Mécénat

Les Mémoires de Paul Palandin
à Avignon au Théâtre des Béliers en juillet 2022

Collecte Réussie


| ARTS DE LA SCÈNE
| PRODUCTION
|

3 455,00 €

3 400,00 € demandés

25
Soutiennent
0
Recommandent
0
Suivent
101%

Présentation du projet

Bonjour chers futurs mécènes !

Merci de vous intéresser à notre collecte pour le financement de la première pièce de Grégory Corre "Les mémoires de Paul Palandin" au Théâtre des Béliers pour le festival d'Avignon 2022.

.

Pitch

C'est l'histoire d'un type qui perd la mémoire à chaque fois qu'il la retrouve. D'un garçon têtu qui veut comprendre pourquoi sans savoir comment. Où l'inverse. D'un amoureux transi qui ne se souvient plus de qui... Où alors c'est peut être la quête d'un homme heureux qui ne veut pas le savoir.

La seule chose qui est sûre c'est qu'il s'appelle Paul Palandin, et c'est déjà pas mal.

.

Auteur : Grégory Corre

Metteurs en scène : Christophe Canard et Constance Carrelet

Avec : Johann Dionnet, Laetitia Vercken, Sandra Colombo, Yannik Mazzilli et Emmanuelle Bougerol

Paul Palandin livre une course effrénée à la recherche de ses souvenirs perdus, qu’il pense être la clé de son futur bonheur. Mais la mémoire nous permet-elle vraiment cela ? Ou bien au contraire nous enchaîne-t-elle au passé, au point d'être incapable de s'imaginer un avenir ?

C’est ce que Grégory Corre a voulu explorer dans cette comédie intelligente, romantique et résolument drôle.

.

Histoire du projet

« Les mémoires de Paul Palandin » sera la première « grosse » production de notre structure. Jusqu’à présent, en une petite dizaine d'années, nous avions essentiellement accompagné des seules-en-scène ou des duos, toujours cependant dans une forme plus théâtrale qu’humoristique, notre credo se portant sur des spectacles populaires et intelligents. « Drôles, mais pas que », comme on dit. Et c’est tout ce qu’est la première pièce de Grégory Corre. On y rit, on y pleure, on y réfléchit.

Après avoir monté une version courte pour le Festival des Mises en Capsules au Théâtre Lepic en 2018, nous avions retravaillé la version longue pour préparer des lectures. C’est après cette étape, en novembre 2019, que le Théâtre des Béliers à Avignon nous avait proposé d’intégrer leur programmation pour le Festival 2020. C’était sans compter sur le Covid et la crise sanitaire.

Et vous n’en serez pas surpris, ces deux dernières années ont mis à mal les finances de beaucoup de compagnies (annulations, fréquentation en baisse, contraintes sanitaires...). Et si les Béliers nous ont gardé leur confiance en ne nous déprogrammant pas, la production d’une pièce à 5 comédiens, 2 metteurs en scène, 1 auteur, 1 régisseur, 1 costumière, 1 compositeur et 1 créateur lumières est cependant plus difficile aujourd’hui qu’en 2020.

Nous avons la chance sur ce projet, d'être soutenus par nos partenaires (Béliers, Spedidam) et par l'Etat (Fonpeps) mais nous avons besoin aujourd'hui de votre soutien pour boucler nos budgets création et montage. Ce projet stimulant et ambitieux est un investissement financier mais également humain. Et c’est pourquoi nous faisons le choix d’une collecte participative sur Proarti. Cette collecte nous permettra d'aborder plus sereinement l'un des plus grands événements culturels au monde, et nous pourrons, grâce à vos dons, emporter un peu de chacun d’entre vous avec nous.

Alors merci à vous, et vive le spectacle vivant !

