Mécénat

CONTRÔLE
Comédie

Par: proarti

Collecte Terminée


| AUDIOVISUEL - CINÉMA
| Paris
| PRODUCTION

20 000,00 €

20 000,00 € demandés

5
Soutiennent
1
Recommandent
0
Suivent
100%

Présentation du projet

Contrôle change de titre et devient "Le Syndrôme d'Archibald"

.



Contrôle est un court métrage écrit et réalisé par Daniel Perez.

Actuellement en phase de production, le tournage est prévu pour septembre 2018.

Cette comédie ambitieuse a aujourd'hui besoin de vous pour renforcer sa production et surtout lui donner une vraie identité visuelle, grâce notamment à des choix de décors atypiques, l'image léchée d'Alexandre Jamin et la décoration travaillée d'Anne Seibel.





Estéban est né avec un don particulier, celui d’imprimer les mouvements de ses bras aux gens qui l’entourent. En d’autres termes, quoi qu’il fasse avec ses deux bras et ses deux mains, les gens autour de lui sont contraints de faire la même chose.

Pour Estéban, ce n’est pas un don, mais une malédiction. En effet, on n’a pas une enfance facile lorsqu’il est impossible de se curer le nez sans que toute la classe ne soit obligée de le faire aussi. Il ne s’agit là que d’une des situations absurdes et gênantes parmi des centaines, qui ont constitué le quotidien d’Estéban jusqu’à ce qu’il décide à l’âge adulte de s’exiler, seul au milieu de nulle part.

Vivant en marge de la société, il se résout par désespoir à braquer une banque. Il rencontre alors Indiana, une jeune femme qui a toujours échappé à tout contrôle...

Comédie fantastique…



"Image référence de la série "The end of the f *** ing world





Avoir le contrôle de sa vie. Prendre le contrôle. Garder le contrôle. Ne pas perdre le contrôle...

Le personnage d’Estéban et par conséquent « CONTRÔLE » sont nés d’un constat : la notion de contrôle s’est considérablement développée dans nos sociétés modernes, et dans la vie des gens en général. Sans parler du contrôle des masses par des oligarchies politiques ou économiques, ce qui m’intéresse ici, c’est l’idée du contrôle comme obsession individuelle.

Pour avoir le contrôle sur sa vie, qu’elle soit professionnelle ou privée, aujourd’hui une personne ne laisse rien au hasard. On veut avoir un contrôle absolu sur son environnement, sur soi-même, mais aussi sur les autres.

Estéban est l’expression ultime, l’incarnation grotesque de cette obsession qui trahit au final une véritable peur.

Une peur insidieuse et perfide qui murmure aux oreilles de chacun d’entre nous : « Lâchez le volant de vos vies ne serait-ce qu’une seconde, déviez de la trajectoire tracée ne serait-ce que de quelques centimètres, et vous finirez dans le fossé comme tant d’autres »

Ce besoin paranoïaque de contrôle, cette peur viscérale est aussi symptomatique d’un mal plus profond : notre perte de confiance. Nous ne faisons plus confiance à la vie, à ce qu’elle nous réserve. Plus grave, nous ne faisons plus confiance aux autres.

Comme toute idée, toute notion poussée jusqu’à son paroxysme, Estéban et son existence même sont une absurdité. Il est donc un personnage surréaliste, mais aussi un personnage tragi-comique.

J’aime créer de toute pièce des vérités absurdes qui font écho avec la réalité, qui partent d’un constat de notre quotidien, d’une de ses aberrations et qui l’exagère pour mieux la mettre en relief.

Voici une de mes réalisations publicitaires dont je suis l’auteur/ réalisateur, qui se rapproche un peu du cheminement et de la tonalité de « CONTRÔLE » par son humour décalé et son personnage principal doté d’un don particulier. Il s’agit là aussi d’un humour inattendu et loufoque tout en restant ancré dans un univers réaliste, ce qui accentue l’irrationalité de l’idée de départ.





Je suis un grand admirateur de Charlie Kaufman, des films comme « DANS LA PEAU DE JOHN MALKOVICH » et « ETERNAL SUNSHINE OF THE SPOTLESS MIND » sont des sources d’inspiration pour « Contrôle ».

J’aime quand l’improbable surgit à partir d’éléments de la vraie vie, le fantastique est tellement noyé dans la réalité qu’il en devient une simple variation, une alternative possible.

Tout le film est centré sur la relation entre Estéban et Indiana. Sur leur rencontre et l’évolution de leur relation.

