Faites au village
Le documentaire sur les lieux qui fédèrent nos campagnes

Par: Léa Lebru

J -2


| AUDIOVISUEL - CINÉMA
| DÉMOCRATISATION CULTURELLE

2 025,00 €

2 500,00 € demandés

48
Soutiennent
0
Recommandent
0
Suivent
81%

Présentation du projet

EN BREF

C’est un projet collaboratif qui a pour but de vous faire rencontrer trois projets pluridisciplinaires qui impactent les campagnes dans lesquelles ils se développent. Notre fil conducteur est la question suivant : Quels impacts ont ces lieux en terme de cohésion sociale sur leurs territoires ?

L’objectif est qu’à la fin du film, vous vous demandiez ce qui existe autour de chez vous et que vous alliez frapper à la porte de ces initiatives citoyennes qui se développent de plus en plus sur nos territoires.

POURQUOI CE FILM ?

On fait ce film parce que pour nous, ces tiers-lieux sont des espaces où l’on peut réinventer notre manière de nous connecter et de construire des projets communs.

Mais que veut dire la notion de tiers lieux ? Ce sont des lieux qui permettent de faire, d’être et de rencontrer en dehors de l’espace privé « first place » et de l’espace professionnel « second place ». ils tentent de penser en cohérence tout ce qui se développe en leur sein notamment en impliquant les citoyens dans beaucoup d’étapes d’imagination et de développement du projet.

Ces lieux répondent aux besoins des gens qui les constituent et ce, souvent en reposant sur une gouvernance démocratique. On parle de ces projets comme des espaces désinstitutionnalisés parce qu’ils réfléchissent l’apprentissage, le travail, la lutte écologique et sociale comme un tout lié, porté par le collectif, dans un lieu défini. Ils laissent souvent la place à la spontanéité et l’informel, ce qui encourage chacun à s’investir.

Aujourd’hui la notion est de plus en plus utilisée et ces lieux viennent construire nos territoires.

Les tiers lieux les plus connus, quasiment tous situés en villes, sont plutôt associés à une classe socio professionnelle très bobo. A la campagne c’est aussi souvent le cas, on constate un certain entre-soi , c’est pour cette raison que la question de cohésion sociale est au centre de nos réflexions.

Sachant l’imaginaire collectif autour du concept de « tiers-lieux », et après avoir rencontré des porteurs de projets qui ne définissaient pas leurs initiatives comme tel, nous voulions nous en éloigner, avant de consciemment revenir sur nos pas en utilisant ce terme « tiers-lieu », puisqu’il est le seul qui définit ces projets.

LE BINÔME

Nous sommes deux jeunes femmes de 21 et 24 ans, blanche, cisgenres, de classe moyenne ayant grandi dans la campagne auvergnate et normande. Léa finit son master en design d’innovation sociale alors que Liloé étudie le cinéma, toutes deux à Bruxelles. nous partageons un intérêt commun pour l’écologie, le féminisme, les problématiques de genre, la seconde main, le voyage et les bières belges ! Nous avons toutes les deux, toujours côtoyé ces lieux alternatifs de manière ponctuelle. Aujourd’hui, nous vivons dans une capitale et nous nous rendons quotidiennement dans ces tiers-lieux, qui ont eux des problématiques citadines.

Alors nous nous sommes dit « Pourquoi ces lieux n’existent-ils pas à la campagne ? ». C’était en novembre, et c’était le début de l’aventure..

LE LIEUX QUE NOUS FILMONS :

  • LA COLPORTEUSE :

La colporteuse, centre socioculturel et tiers-lieu est un projet actif depuis quinze ans à Argentons-les-vallées dans les deux-sèvres (France). Etablie dans le château de Sanzay, les colporteurs initiateurs de projets font grandir celui-ci grâce à ce qu’ils sont et ce qu’ils aiment partager. Cette philosophie fait qu’aujourd’hui la colporteuse est active dans plein de domaines. Elle accueille des jeunes en pleine création d’un collectif d’audiovisuel. elle propose des chantiers de construction autour du bois, du torchis, du métal, ou encore du maraichage. on peut s’y rencontrer également pour des spectacles et concerts, des ateliers manuels »…

Pour tout vous dire, on a été bluffées par la cohérence présente à tous les niveaux du projet. Par exemple avec l’histoire de deux habitants qui cherchaient un endroit où extraire leur miel. ils ont alors monté une salle d’extraction et ont acquis des ruches qui maintenant constituent un support pédagogique pour les publics qui viennent au château. Et ça ne s’arrête pas là, avec les excédents de miel, l’une des Colporteuses a eu l’idée de monter une savonnerie accessible à tous.

L’un des projets actuels de la colporteuse est de s’ouvrir et construire d’avantage avec les habitants et structures du territoire. Le projet a commencé par s’installer et lancer pleins d’activités sans prendre le temps de rencontrer d’abord les gens déjà actifs sur la région, ce qui leur vaut parfois une réputation décalée par rapport à ce que le projet est réellement. Estelle, Colporteuse fait actuellement un travail de communication et de rencontre des habitants, professionnels et structures associatives.

