Mécénat

DARZACK "LIGHT IN THE DARK"

Collecte Terminée


| AUDIOVISUEL - CINÉMA
| PRODUCTION

43 000,00 €

66 094,00 € demandés

2
Soutiennent
0
Recommandent
0
Suivent
65%

Présentation du projet

 

 

 

 

Light in the Dark est un projet de court-métrage musical, d'une durée de 8mn, coproduit par Incendie Films et Maison Béryl, fruit de la collaboration de deux amis de longue date, l’un compositeur de musique électronique et l’autre réalisateur, Darzack et Yann Perrin, tous deux originaires de Bretagne. Son ambition est de mettre en image, dans une réelle symbiose, la musique de Darzack, composée à la lecture du scénario, lui-même pensé pour épouser la structure d’une track techno : ses accélérations de tempo et ses pauses mélodiques. Light in the Dark est un récit sonore et visuel visant à renouveler les codes de l’imagerie techno à travers une plongée dans l'univers maritime de la Côte d’Émeraude.

 

 

 

 

Yves, un vieux loup de mer et Jules, son jeune compagnon de pêche chevauchent la houle océanique à bord de leur chalutier cabossé. Confrontés au déferlement des éléments, ces deux marins que tout oppose, recherchent désespérément de quoi remplir leurs filets. Mais l’océan n’a plus que du plastique à leur offrir.

 

 

 

Deux marins arrivent au point de non-retour. Light in The Dark raconte une fracture générationnelle : la transmission rompue de la culture de la pêche artisanale, désormais en voie d’extinction. Jules le sait, c’est une vie de désoeuvré et de solitaire qui l’attend dans cette voie. À son âge, ses aspirations sont ailleurs. Lorsque l’insensibilité de son mentor devient insupportable, Jules se réfugie dans son cocon, un lieu symbolique de la mort d’une époque :  un cimetière naval peuplé d’épaves de chalutiers par dizaines. 

Jules est désemparé face au vide des réserves de l’océan, qui désormais n’offre plus que des déchets plastiques. Une vision transfigurée qui témoigne de la réalité de demain : dans trente ans, il y aura plus de plastique que de poisson dans les océans ! Comme le pêcheur du roman Le Vieil Homme et la Mer d’Ernest Hemingway, l’heure de la dernière pêche est arrivée pour Yves. Son corps, soumis à de terribles efforts le lâche petit à petit. Abandonné par son compagnon de mer, il devient alors le gardien du phare. Celui qui guide les autres marins. Sa lumière protectrice emmène symboliquement l’âme de Jules, de l’inconscient de la mer vers le conscient de la terre.

La mise en scène sera fragmentée entre une caméra mouvante témoignant de l’instabilité des personnages, et des compositions très picturales à forte portée symbolique, contemplatives des paysages et de l’architecture des décors. La caméra se voudra également intimiste, se concentrant sur les détails, les gestes, les visages, les sentiments et les comportements, tentant de se rapprocher au plus près de la réalité des personnages. Pour atteindre cette intimité et cette crudité avec une subjectivité intense, je jouerai aussi avec l’échelle macro qui permet aux petits détails de devenir profonds. Durant le tournage, je souhaite installer chaque scène comme une scène de fiction à l’intérieur de laquelle les acteurs seront guidés dans le but de donner l’illusion que l’on capte un instant de vie de personnages en mouvement. Pour éviter des situations trop figées, je veux créer un contexte, un début d’action préalable et une intention précise à chaque personnage. Les choix de casting s’orienteront vers des comédiens très expressifs et corporels qui peuvent se passer de mot pour transmettre des émotions. 

La mise en scène aura une approche fétichiste des objets mécaniques aux mouvements binaires visant à jouer sur des effets récurrents de synchronisation avec le beat. Une recherche du montage synchrone qui sera toutefois nuancée par l’utilisation du slow-motion, en contraste avec le BPM élevé du morceau. Si l’unique présence de la musique sur la bande-son peut paraître comme une contrainte pour développer un récit narratif, cela pousse également à s’interroger sur le rapport entre son et image. La musique de Darzack servira également de sound design. Un ingénieur du son nous accompagnera, afin que des sons directs puissent être samplés. Cela permettra de jouer avec des ambiances signifiantes définissant des paysages sonores. Certains samples sonneront comme des bruitages diégétiques et permettront le recours au off : ce qui n’est pas montré à l’écran mais exprimé par le son. La techno de Darzack est particulièrement mélodique et s’apprécie comme une exploration mystique. Un sentiment de mysticisme que l’on retrouve en terre bretonne dans sa nature occulte.

Light in the Dark est un projet innovant visant à dépasser le carcan formaliste du clip pour raconter une chronique sociale et politique, visuellement riche et émouvante.

 

Yann Perrin (Réalisateur)

 

 

.