Pour Estéban, qui est l’idée même du contrôle, de la rigueur et de l’ordre, lorsque leurs deux destins se télescopent, Indiana a l’effet d’un ouragan sur la vie bien cadrée d’Estéban.

A l’opposé d’Indiana, Estéban a toujours tout fait pour se faire accepter, pour être comme les autres. Il déteste sa différence, ce qui l’exclut d’une vie normale depuis sa petite enfance. C’est quand il craque pour la première fois en faisant ce braquage, cet écart, cette sortie de route qu’il rencontre la marginale Indiana.

A l’opposé d’Estéban, Indiana est débridée, vivant au jour le jour, au hasard de la route. Toujours en quête d’aventures, elle déteste les cadres et les règles. Elle refuse la norme, le quotidien formaté, sédentaire et répétitif. Elle vit sans filet, au jour le jour en faisant confiance au lendemain.

Indiana va sauver Estéban, comme Estéban va sauver Indiana d’une fuite en avant perpétuelle.

Indiana veut lui faire apprécier sa différence, la valoriser. Grâce à elle Estéban va évoluer. En le faisant rire, en le provoquant, le poussant dans ses retranchements pour qu’il se laisse aller, Indiana va briser les chaînes d’Estéban. Finalement ce doigt d’honneur libérateur dans le bar de routier est un doigt d’honneur à toutes les peurs de notre société moderne, celles qui nous disent de rester en éveil car le danger rôde, celles qui nous disent qu’il faut avancer dans les clous, marcher au pas, rentrer dans le moule au risque de se faire exclure du jeu et de tout perdre.

Estéban et Indiana vont rapidement se faire confiance en renonçant aux deux choses qui les caractérisent le plus. Indiana arrête de tracer la route, et fait certainement le premier demi-tour de sa vie à la fin du film pour revenir chercher quelqu’un à qui elle s’est attachée. Estéban lui, accepte inconsciemment de perdre le contrôle sur quelqu’un et lui faire confiance.

Pour parler de la forme, elle doit venir servir le fond du sujet à savoir le contrôle maladif qu’Estéban veut avoir sur le monde. La mise en scène sera donc très tenue et maîtrisée. Les cadres très construits, en recherche perpétuelle d’une symétrie interne. Les mouvements de caméra précis et fluides. Rien n’est laissé au hasard.



Comme références visuelles je citerai les séries :

"Stranger Things" de Matt et Ross Duffer



"Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire" de Mark Hudis et Barry Sonnenfeld



"The End of the F***ing World" de Charlie Covell et Jonathan Entwistle


Ce n’est qu’avec l’irruption d’Indiana dans le monde d’Estéban que les choses vont un peu évoluer. La caméra aura un peu plus de liberté, les cadres pourront être un peu flottants et les mouvements un peu moins géométriques. La mise en scène ne sera plus aussi rigide. On sentira clairement que l’arrivée d’Indiana dans la vie d’Estéban a littéralement perturbé le monde ultra cadré et réglé qu’il contrôlait totalement jusqu’ici.


Comme références de lumière je citerai les films :

"Captain Fantastic" de Matt Ross





"The Florida Project" De Sean Baker





.

Le choix des décors requiert également une grande importance. Filmer dans un décor qui évoque le grand Ouest Américain n’est pas seulement une orientation purement esthétique. Esteban et Indiana sont deux personnages qui veulent s’isoler du monde et surtout des autres. Ils ont besoin d’espace et de solitude. Ils sont en quête de liberté.

Daniel PEREZ




Fort d’une expérience de plus 8 ans à notre actif avec plus d’une vingtaine de courts métrages produits, trois longs métrages et six documentaires, la société a souvent axée ses productions sur des sujets forts, avec cette volonté d’accompagner des auteurs sur le long terme. Notre ligne éditoriale traite de sujets d’actualité axés sur des problématiques sociales, tout en conservant un certain éclectisme dans le choix de ces productions que ce soit à travers le drame, la comédie ou bien l’animation.

Aujourd’hui, nous sommes heureux d’accompagner Daniel Perez vers la réalisation de son premier court métrage de fiction. Cette rencontre est une découverte et nous visons à collaborer ensemble sur plusieurs projets (le court métrage Made in Chloé et le long métrage Entre les heures) Le scénario de

« Contrôle » nous a tout de suite séduit par son traitement original et son aspect visuel. Ses précédentes réalisations dans le monde publicitaire ont d’ailleurs déjà montré son attachement à un univers cinématographique très marqué où il a pu développer sa touche personnelle : présenter une situation surréaliste dans un monde très réaliste afin de dénoncer les absurdités de notre monde sous le ton de la comédie, comme c’est déjà le cas avec son spot « Clever dick ».

