir de dire qu’on croirait parfois musical.

Sans aucun accessoire ni décor, seulement soutenu par de rares effets de lumières, il n’a que son corps, sa voix et sa capacité d’évocation pour incarner ce personnage, son étrange transformation physique et le voyage qu’il entreprend contraint et forcé. Il y parvient parfaitement et son corps frêle n’empêche pas de se représenter la gigantesque profusion de chair qui le tourmente.

- Toute la culture.com (David Rofé-Sarfati)

Brice Hillairet est un immense acteur, un interprète précieux épais d’un talent à frapper fort nos imaginaires. Au théâtre, le petit n’est pas l’ennemi du grand. Un grand beau texte court, puissant, poétique, drôle, à la fois kafkaïen et surréaliste, joué sur une scène rendue grande par le vide et le noir qui y règnent.

Nous découvrons comment les individus se constituent en homme libre. Après Victor Hugo et son Quasimodo ou son Gwynplaine, après Kafka et son Gregor Samsa de « La Métamorphose », Pierre Notte nous offre ce cadeau de penser autrement. Brice Hillairet vient l’assister dans son vertueux travail créatif.
A ne pas rater, et à suivre.


A quoi sert l'argent collecté

La collecte de 6000 euros nous permettra de couvrir la totalité de l'hébergement et des défraiements de l'équipe pendant tout le mois de juillet, et nous pourrons améliorer les salaires de l'artiste et du technicien. 


Montant de l'appel à dons

3 800,00 €

Montant Global

15 550,00 €

Dépenses

Désignation Montant

Salaires

Metteur en scène (Droits d'auteur) 1 500,00 €
Charges sociales 1 500,00 €
Technicien 1 000,00 €
Comédien 1 800,00 €
SOUS TOTAL 5 800,00 €

Achats

Costumes 70,00 €
SOUS TOTAL 70,00 €

Logistique

Régie 300,00 €
Repas 1 100,00 €
Hébergement 1 600,00 €
Transport comédien et metteur en scène 200,00 €
SOUS TOTAL 3 200,00 €

Communication

Tractage 500,00 €
Impression 300,00 €
Forfait communication 1 500,00 €
Coût du programme du off 380,00 €
SOUS TOTAL 2 680,00 €

Prestataire

Frais de diffusion 500,00 €
Diffusion 2 500,00 €
SOUS TOTAL 3 000,00 €

Autre

Imprévus 800,00 €
SOUS TOTAL 800,00 €

TOTAL

TOTAL 15 550,00 €

Recettes

Désignation Montant

Repésentations

Billetterie 5 000,00 €
SOUS TOTAL 5 000,00 €

Compagnie

Apport compagnie et mécénat 4 550,00 €
SOUS TOTAL 4 550,00 €

Proarti

Financement participatif proarti 3 800,00 €

TOTAL

TOTAL 13 350,00 €

Ma folle otarie s’adresse à tous les publics à partir de 13 ans.

Il s’agit d’une petite forme, espace restreint, petite salle ou salon privé, théâtre d’appartement pour spectateurs avides d’histoires nouvelles et d’envolées dramatiques.

Un seul comédien. Et avec lui ni costume fantastique, ni accessoires pour raconter la monstruosité, la métamorphose physique.

Un monologue formé de 22 tableaux et d’autant d’espaces et de lieux que seuls le comédien et l’imaginaire du spectateur devront faire exister.

Contreparties

x2

pour 10,00 € et +

1
ARTINAUTE

2998
DISPONIBLES

Un grand merci

x3

pour 30,00 € et +

1
ARTINAUTE

399
DISPONIBLES

Un grand merciet une affiche du spectacle

x4

pour 70,00 € et +

0
ARTINAUTES

200
DISPONIBLES

Contrepartie précédente +

Un verre offert à l'issue du spectacle

x5

pour 150,00 € et +

1
ARTINAUTE

199
DISPONIBLES

Contrepartie précédente +

Le livre du spectacle

x6

pour 250,00 € et +

0
ARTINAUTES

200
DISPONIBLES

Contrepartie précédente +

Une place pour le spectacle

Demi cachalot

pour 500,00 € et +

1
ARTINAUTE

199
DISPONIBLES

Contrepartie précédente +

Deux livres dédicacés