A quoi sert l'argent collecté

Avant de faire un don, il est compréhensible et utile que vous sachiez à quoi il servira. Si les fonds propres de la compagnie ainsi que les aides de l’Etat (Fonpeps) ou les partenariats (Spedidam) nous permettront de couvrir 80% de notre budget, ce mécenat via proarti nous aidera sur toute la partie création et montage, afin d’aborder le Festival d'Avignon 2022 avec le meilleur spectacle possible artistiquement.

Ainsi, comme vous pouvez le constater dans le budget ci-dessous, notre objectif de collecte correspond à cette partie.

Vos dons nous seront donc précieux pour monter la plus belle pièce possible, alors encore un grand merci à vous !


Objectif de collecte

3 400,00 €

Montant Global

49 900,00 €

Dépenses

Désignation Montant

Création & Montage

Captation Avant-Première 1 000,00 €
Création Affiche 1 600,00 €
Salaires Répétitions 4 000,00 €
Costumes 800,00 €
Décors 800,00 €
Musique & Création Sonore 800,00 €
SOUS TOTAL 9 000,00 €

Théâtres

Avant-Première Lepic (location) 1 000,00 €
Béliers Avignon (coréa) 5 250,00 €
SOUS TOTAL 6 250,00 €

Salaires Avignon

Comédiens 18 500,00 €
Régisseur 1 500,00 €
SOUS TOTAL 20 000,00 €

Droits, Taxes & Commissions

Taxe Parafiscale 350,00 €
Droits d'Auteur 1 000,00 €
Droits de Mise en Scène 300,00 €
Commission Proarti 1 000,00 €
SOUS TOTAL 2 650,00 €

Transports

Transports Décors 1 000,00 €
Transports du Personnel 900,00 €
SOUS TOTAL 1 900,00 €

Hébergement & Défraiements

Locations Maisons 7 100,00 €
Repas 500,00 €
SOUS TOTAL 7 600,00 €

Communication Festival

Impression Affiches & Affichage 1 400,00 €
Flyers 500,00 €
Plaquettes Pros 250,00 €
Inscription Programme du Off 350,00 €
SOUS TOTAL 2 500,00 €

TOTAL

TOTAL 49 900,00 €

Recettes

Désignation Montant

Recettes Spectacle

Billetterie (remplissage estimé 65%) 10 500,00 €
SOUS TOTAL 10 500,00 €

Subventions/Aides

FONPEPS 10 000,00 €
SPEDIDAM 3 500,00 €
SOUS TOTAL 13 500,00 €

Fonds Propres

Apport personnel 16 000,00 €
SOUS TOTAL 16 000,00 €

Proarti

Financement participatif proarti 3 400,00 €

TOTAL

TOTAL 43 400,00 €

Note d’intention de l’auteur

Il y a 8 ans, j’allais devenir papa de notre premier enfant. Dans tout le lot de bonheurs et de peurs que l’arrivée d’un petit bonhomme comporte, il y a l’attente. C’est long neuf mois. Quand j’attends, je fume beaucoup et je cogite. Les deux me donnent envie d’écrire. J’avais envie d’une pièce et j’ai commencé à rassembler toutes les idées qui me venaient. La toute première chose que j’ai notée à l’époque est une phrase de mon ex-femme qui m’avait marqué.