Comme son titre l’indique, le court métrage parle du contrôle frénétique que chacun de nous opérons dans sa vie. Le scénariste-réalisateur a choisi d’illustrer cette thématique sous l’angle d’une comédie décalée et fantastique.

Estéban est né avec un don particulier, celui d’imprimer les mouvements de ses bras à tous ceux qui croisent son passage, des bancs de l’école au plaisir solitaire. Arrivé à l’âge adulte, Estéban décide de s’exiler loin de tout. Sa solitude salvatrice est vite perturbée par sa rencontre avec l’ardente Indiana.

Ce qui nous a particulièrement touché, c’est l’envie de liberté de ces deux personnages. Estéban est enfermé dans son contrôle mais rêve au fond de s’émanciper face à la rigidité de notre société. Comme Estéban, nous nous sommes reconnus dans ces envies d’affranchissement et identifiés rapidement aux thèmes abordés.

Nous comptons déjà le soutien de la Région Occitanie et de France Télévision.

Par ailleurs, il est déjà convenu que la société Next Film Distribution s’occupera de la distribution afin d’offrir une diffusion plus large de notre film.

Ainsi, votre soutien nous est aujourd’hui nécessaire pour solidifier la production du film afin de pouvoir répondre au mieux à l’exigence du projet et de sa direction artistique.

En espérant que vous serez séduit par cette histoire.

Patrick HERNANDEZ

BAGANFILMS





A quoi sert l'argent collecté

"Contrôle" est un projet ambitieux par son univers visuel, ses ambiances et ses intentions. 

L'idée de cette collecte est avant tout de pouvoir donner à ce projet les moyens de s'épanouir.

Le film se veut très américanisé, la décoration a, dans CONTRÔLE, une place primordiale.

Elle est esthétique mais également partie prenante de la narration, soutenant visuellement les ambitions et les désirs des jeunes protagonistes.


Pour créer des décors rappelant l’Ouest américain, symbole universel d’espace et de liberté, nous avons fait appel à Anne SEIBEL, chef décoratrice ayant notamment travaillé pour Steven Spielberg (MUNICH), Sofia Coppola (MARIE-ANTOINETTE) et Woody ALLEN (MINUIT A PARIS, MAGIC IN THE MOOLIGHT).

Anne SEIBEL se met parfois au service de jeune projet pour soutenir le cinéma français. Elle a choisi cette fois CONTRÔLE, touchée par la sensibilité, l’humour loufoque, la justesse et l’ambition du scénario de Daniel PEREZ.


Si Estéban tend à perdre le contrôle de sa vie avec l’intrépide Indiana, nous souhaitons garder au mieux le contrôle de son environnement. Les fonds récoltés par cette campagne sont essentiellement destinés à donner à Anne SEIBEL les moyens nécessaires pour concrétiser les ambitions de Daniel PEREZ. Notamment dans la location de vielles voitures et la décoration des différents décors, elle saura rendre ce film visuellement fort.

Plus nous aurons de fonds, plus Anne SEIBEL saura sublimer les décors naturels dans lesquels nous tournerons, tel que le lac du Salagou en Occitanie.

En complément de la décoration, vient la lumière et l’image au sens large. La lumière viendra renforcer les décors, en jouant des contrastes, des clair-obscur, des sous- et surexpositions. Ces partis pris devront être soutenu par une solide technique.

La collecte nous permettra d’avoir accès à un matériel de qualité, que ce soit dans nos choix de lumière, de caméra et d’optiques, offrant à nos techniciens l’opportunité de créer les plus belles images possibles, au service de la narration.


