Mécénat
Icon proarti

FAIRE AVEC
Une fiction percutante pour questionner l'intégration des réfugiés mineurs isolés

Collecte Réussie


| AUDIOVISUEL - CINÉMA
| PRODUCTION

7 040,00 €

7 000,00 € demandés

32
Soutiennent
0
Recommandent
0
Suivent
100%

Présentation du projet

Bonjour à toutes et à tous, 

Je suis Joséphine. L'auteure et la future réalisatrice du court-métrage " Faire Avec ". C'est un projet de coeur que je nourris depuis pas mal de temps et qui aborde la question de l'intégration des réfugiés mineurs isolés. 

Si rien que là, tu as envie d'en savoir plus, ne pars pas et clique juste sur le lien en-dessous. J'ai fait une vidéo pour te parler de ce qui m'anime dans ce projet. Rejoins-moi !

Quelle est l'histoire ? 

        " Faire Avec " est une tragédie contemporaine d’environ 20 minutes. Mélanie, une jeune femme idéaliste et combative, est totalement dévouée à son rôle d’éducatrice auprès des réfugiés mineurs isolés dont elle s’occupe avec Valérie, la directrice du foyer des Hirondelles. C’est tout naturel qu’elle soutient Ibrahim dans ses études et qu’elle vient en aide à Yassin, jeune mineur syrien connu quelques temps auparavant. Elle tisse avec lui un lien privilégié.

       Mais l’arrêté des instances publiques de la fermeture imminente du foyer est un coup de  tonnerre. La mollesse et la résignation habituelle de Valérie, déjà accommodante face aux obstacles du quotidien, incitent Mélanie à ne rien dire, et c’est seule, qu’elle se bat pour ses deux missions : sauver le foyer et trouver une solution pérenne pour Yassin. Elle contacte un journaliste, va à la mairie pour confronter l’administration, s’insurge, devant Valérie et Maître Sanchez, avocate bénévole auprès du foyer, contre les incohérences et les absurdités bureaucratiques concernant la situation de Yassin. A chaque fois, elle se heurte à l’inertie et à la froideur du système. Ce rouleau compresseur l’accule. Dans la tempête, Mélanie comprend que Valérie était déjà au courant pour la fermeture du foyer et qu’elle compte bien s’y plier. Il lui reste sa complicité avec Ibrahim et Yassin qu’elle cherche toujours à soutenir et protéger coute que coute. Mais Yassin, qui apprend par hasard pour le foyer, semble prêt à braver tous les interdits avec une bouteille d’alcool à brûler face à la mairie et des soldats de l’opération Sentinelle en faction..

 

.D'où et comment est né " Faire Avec " ? 

          En 2015, la mort d’Aylan Kurdi, retrouvé noyé sur la plage en Turquie, la vive émotion qui en découle mais aussi le tapage médiatique autour de sa photo m’ont beaucoup troublés. J’étais tiraillée entre colère et incompréhension. En quête de sens pour déchiffrer notre monde et notre humanité, j’étais déjà sensible aux problématiques sociétales et à la question des réfugiés, et ce fait divers tragique n’a fait qu’accentuer le besoin de m’impliquer et d’agir du mieux que je peux à mon niveau. D’autres évènements, comme les actions humanitaires du navire de sauvetage l’Aquarius, ont confirmé ma position alors que l’idée de mon court-métrage " Faire Avec " était déjà entamée. La création de ce film s’est imposée à moi comme une nécessité pour résister et confronter ce qui nous dérange d’ordinaire : Oser regarder et parler sans tabou des réfugiés et de leur réalité afin d’ouvrir un espace de parole, et idéalement de mise en action, quant à la responsabilité individuelle et collective que nous avons face à ce que l'on appelle « la crise migratoire ».

        Faire avec. Car au fond, c'est bien la question : comment faisons-nous avec ? Comment composons-nous avec cette réalité qui concerne des centaines de milliers d'êtres humains qui ne cherchent qu'un environnement propice à une vie décente ? Quels choix ou non choix faisons-nous ? Par quoi sont-ils dictés ? S’agit-il d’impuissance, de résignation, du respect de la loi et de l'ordre, de notre sens moral, de notre éthique de vie, de la peur de l’inconnu ? Autant de questions qui se bousculent, nous bousculent, et parfois nous paralysent.

     " Faire avec " est ma manière responsable et engagée d’agir en proposant un espace de sensibilisation et de débat citoyen. C’est une histoire qui prend sa source avec ma vision de la situation. Je ne suis pas engagée dans une activité politique, et je me défends de toute récupération. Mon levier, humble et déterminé, est de produire ce film pour qu’il suscite débat. Je souhaite développer l’idée, dans notre conscience collective, que cette " crise migratoire " est aussi la nôtre. C’est une invitation pour chacun d’entre nous à trouver, sans jugement ni à-priori, son positionnement et la manière dont il souhaite y engager sa responsabilité en conscience, à la mesure de ses moyens..