Remettons les choses dans leur contexte. J’ai une mémoire de mutant. Je me souviens de ce que j’ai fait tel jour, où et comment, ce qu’un tel a pu dire, où j’ai mis mes clés, les dates importantes, mon numéro de sécu, de carte bleue, mon IBAN, les codes d’entrée d’immeuble de chez mes potes, leurs numéros de tel... etc. Émilie, la mère de mes garçons, c’est tout le contraire. Elle a une mémoire qui a une autonomie de trois jours à tout casser. Elle a mis quatre ans à se souvenir de mon anniversaire et se mettait à pleurer si je lui offrais un bouquet pour le nôtre. Pas à cause de l’attention. Parce qu’elle n’a aucune idée de la date de notre rencontre. Forcément quand on a un « don » comme le mien, on commence par avoir l’impression que c’est une grande qualité, et on en veut à l’autre de ne pas avoir la même. Un jour, je lui reproche de me dire pour la énième fois qu’elle a perdu son portable, alors que je sais pertinemment qu’il est, et ne peut être, que dans l’appartement et qu’elle a du le poser à un endroit différent de d’habitude. Essayer de s’en souvenir est, pour elle, un tel gouffre, qu’elle préfère s’avouer vaincue et répéter en boucle « j’ai perdu mon portable » avant d’ajouter un « c’est foutu » histoire de commencer à faire le deuil. Ce n’est pas cette phrase que j’ai notée, je vous rassure. Après lui avoir retrouvé son téléphone - qui était dans le tiroir avec le sèche cheveux, mais passons - nous avons eu une discussion sur l’effort de mémoire. Enfin j’ai plutôt fait un monologue pour lui rappeler que ce qui est une facilité pour moi a été tout d’abord un travail.

La mémoire est un muscle, qu’on doit exercer et dont on a besoin. Il nous sert tous les jours et nous fait gagner du temps. Elle m’a rétorqué, à juste titre, que chez moi ça pouvait aussi être très pesant. Très triste. Que j’avais une mélancolie due à une lourde nostalgie, qui était capable de plomber l’ambiance pendant plusieurs jours. Elle, elle oublie, elle chasse, elle n’a jamais de coup de blues. Elle, elle avance. Au présent et au futur. C’est tout. Et elle a conclut par « Il faut savoir oublier, pour être heureux ».

Voilà. C’est ça qui m’a marqué. Elle a dû l’oublier dans la minute. Et huit ans après, deux enfants, et une séparation, ça résonne encore plus pour moi aujourd’hui.

Cette phrase était le point de départ des mémoires de Paul Palandin. Et c’est la question que son histoire pose tout du long ; Faut-il savoir oublier pour être heureux ? Faut-il laisser de côté le passé pour ne se concentrer que sur le présent, et l’idée de son futur ? Est ce qu’à la place de Paul, vous souhaiteriez vous souvenir ? Où tout chasser pour avancer ?

J’ai eu envie d’inventer une histoire, pour parler de ça ; les tragédies qu’on s’efforce de se rappeler, en oubliant que pendant ce temps, on pourrait faire de notre futur une jolie comédie.

Note d’intention des metteurs en scène

« Les Mémoires de Paul Palandin » fait partie de ces pièces qu’on lit d’une traite. Le propos est moderne, tout comme la forme. Ce personnage prit dans le tourbillon de ses souvenirs, de son passé, de son présent, de son futur, donne envie de travailler à une scénographie rythmée et fluide, axée sur un jeu de lumières très présent, afin que le spectateur finisse par ne plus savoir « quand c’est ».

Car la pièce de Gregory Corre nous interroge sur la mémoire et le temps qui passe. Sur l’émotion qu’elle retient ou dévoile. Ainsi, la mémoire nous permet-elle d’obtenir les clefs de l’avenir ? Ou bien à l’inverse, nous enchaine-t-elle au passé, immobilisant toute perspective d’évolution ? C’est ce qu’a décidé d’explorer l’auteur à travers le personnage de Paul Palandin, qui livre une course effrénée à la recherche de ses souvenirs, souvenirs qui, selon lui, sont la clef de son bonheur.

L’écriture de Gregory nous invite à réfléchir au moyen d’embarquer le spectateur dans le tourbillon des souvenirs de Paul. C’est un incessant va et vient entre le présent, le passé et même l’avenir qu’on nous demande de traiter, parfois clarifiant l’époque, et d’autres fois, à l’inverse, invitant le spectateur à se perdre au même rythme que le protagoniste. C’est à la fois une quête philosophique, celle du héros, celui qui court vers son destin, trébuchant, se questionnant, comprenant, se heurtant. Mais également une enquête au cours de laquelle, dans le même temps que Paul, le spectateur doit essayer de démêler les bribes de souvenirs afin de tenter d’approcher de la vérité, de comprendre son passé.