Montant de l'appel à dons

20 000,00 €

Montant Global

66 900,00 €

Dépenses

Désignation Montant

LABORATOIRES

Disque dur (2x 4To) 600,00 €
SOUS TOTAL 600,00 €

MOYENS TECHNIQUES

Matériel prise de vues 5 012,00 €
Machinerie 2 900,00 €
Eclairage 4 400,00 €
Son 1 500,00 €
SOUS TOTAL 13 812,00 €

TRANSPORTS / DÉFRAIMENTS / RÉGIE

Repas tournage 2 520,00 €
Défraiement repas préparation 225,00 €
Défraiement repas 1 800,00 €
Hotel 2 500,00 €
Table régie 840,00 €
Transport décor 600,00 €
carburant 1 000,00 €
Transport du matériel 1 400,00 €
Déplacement sur place 700,00 €
Voyage du personnels 1 200,00 €
Transport du matériel 1 400,00 €
Autres dépenses régie 500,00 €
Frais de bureau 300,00 €
SOUS TOTAL 14 985,00 €

DÉCORS ET COSTUMES

Maquillage 150,00 €
Location désert 800,00 €
banque + classe + cinéma + bar 800,00 €
Fête foraine 120,00 €
Costumes 2 000,00 €
Location véhicules + caravannes 2 500,00 €
Matériaux - décoration 2 500,00 €
SOUS TOTAL 8 870,00 €

CHARGES SOCIALES

Post production 600,00 €
Personnel & techniciens 8 520,00 €
Interprétation 1 500,00 €
Auteurs 35,00 €
SOUS TOTAL 10 655,00 €

INTERPRÉTATION

Esteban 715,00 €
Indiana 715,00 €
La mère 143,00 €
Un policier 105,00 €
Un professeur 105,00 €
Enfants 945,00 €
SOUS TOTAL 2 728,00 €

PERSONNEL

Renfort mise en scène - casting 700,00 €
Ingé son 500,00 €
Assistant son 500,00 €
Chef costumière 500,00 €
Chef maquilleur 500,00 €
Réalisateur 1 000,00 €
Montage - image 1 000,00 €
Assistant régisseur 500,00 €
Machino 500,00 €
Chef machino 500,00 €
Electricien 500,00 €
Chef électro 500,00 €
Accessoiriste 900,00 €
Assistant déco 900,00 €
Chef décorateur 900,00 €
Directeur de la photographie 500,00 €
Assistant caméra 500,00 €
2eme assistant caméra 500,00 €
Assistant réal 600,00 €
Directeur de production 1 000,00 €
Assistant de production 700,00 €
Scripte 500,00 €
Régisseur 1 000,00 €
SOUS TOTAL 15 200,00 €

ASSURANCES DIVERS

Frais d'actes et de contentieux 50,00 €
SOUS TOTAL 50,00 €

TOTAL

TOTAL 66 900,00 €

Recettes

Désignation Montant

DIFFUSEURS TV

Pré-achat France Tv 20 000,00 €
SOUS TOTAL 20 000,00 €

AIDES SELECTIVES

Aide à la production - région Occitanie 24 000,00 €
SOUS TOTAL 24 000,00 €

PRODUCTEURS

Apport en industrie 2 900,00 €
SOUS TOTAL 2 900,00 €

Proarti

Financement participatif proarti 20 000,00 €

TOTAL

TOTAL 66 900,00 €










































Contreparties

UN GRAND MERCI

pour 20,00 € et +

0 ARTINAUTES

Votre contribution rend ce film faisable et pour cela on vous doit un immense merci !

VOTRE NOM AU GÉNÉRIQUE

pour 50,00 € et +

0 ARTINAUTES

Votre contribution rend ce film faisable et pour cela on vous doit un immense merci !

De plus votre nom apparaîtra au générique du film !!

LE LIEN DU FILM EN HD

pour 100,00 € et +

1 ARTINAUTE

Votre contribution rend ce film faisable et pour cela on vous doit un immense merci !

Votre nom apparaîtra au générique du film !!

Vous recevrez avant tout le monde le lien du film finien HD !!!

INVITATION À NOTRE AVANT PREMIÈRE

pour 500,00 € et +

0 ARTINAUTES

Votre contribution rend ce film faisable et pour cela on vous doit un immense merci !

Votre nom apparaîtra au générique du film !!

Vous recevrez avant tout le monde le lien du film finien HD !!!

Venez voir le film en avant première suivi d'un coktail avec l'équipe du film !!!!

UNE DEMI-JOURNÉE DE MONTAGE

pour 1 000,00 € et +

1
ARTINAUTE

9
DISPONIBLES

Votre contribution.rend ce film faisable.et pour cela on vous doit.un immense merci !

Votre nom apparaîtra au générique du film !!

Vous recevrez.avant tout le monde le lien du film fini.en HD !!!

Venez voir le film.en avant première.suivi.d'un coktail avec l'équipe du film !!!!

Participez à une demi-journée de post production avec le réalisateur et le monteur !!!!!