 

Pourquoi un film ? 

           Le prisme du cinéma pour porter mon projet m’est apparu évident car je crois en la force et en la beauté des images. Elles peuvent percuter et émouvoir tout à la fois. Face à un film, on réagit en premier lieu de façon organique et émotionnelle. A mes yeux, le cinéma est l’art par excellence pour toucher et sensibiliser les gens à un message ou à une cause. Il nous apprend à raisonner avec le cœur. 

          Lors du processus d’écriture, en plus de mes investigations sur le terrain et de mes échanges auprès de bénévoles en charge de mineurs isolés et/ou d’adultes réfugiés, ma sensibilité de comédienne a enrichi la construction du scénario.  Mon expérience de l’acting m’a aidée à imaginer sensoriellement les scènes et à sculpter les personnages en les humanisant. L'expertise de Sébastien Boatto, script doctor, avec qui j'ai travaillé, m'a permis de structurer et d'étoffer la vision que je voulais donner.  

         " Faire Avec " se concentre sur Mélanie qui mène un combat passionné mais inégal face aux rouages systémiques et bureaucratiques des institutions pour éviter la fermeture du foyer où elle est éducatrice et pour porter secours aux réfugiés dont elle s’occupe. Plus elle entreprend des actions, et plus Mélanie se retrouve isolée. De cette façon, " Faire Avec " est aussi le portrait d’une jeune femme écorchée et révoltée, prise en étau et asphyxiée devant soit l’indifférence de certains, soit l'accepation et l’obéissance démissionnaire  d’autres qui respectent l’ordre établi. Dans une moindre mesure, ce que Mélanie confronte et encaisse est en miroir de ce que subissent les réfugiés. Et la fin ouverte du film, où l’on ne sait pas si Yassin va s’immoler avec sa bouteille d’alcool, s’il va être stoppé par un tir d’un des soldats de l’opération Sentinelle, ou si rien de cela va se passer, pose une question importante : Quel pouvoir reste-t-il aux êtres humains estampillés " réfugiés " ? 

    J’imagine mon film comme un coup de poing. " Faire Avec " questionne sans concession notre humanité et notre volonté de changement face à la problématique des réfugiés mineurs isolés.  

 

Quand et où aura lieu le tournage ? 

Le tournage aura lieu la deuxième quinzaine de septembre pendant cinq jours en région parisienne. 

Note de Fakhrya Fakhry, ma productrice pour Jom Productions 

          Les chiffres sur les mineurs isolés n’ont cessé de croitre ces 5 dernières années. De 4 000 en 2014, notre pays en a accueilli 40 000 en 2020. " Faire avec " est un drame qui met en avant la situation difficile que vive les éducateurs spécialisés dans les foyers pour réfugiés mineurs isolés. C’est un film qui a été écrit avec le soutien de Sébastien Boatto, spécialisé en expertise de scénario. Cela pour s’ancrer dans un récit hyperréaliste. C’est un film humaniste avec de bonnes intentions, dont la première est de porter à l’écran un sujet qui n’attend qu’à être débattu pour que l’on puisse s’y confronter. Le propos qui ressort de " Faire avec ", c’est l’espoir d’un monde meilleur porté par un personnage principal persuadé qu’il faut se battre pour les valeurs que l’on défend.

          Ce film s’inscrit dans la longue tradition d’un cinéma social français, que notre ligne éditoriale défend. Mélanie est un personnage qui se bat contre un système qui se mord la queue. On peut avoir l’impression parfois que le monde est contre elle. C’est ici que se joue toute la mise en scène du film, créant une tension sur laquelle le personnage va surfer, pour coûte que coûte se battre pour une cause qui est perdue d’avance. C’est la force de ce film, Mélanie contre le monde entier, dont le regard critique cherche à faire prendre conscience des difficultés auxquelles sont confrontées les villes, leurs habitants, vous et moi par cette situation avec laquelle nous devons apprendre à composer.

           Cette violence quasi quotidienne avec laquelle, nous apprenons à composer, m’a tout de suite fait écho, quand j’ai écouté le pitch de Joséphine lors du rendez-vous mensuel des talents en court du Comedy Club, dont le scénario est lauréat. J’ai été séduite par la justesse mise en œuvre pour ne pas tomber dans un misérabilisme sur le sort des mineurs isolés, mais plutôt, celle de nous plonger dans le point de vue sensible de Mélanie auquel on s’identifie facilement parce qu’héroïque et universel.

