Mécénat

Un rapport sur la banalité de l'amour
Du 6 au 29 juillet à Avignon OFF 2018

Par: Caravague

Collecte Réussie


| ARTS DE LA SCÈNE
| Avignon
| PRODUCTION

2 495,00 €

2 000,00 € demandés

30
Soutiennent
0
Recommandent
0
Suivent
124%

Présentation du projet

"Un rapport sur la banalité de l'amour"

Du 6 au 29 juillet 2018 à 18h50 au Théâtre la Luna - 1 rue Severine 84000 Avignon

Une pièce de Mario Diament

Mise en scène & adaptation d'André Nerman

Avec Maïa Guéritte ou Emmanuelle Wion et André Nerman

Lumières Laurent Béal

Scénographie Stéphanie Laurent

Costumes Maïna Thareau

Régie Arnaud Bouvet

Assistante à la mise en scène Marie Meunant

Relations publiques Alice Delarue

.

Nous sommes en 1925 en Allemagne. Martin Heidegger est professeur de philosophie à l'Université de Marbourg. Son étudiante Hannah Arendt est subjuguée par cet homme brillant. Ils deviennent très vite amants. Dans ce pays vaincu les idées nazies gagnent du terrain. Hannah est juive. Elle est effrayée et révoltée par l’ascension de Hitler. Martin croit voir en ce mouvement un renouveau pour l’Allemagne et se compromet un temps avec les nazis. En dépit de ce fossé qui les sépare, les amants se retrouvent régulièrement. Au cours de cinq rencontres entre 1925 et 1950, nous allons suivre l’histoire passionnée et tumultueuse de ces deux génies de la pensée du XXème siècle.

.

NOTE DE MISE EN SCÈNE

« Ce qui sépare les amants du monde qui les entoure, c'est le fait qu'ils soient dépourvus de monde, que le monde se consume entre les amants. » (Hannah Arendt)

Cette pièce est aujourd’hui d’une brûlante actualité : dans un monde amnésique menacé par la montée des populismes, l’Histoire nous rappelle comment même les plus grands esprits peuvent se laisser happer par la spirale sournoise de la barbarie.

A l’inverse de beaucoup d’intellectuels et d’artistes qui ont su s’arrêter à temps (comme l’Ecole du Bauhaus qui a inspiré le décor) Martin Heidegger a fait un pas de trop…

Et dans ce contexte dramatique, cette histoire d’amour passionnée et somme toute « banale » met en lumière le conflit inextricable entre les convictions et les actions, le désir et les sentiments. Hannah dans sa détresse et dans son combat contre le totalitarisme ne peut cesser d’aimer Martin qui ne l’oubliera jamais…

Un amour d'une telle puissance que les idées mêmes en sont bousculées, dans la tentative désespérée, non pas de comprendre, mais de pardonner ou d'obtenir le pardon.

André Nerman

.

.

REVUE DE PRESSE

André Nerman et Maïa Guéritte font revivre avec brio la sensualité de cette passion et la violence du débat qui les déchirent. Ils sont d’une sincérité, d’une justesse qui rendent ces rencontres captivantes. Maïa Guéritte est bouleversante quand elle incarne les indignations et les colères d’une Hannah Arendt désespérée.

Le Canard Enchainé

Une passion déchirée tellement bien exprimée par les deux comédiens. Maïa Guéritte est bouleversante. Un spectacle passionnant qui donnera envie de lire et relire les écrits de Heidegger et Hannah Arendt.

Le Monde

Deux acteurs magnifiques.

Mario Vargas Llosa – Prix Nobel littérature – El País

André Nerman signe une mise en scène percutante et efficace. Dans Heidegger il en impose. Face à lui, à fleur de peau, Maïa Guéritte est une vraie révélation. Précipitez-vous pour aller l’applaudir dans ce petit bijou !

Le Pariscope

L’intérêt ne faiblit pas une minute. André Nerman qui signe la mise en scène est très bien. Maïa Guéritte, à l’instar de Barbara Sukowa dans le film, est parfaite.

Figaro Magazine

Une pièce des plus réussies.

Le Figaroscope

André Nerman metteur en scène et formidable Heidegger... Maïa Guéritte interprète avec talent et passion Hannah Arendt. Une histoire unique inscrite dans la grande histoire.

A voir absolument !

Actualités Juives

Rien ne manque à cette pièce, ni le débat d’idée, ni la passion amoureuse.

Magnifiquement interprété !

France Catholique

Ce spectacle est une réussite incontestable, et comme un thriller tient le public en haleine. Les deux comédiens habitent leurs rôles avec talent et conviction.

On ne peut qu’applaudir cette performance artistique.

L’Arche

Un moment rare, intense, exceptionnel ! Le public, ému, ovationne l’excellence !

Froggy’s delight

Un rare moment de bonheur théâtral!

Encres vagabondes

Les dialogues, passionnés, mêlent habilement problèmes personnels et conjoncture politique. Ils fallait pour incarner deux personnages aussi exceptionnels deux acteurs remarquables : ils le sont !

Le Sauvage

Une pièce magnifiquement portée par le tandem Guéritte - Nerman qui maitrise les mots autant que les silences.

BSC News

.