Patrick Rocca

Père de Darzack, marin pêcheur dans son temps libre, le rôle d’Yves a été écrit pour Patrick Rocca. Connupour ses rôles de flic, notamment dans Doberman (Jan Kounen, 1997) ou encore Six-Pack (Alain Berberian, 2000), Patrick Rocca a un jeu très physique. Ses traits creusés, son regard azur particulièrement expressif, en font l’acteur idéal pour interpréter ce vieux loup de mer, marqué par le vague à l’âme. 

 

Rod Paradot

César du Meilleur espoir masculin à 20 ans pour La Tête Haute, d’Emmanuelle Bercot, Rod Paradot a par la suite confirmé sa réputation de comédien instinctif avec des interprétations fiévreuses au cinéma, au théâtre et dans des clips. Son énergie bouillonante, toujours sur le fil, apporterait un réelle force au personnage de Jules.

 

 

 

Darzack

Enfant d’une Bretagne bouillonnante de culture, Darzack puise sa verve électronique dans les discographies de Carpenter Brut, des Bloody Beetroots, ou de Paul Kalkbrenner et commence à produire sur son ordinateur à 15 ans. Il monte sur la capitale et tire vite son épingle du jeu en proposant des performances live surpuissantes où il met en exergue ses talents de percussionniste et son sens du show survolté. Sa musique est une grande claque techno, novatrice, endiablée, parfois très mélodique, parfois uniquement percussive. Ses talents musicaux lui permette de donner une dimension émotive à la musique violente et saturée qu’il défend. En live, Darzack impressionne et fait rapidement le tour des salles et clubs des grandes villes françaises. Désormais à l’affiche de festivals de grande ampleur (Solidays, Les TransMusicales, Piknic Électronik, Panoramas, Marvellous Island, Exit Festival...) et résident du Rex Club, il connaît une ascension express et profite de l’amour sincère d’un public fidèle et passionné. Il termine actuellement son premier album. Réputé pour ses talents de producteur, il collabore avec des artistes de renom provenant de divers horizon, comme les Feu Chaterton.

 

Yann Perrin

C’est lors d’un voyage dans les terres hostiles de Patagonie durant lequel il réalise un documentaire, La Tierra del Fuego, que Yann Perrin découvre son envie de capturer la beauté du monde. Diplomé par la suite de l’ESRA Paris en 2019, après avoir réalisé son film de fin d’étude Imago, sélectionné notamment au Short Corner de Cannes, Yann Perrin connaît ses premières expériences sur des plateaux de cinéma professionnels comme assistant réalisateur sur des courts-métrages et comme assistant décorateur sur des longs-métrages. Il travaille par la suite comme directeur artistique dans la publcité et le vidéoclip. Cette expérience au côté de jeunes créatifs décomplexés et de réalisateurs confirmés développe son regard et son attrait pour les images fortes et captivantes. Yann Perrin cherche avant tout à raconter des expériences humaines uniques et authentiques, tout en affirmant un style graphique et poétique, mélant réalisme et lyrisme. Il développe actuellement un projet de court-métrage ainsi qu’un premier long métrage. 

 

 

 

Les musiques électroniques ont plus de 40 ans d’histoire en France et constituent aujourd’hui le second style de musique le plus écouté après les musiques urbaines. Dans ce secteur, la France peut se targuer d’une grande richesse et diversité, notamment grâce à la passion des jeunes collectifs d’artistes, et l’investissement et soutiens des institutions culturelles propre à notre pays. Malheureusement, il s’agit aussi très certainement du secteur musical le plus touché par la crise sanitaire, ayant subi de plein fouet la fermeture des clubs, lieux privilégiés d’écoute de ce type de musique. Étant nous même acteur de ce secteur, nous avons eu la volonté en lançant le projet audiovisuel Light in the Dark, de démontrer de manière innovante que la techno n’est pas qu’une musique de club, qu’elle peut être porteuse d’un message et fédérer plusieurs formes d’art autour de celui-ci.

Light in the Dark ouvrira la sortie de l’EP concept Armorica, au troisième trimestre 2022. Nous démarrerons la promotion dès le début du tournage grâce au contenu média que nous créerons sur place. De cette manière, nous pourrons teaser la sortie du film au fur et à mesure au niveau du public et des professionnels, tout en mettant l’accent sur une stratégie digitale permettant d’augmenter le nombre d’abonnés/followers sur les réseaux sociaux et les plateformes de streaming musical pour maximiser notre impact. Un attaché de presse tous médias sera dédié à la promotion de ce clip à destination des médias musicaux traditionnels (radio, presse, internet). De plus, un attaché de presse spécifiquement spécialisé TV sera dédié à la promotion des clips sur les chaines de télévisions (Clubbing TV, Basique, Culture Box…). Concernant la diffusion du clip, nous pourrons compter sur le soutien et l’accompagnement de la plateforme de diffusion culturelle bretonne KUB.