Pour tout cela, les changements de lieu, les allers-retours temporels nous appellent à « minimiser » la scénographie, afin de pouvoir, avec une simple ambiance, changer de lieu et de période. Nous n’utiliserons pas les conventionnelles entrées et sorties, mais ferons apparaître les protagonistes de façon parfois irréelle, magique, afin de mettre l’accent sur le flou temporel que ressent Paul. Nous traduirons la plupart des tableaux à travers son regard, sa perception. Les quelques éléments de décor seront montés sur roulettes ou sur pivot, pour garder un principe de tour de passe-passe et de fluidité entre les scènes.

Nous tenons particulièrement à soigner l’éclairage : au delà des lieux, il pourra traduire également l’émotion du personnage principal. Nous glisserons d’une ambiance à l’autre sans passer par la brutalité d’un noir plateau, mais au contraire en suivant le personnage dans ses passages entre son passé, son présent et son futur. De même, les ambiances sonores nous laisseront le choix d’inviter le spectateur, à des moments choisis, à glisser dans une hyper réalité, ou au contraire à se perdre dans la tête de Paul.

Voici donc l’exigence scénographique que nous souhaitons pour « les Mémoires de Paul Palandin ». Car c’est cette exigence qui nous permettra de révéler pleinement les personnages imaginés par Grégory Corre. Des personnages tous profondément dessinés, avec de réels enjeux et une fine psychologie, ce qui laisse entrevoir un travail sur le jeu d’acteur passionnant. Là encore, l’idée est de « manipuler » les spectateurs, en les faisant passer de la comédie au drame, du rire aux larmes, en une fraction de seconde. Parce que c’est ça le théâtre et la vie.

Suivez l'actualité du projet !

  • Début des répétitions

    C'est parti pour le grand saut ! Dans la joie et la bonne humeur, ce qui ne gâche rien ;-)

  • Début de la production

    La production est lancée, et nous obtenons une première subvention de la Spedidam.

  • Ce coup-ci, c'est la bonne !

    Le Théâtre des Béliers nous confirme qu'ils nous réintègrent comme promis dans leur programmation ;-)

  • Décision de ne pas aller à Avignon en 2021

    Avec une situation sanitaire encore fragile, et des protocoles Covid handicapants, c'est un nouveau Festival que nous laissons passer.

  • Bon ben le Covid...

    1er confinement, suivi de l'annulation du Festival 2020...

  • Lecture au Théâtre Michel

    C'est après cette lecture que le Théâtre des Béliers nous propose d'intégrer leur programmation pour le Festival 2020 !

  • Création de la version courte au Festival des Mises en Capsules au Théâtre Lepic

    Lors du festival 2018, nous avions eu la grande chance d'être sélectionnés pour montrer les premières ébauches de notre travail sur cette pièce. La version courte (25 minutes) avait reçu un très bon accueil du public smiley

Contreparties

Flashback

pour 10,00 € et +

0
ARTINAUTES

100
DISPONIBLES

- Un grand merci !

Ce don de 10€ vous coûte en fait :

-> 3,30€, si vous êtes un particulier, défiscalisation de 66%

-> 4€, si vous êtes une entreprise, défiscalisation de 60%

Souvenir de vacances

pour 30,00 € et +

3
ARTINAUTES

97
DISPONIBLES

Toutes les contreparties précédentes

+ Une carte postale postée depuis le Festival d’Avignon et signée par toute l’équipe !