           " Faire avec " est un film qui nous entraine dans la vie quotidienne dure et réaliste d’un foyer pour mineurs isolés étrangers où Mélanie est jeune éducatrice. C’est aussi le portrait de Yassin, un jeune homme cabossé par la vie, qui a du mal à s’insérer socialement, et qui, la majorité approchant, risque d’être expulsé. 

Le comédien Stéphane Roux nous parle de son rôle

https://youtu.be/XxRwKxApGSA

 


FAQ

En fonction de votre situation :

Pour les particuliers assujettis à l’impôt sur le revenu (IRPP) : réduction d’impôt équivalente à 66% du montant du don.

Pour les personnes morales assujetties à l’Impôt sur les Sociétés (IS) : réduction d’impôt équivalente à 60% du montant du don.

Quelques exemples :                                                                                                                                                                   

Si vous donnez 50€, votre don est défiscalisé, il vous coûtera en réalité : 17€ pour un particulier / 20€ pour une entreprise     

Si vous donnez 100€, votre don est défiscalisé, il vous coûtera en réalité : 34€ pour un particulier / 40€ pour une entreprise

A quoi sert l'argent collecté

L'argent collecté servira en premier lieu à louer la caméra et le matériel technique que nous souhaitons pour donner forme à nos intentions de réalisation lors des 5 jours de tournage et après, lors du montage du film. La location des décors/costumes et les frais quotidiens liés à la régie et au défraiement des transports pour les équipes et le matériel sont aussi des postes de dépense importants. La collecte est également destinée à payer toutes les personnes qui oeuvrent pour l'éclosion du film, à savoir les comédiens et l'équipe technique (tournage et post-production). 

Grâce à Proarti, chaque don versé pour nous soutenir est déductible des impôts à hauteur de 66% pour un particulier (dans la limite de 20% du revenu imposable), et 60% pour une personne morale assujettie à l'impôt sur les sociétés (dans la limite de 0,5% du chiffre d'affaires HT). 

 


Objectif de collecte

7 000,00 €

Montant Global

27 500,00 €

Dépenses

Désignation Montant

Equipe image

2 rôles principaux (5 jrs) et 5 rôles secondaires (entre 3 et 1 jrs) 2 850,00 €
SOUS TOTAL 2 850,00 €

Equipe technique

Directeur de la photographie; Electro; Machiniste; Ingénieur du son; Perchman; Chef maquillage/coiffure 4 120,00 €
SOUS TOTAL 4 120,00 €

Personnel

Producteur délégué; 1er assistant réalisateur; Scripte 2 000,00 €
SOUS TOTAL 2 000,00 €

Décors et costumes

Location foyer; Location accueil et bureau; Maquillage; Costumes et frais divers 2 830,00 €
SOUS TOTAL 2 830,00 €

Transports / Défraiement / Régie

Carburants véhicules et camion matériel régie; Location camion régie; Parking/Transports en commun; Repas tournage 4 300,00 €
SOUS TOTAL 4 300,00 €

Moyens techniques

Matériels vidéo, machineries, éclairage et son / Montage, sonorisation et post-production / Musique et générique 7 300,00 €
SOUS TOTAL 7 300,00 €

Equipe post-production

Chef monteur image; Monteur son / Mixeur; Etalonneur 4 100,00 €
SOUS TOTAL 4 100,00 €

TOTAL

TOTAL 27 500,00 €

Recettes

Désignation Montant

Jom Produtions

Financement de Jom Produtions 2 500,00 €
SOUS TOTAL 2 500,00 €

Proarti

Financement participatif proarti 7 000,00 €

TOTAL

TOTAL 9 500,00 €

MOODBOARD  

Le film sera mis en image sur un mode réaliste, avec des plans plutôt serrés, dans des tons bleus et froids, inspirés de l'ambiance visuelle de « Un 22 juillet » et de  « La Taularde ». 