Nous visons des partenariats avec des médias spécialisés en musique électronique (Trax, Tsugi, Dure Vie...), mais nous comptons aussi sur la dimension cinématographique du projet pour atteindre des médias culturels plus grand public (Les Inrocks, Télérama...) et des médias locaux (Ouest France, Le Pays Malouin…). Nous misons sur l’actualité des thématiques écologiques du film pour le faire relayer par des associations de protection des océans comme Bloom, et par des médias environnementaux comme Humeco. Les relations presse seront confiées à Gwendoline Chapelain (WHITE MOON PR). Spécialisée dans les musiques électroniques, elle a notamment géré la campagne de presse de l’artiste Molécule pour son projet d’enregistrement dans un phare breton hanté. 

 

 Baptiste Rocca (Président de Maison Béryl)

 

 

 

A quoi sert l'argent collecté

L'argent collecté servira à rémunérer une partie de l'équipe techniques, à les décors, costumes et accéssoires du films ainsi que la post-production et les frais de promotion.


Objectif de collecte

66 094,00 €

Montant Global

114 594,00 €

Dépenses

Désignation Montant

Commission pro arti

Commission pro arti 4 000,00 €
SOUS TOTAL 4 000,00 €

Frais de promotions

Frais de promotions 10 000,00 €
SOUS TOTAL 10 000,00 €

Frais généraux producteur / Assurance / Imprévus

Frais généraux (2%) 1 878,00 €
Imprévus (5%) 4 696,00 €
SOUS TOTAL 6 574,00 €

Post-production

Etalonnage 1 100,00 €
VFX 5 500,00 €
Montage 1 600,00 €
SOUS TOTAL 8 200,00 €

Materiel technique

Machinerie 4 300,00 €
Caméra 4 500,00 €
Lumière 4 500,00 €
SOUS TOTAL 13 300,00 €

Transport et régie

Matériel régie 4 180,00 €
Frais repérages (déplacements, essence, repas) 2 600,00 €
Repas équipe 5 130,00 €
Véhicules et essence tournages 13 420,00 €
Logement 2 000,00 €
SOUS TOTAL 27 330,00 €

Décors et costumes

Véhicules de jeu 1 700,00 €
Costumes 1 200,00 €
Décoration et accessoires 5 100,00 €
Décors 4 100,00 €
SOUS TOTAL 12 100,00 €

Charges sociales

Charges sociales techniciens 12 394,00 €
Charges sociales comédiens 578,00 €
SOUS TOTAL 12 972,00 €

Comédiens

Comédiens 1 050,00 €
SOUS TOTAL 1 050,00 €

Equipe technique

Equipe déco & costumes 4 032,00 €
Equipe prise de vue 4 788,00 €
Equipe production et régie 6 384,00 €
Equipe mise en scène 3 864,00 €
SOUS TOTAL 19 068,00 €

TOTAL

TOTAL 114 594,00 €

Recettes

Désignation Montant

Pré financement

Aide du CNM 8 000,00 €
Apport maison Beryl et Incendie Films 12 500,00 €
Aide du CNC 28 000,00 €
SOUS TOTAL 48 500,00 €

Proarti

Financement participatif proarti 66 094,00 €

TOTAL

TOTAL 114 594,00 €

 

Contreparties

500€

pour 500,00 € et +

0
ARTINAUTES

20
DISPONIBLES

Remerciements spécial au générique.

Bouteille de cidre "zéropression", produit par l'artiste, offerte.

Envoi du making-off du film.

1000€

pour 1 000,00 € et +

0
ARTINAUTES

50
DISPONIBLES

Remerciement spécial au générique.

Une caisse de cidre "zéropression" offerte.

2 places pour au choix :

- La release party de l'EP avec projection du film à Saint-Malo à la Nouvelle Vague.

- La release party parisienne de l'EP avec projection du film parisienne à la Gaité Lyrique.

2500€

pour 2 500,00 € et +

0
ARTINAUTES

50
DISPONIBLES

Remerciement spécial au générique.

Deux caisses de cidre "zéropression" produit par l'artiste offert.

2 places pour au choix

- La release party de l'EP avec projection du film à la Nouvelle Vague à Saint-Malo.

- La release party parisienne de l'EP avec projection du film parisienne à la Gaité Lyrique.

Photo de tournage dédicacées par l'artiste.

5000€

pour 5 000,00 € et +

0
ARTINAUTES

50
DISPONIBLES

Titre de producteur associé au générique.

2 caisses de cidre "zéropression"

Place à vie sur tous les évènement de Maison Beryl (dont les deux release party)

Photos de tournage dédicacées par l'artiste.

Vinyl dédicacés de l'EP.