Ce don de 30€ vous coûte en fait :

-> 9,90€, si vous êtes un particulier, défiscalisation de 66%

-> 12€, si vous êtes une entreprise, défiscalisation de 60%

Rappel

pour 50,00 € et +

10
ARTINAUTES

90
DISPONIBLES

Toutes les contreparties précédentes

+ Une invitation à l’avant-première de la pièce au Théâtre Lepic à Paris les 21 ou 22 juin 2021 !

Ce don de 50€ vous coûte en fait :

-> 16,5€, si vous êtes un particulier, défiscalisation de 66%

-> 20€, si vous êtes une entreprise, défiscalisation de 60%

Deuxième rappel

pour 100,00 € et +

2
ARTINAUTES

98
DISPONIBLES

Toutes les contreparties précédentes

+ Une deuxième invitation à l’avant-première de la pièce au Théâtre Lepic à Paris les 21 ou 22 juin 2021 !

Ce don de 100€ vous coûte en fait :

-> 33€, si vous êtes un particulier, défiscalisation de 66%

-> 40€, si vous êtes une entreprise, défiscalisation de 60%

Troisième rappel

pour 150,00 € et +

0
ARTINAUTES

100
DISPONIBLES

Toutes les contreparties précédentes

+ Une troisième invitation à l’avant-première de la pièce au Théâtre Lepic à Paris les 21 ou 22 juin 2021

OU un tote-bag à l'effigie de la pièce pour ne rien oublier chez vous !

Ce don de 150€ vous coûte en fait :

-> 49,5€, si vous êtes un particulier, défiscalisation de 66%

-> 60€, si vous êtes une entreprise, défiscalisation de 60%

Quatrième Rappel

pour 200,00 € et +

0
ARTINAUTES

100
DISPONIBLES

Toutes les contreparties précédentes

+ Une quatrième invitation à l’avant-première de la pièce au Théâtre Lepic à Paris les 21 ou 22 juin 2021

OU un mug pour penser à nous le matin !

Ce don de 200€ vous coûte en fait :

-> 66€, si vous êtes un particulier, défiscalisation de 66%

-> 80€, si vous êtes une entreprise, défiscalisation de 60%

Souvenir Visuel

pour 300,00 € et +

1
ARTINAUTE

99
DISPONIBLES

Toutes les contreparties précédentes

+ Un DVD de la captation de l’avant-première de la pièce !

Ce don de 300€ vous coûte en fait :

-> 99€, si vous êtes un particulier, défiscalisation de 66%

-> 120€, si vous êtes une entreprise, défiscalisation de 60%

Réminiscence

pour 500,00 € et +

0
ARTINAUTES

100
DISPONIBLES

Toutes les contreparties précédentes

+ Votre nom gravé dans le décor de la pièce !

Ce don de 500€ vous coûte en fait :

-> 165€, si vous êtes un particulier, défiscalisation de 66%

-> 200€, si vous êtes une entreprise, défiscalisation de 60%

Réminiscence

pour 2 500,00 € et +

0
ARTINAUTES

100
DISPONIBLES

Réservé au entreprises

Un gigantesque merci !

+ Un atelier théâtre dispensé par l’un de nous pour vos équipes

+ Le logo de votre société sur tous nos documents de communication (affiche, flyers, dossiers de presse, etc…) !

+ 4 invitations à l’avant-première de la pièce au Théâtre Lepic à Paris les 21 ou 22 juin 2021 !

Ce don de 2500€ vous coûte en fait 1000€, après défiscalisation de 60%

Mémoire vive

pour 5 000,00 € et +

0
ARTINAUTES

100
DISPONIBLES

Réservé aux entreprises

Un gigantesque merci !

+ La pièce jouée pour vos équipes en évènement privé (min 50 personnes)

+ Le logo de votre société sur tous nos documents de communication (affiche, flyers, dossiers de presse, etc…) !

+ 4 invitations à l’avant-première de la pièce au Théâtre Lepic à Paris les 21 ou 22 juin 2021 !

Ce don de 5000€ vous coûte en fait 2000€, après défiscalisation de 60%