  

 

    

   

                                      

 

 

 

 

MUSIQUE

Le fond sonore sera sobre, laissant la place aux voix des personnages, à la tension palpable au sein du foyer, aux bruits et aux silences.

https://youtu.be/2iFTJAx2iSw

Il sera accompagné, sur la dernière image du film, par une musique rock et moderne de type « Natural » d’Imagine Dragons :  https://youtu.be/0I647GU3Jsc

 
 

DECORS 

Foyer pour réfugiés

                                    

                                                                                  

        

Espace cuisine dans le foyer 

   

Couloir extérieur 

                      

Centre communal social 

                                             

              

         Je pense que la question des migrants aujourd’hui ne fait pas assez l’objet, au cœur de nos cités, de débats structurés et d’actions coordonnées et structurantes permettant une résolution humaine et géopolitique durable. Il me semble que le grand public, moi y compris, assistons ponctuellement à des pics médiatiques, très émotionnels, mais qui retombent comme un soufflet sans mise en action durable apparente. Dans ces moments médiatiques, nous voyons, des images défiler sur les réseaux sociaux et sur nos antennes : des centaines de migrants arrivent par bateau, certains périssent noyés, d'autres sont expulsés par ordre de la préfecture ou en attente dans des camps de fortune, d’autres reçoivent du réconfort de la part d’associations, d’autres encore sont dans la rue, juste en bas de chez nous et nous les croisons tous les jours. Dans ces moments, il me semble que beaucoup d’entre nous, citoyens, choisissons de les voir, avec un sentiment d’impuissance, voire de fatalisme face à cette situation sans issue. Dans ces moments aussi, il me semble que beaucoup d’entre nous, citoyens, choisissons de ne pas les voir parce que c’est peut-être plus facile à cette étape de notre vie.

C’est bien à ces deux catégories de personnes, et à moi, avec beaucoup d’affection et beaucoup de confiance en notre responsabilité citoyenne, que j’ai choisi d’adresser « Faire avec ».

         Il me semble aussi qu’entre deux pics médiatiques, le public et les médias parlons « des réfugiés, des migrants » comme s’il s’agissait d’une masse impersonnelle, comme si nous oublions qu’il s’agit d’un ensemble de personnes, avec des besoins et une histoire unique, comme nous.

 

 

Suivez l'actualité du projet !

  • Magaajyia SILBERFELD comédienne rejoint notre équipe pour le rôle principal celui de Mélanie

    Après lecture du scénario Magaajyia SILBERFELD a été séduite par le rôle principal de Mélanie. Forte de son expérience professionnelle en tant que comédienne et riche d'une longue immersion dans un camp de réfugiés en Grèce en tant que bénévole, nous sommes heureux de la compter parmi nous.

  • Sonia Mokhtari Auteure compositrice rejoint notre équipe pour la musique originale

    Depuis le lancement de la campagne note équipe s'étoffe petit à petit. Nous sommes ravis et fiers d'avoir parmi nous une auteure compositrice pour la musique originale. Il s'agit de Sonia Mokhtari qui vit à San Francisco.

Contreparties

Un chaleureux Merci !

pour 10,00 € et +

1 ARTINAUTE

Pour un don minimum de 10€, nous vous remercions chaleureusement.

Une carte postale !

pour 30,00 € et +

4 ARTINAUTES

Pour un don minimum de 30€, en plus d'un énorme merci, vous recevez une carte postale numérique du film.

Votre nom au générique !

pour 50,00 € et +

2 ARTINAUTES

Pour un don minimum de 50€, en plus des contreparties précédentes, nous ajoutons votre nom au générique.

L'affiche du film !

pour 100,00 € et +

4 ARTINAUTES

Pour un don minimumde 100€, en plus des contreparties précédentes, nous vous envoyons l'affiche du film en version numérique résolution haute qualité.

Photos exclusives du tournage !

pour 150,00 € et +

1 ARTINAUTE

Pour un don minimumde 150€, en plus des contreparties précédentes, vous recevez par mail une série dephotos exclusives du tournage.

Une photo dédicacée !

pour 300,00 € et +

0 ARTINAUTES

Pour un don minimumde 300€, en plus des contreparties précédentes, nous vous envoyons une photo dédicacée de l'actrice ou de l'acteur de votre choix.

Invitation à une projection!

pour 500,00 € et +

0 ARTINAUTES

Pour un don minimumde 500€, en plus des contreparties précédentes, vous recevez une invitation à une projection.

* Hors frais de transport et d'hébergement.

Rencontre et temps d’échange avec l’équipe !

pour 750,00 € et +

0 ARTINAUTES

Pour un don minimumde 750€, en plus des contreparties précédentes,nous organisons une rencontre avec l'auteure-réalisatrice et certains membres de l'équipe et nous échangerons ensemble.

* Hors frais de transport et d'hébergement.

Un lien privé pour visionner le film !

pour 1 000,00 € et +

0 ARTINAUTES

Pour un don minimumde 1000€, en plus des contreparties précédentes, nous vous envoyons un lien privé du film.

Dans le secret de la fabrication !

pour 2 500,00 € et +

0 ARTINAUTES

Pour un don minimumde 2500€, en plus des contreparties précédentes, nous nous vous invitons à assister à une demi journée de post-production lors du montage du film.

* Hors frais de transport et d'hébergement.