  • L’ARBRE TIERS-LIEU :

L’arbre tiers-lieu est un jeune projet normand qui a ouvert les portes de son coliving il y a quelques mois. Ce grand corps de ferme, accueille une trentaine de familles de la région une fois par semaine pour la vente des légumes. De cette communauté de mangeurs est né l'envie de penser plus loin le collectif en ouvrant un tiers-lieu. Le projet alliera le coliving déjà existant, une salle de spectacle, un café associatif et un espace de coworking en construction. Nous avons eu la chance de séjourner au coliving de L'Arbre et de se rendre compte du point d'honneur mis à ce que le projet soit autonome. Par exemple, l’arbre consomme essentiellement les produits de la ferme et des producteurs voisins, il s’assure également que les nouveaux arrivants au coliving puissent s'approprier les lieux rapidement sans avoir besoin de demander à un « maître des lieux ».

Le corps de ferme où est établi le projet est attenant à une parcelle de maraichage en sol vivant et à une ferme laitière. Tout l’espace de culture accueille également des publics comme par exemple les graines de deux-mains, un atelier à destination des enfants, autour de la nature. Une nouvelle fois, on a eu l’impression que les choses étaient pensées de manière connectée et complète.

  • QUAI LIBRE :

Enfin, Quai Libre, est un projet associatif en construction dans la campagne belge. Nous voulons vous faire découvrir différents projets mais surtout des projets avec différents temps d’existence. Parce que nous considérons qu’il est toujours intéressant de voir les processus et pas uniquement les projets finis ou déjà établis. Quai Libre est UN projet qui vient habiter l’entièreté de la gare de Court-Saint-Etienne, en Wallonie. Depuis six ans une coopérative citoyenne et culturelle occupe déjà une partie de la gare, mais celle-ci est rejointe par plusieurs autres entrepreneurs et initiateurs de projets afin de travailler et d’habiter de manière collective la gare. Des pôles autour de la santé, L’artisanat, L’alimentation, le coworking et les activités citoyennes sont en train d’être créés. Tout l’enjeu actuel de ce projet est de le rendre collectif et participatif, d’équilibrer toutes les énergies et investissements de chacun pour que le projet soit autonome et réellement collectif.

A quoi sert l'argent collecté

On te demande de l’argent pour financer le tournage du documentaire qui se déroulera durant la première semaine de juillet et tout le mois d’Aout. On va faire pas mal de route entre la Normandie, la Nouvelle Aquitaine et la Belgique, nos trois lieux de tournage. Il faut également qu’on se procure du matériel vidéo notamment un stabilisateur et des micros. Enfin l’argent nous servira afin de communiquer sur notre film juste avant sa sortie.

Peut importe la contribution ton nom sera dans le générique et les codes d’accès au film te seront envoyés ! 

 


Objectif de collecte

2 500,00 €

Montant Global

2 500,00 €

Dépenses

Désignation Montant

Matériel audiovisuel

Stabilisateur seconde-main 100,00 €
Location micro 300,00 €
Carte SD/Capteur ND 150,00 €
SOUS TOTAL 550,00 €

Transports

Essence et transports 500,00 €
SOUS TOTAL 500,00 €

Repas

1 mois de tournage en France 10€/jour/pers 600,00 €
SOUS TOTAL 600,00 €

Communication

Impression affiches 150,00 €
SOUS TOTAL 150,00 €

Post-production

Assistant montage et musique 300,00 €
SOUS TOTAL 300,00 €

Frais de collecte

Contreparties (impressions, envoi, achats, réalisation 200,00 €
Commission proarti 8% 200,00 €
SOUS TOTAL 400,00 €

TOTAL

TOTAL 2 500,00 €

Recettes

Désignation Montant

Proarti

Financement participatif proarti 2 500,00 €

TOTAL

TOTAL 2 500,00 €

Contreparties

Première contrpartie

pour 10,00 € et +

7 ARTINAUTES

POUR UN MINIMUM DE 10€ :

Nous t’enverrons un fanzine ressources dans lequel tu trouveras nos références de livres, podcast, film, musique, documentaire, magazine..

Deuxième contrepartie

pour 20,00 € et +

15 ARTINAUTES

POUR UN MINIMUM DE 20€ :

Nous t’enverrons un fanzine ressources dans lequel tu trouveras nos références de livres, podcast, film, musique, documentaire, magazine.. + une affiche + un savon au miel de la Colporteuse

Troisième contrepartie

pour 50,00 € et +

3 ARTINAUTES

POUR UN MINIMUM DE 50€ :

Nous t’enverrons un fanzine ressources dans lequel tu trouveras nos références de livres, podcast, film, musique, documentaire, magazine.. + une affiche + une place en avant première

Quatrième contrepartie

pour 75,00 € et +

2 ARTINAUTES

POUR UN MINIMUM DE 75€ :

Noust’enverrons un kit pour réaliser un kit d’atelier manuel collaboratif avec tes proches + une place en avant première

La contrepartie maximum

pour 100,00 € et +

1 ARTINAUTE

POUR UN MINIMUM DE 100€ :

Nous organiserons une rencontre sous forme d’atelier manuel super sympa ! + 2 places en avant première