Petit Matin
Quand la ville est sous je joug d'un couvre feu sonore, le punk rock s'organise

Collecte Réussie


| AUDIOVISUEL - CINÉMA
| PRODUCTION

1 394,00 €

1 000,00 € demandés

20
Soutiennent
0
Recommandent
0
Suivent
139%

Présentation du projet

..

Le Petit Matin

..

Pourquoi il faut des sous ?

Un court métrage comme celui ci s'inscrit dans un modèle économique différent du circuit classique. Il est en très grande partie financé par l'argent que j'ai gagné en travaillant, mais aussi par l'aide apporté par tout mes camarades, depuis plusieurs mois. Cependant, il y a quelque chose qu'il est difficile de construire, créer en DIY, si l'on a pas un énorme potager, c'est la nourriture pour une équipe et des acteurs qui travaillent bénévolement.

Une grande partie des financements sera donc alloué à la survie de mes amis, collègues. Puis le reste sera utilisé pour la réalisation d'effet spéciaux réalistes, de costumes, d'accessoires.

Chaque centime sera donc utilisé pour la création d'un film réaliste, qui fonctionne, et qui permette aux personnes présentes lors du tournage de passer un bon moment, mais aussi aux spectateurs, d'apprécier une oeuvre convaincante. Le but de ce film sera d'intégrer des festivals de Cinéma, afin de le faire découvrir au plus grand nombre, c'est donc grâce à vous que nous serons en capacité d'offrir un spectacle agréable, et de faire passer un message important

..

Synopsis :

Dans un monde où le couvre-feu sonore et le chuchotement sont devenus banals, Simon, un joueur de punk-rock, hors-la-loi par sa situation, essaie de faire de la musique. Un soir, lorsque que le dernier bar de la ville l'acceptant ferme, il est engagé dans une course-poursuite l'emmenant à la rencontre de plusieurs personnes : Clément, guitariste et ancien barman reconverti dans le cambriolage, Norah, féministe révolutionnaire membre d'un gang, et Tristan, batteur sourd et muet fait prisonnier par les sbires du maire qui ne cesse de vouloir les faire taire. Ensemble, ils tenteront d'échapper à la police, de mettre en place une manifestation et un concert sauvage qui, à défaut d'être le Grand Soir, se dérouleront au Petit Matin.

....

A propos du film :

« Le Petit Matin » se situe juste avant le Grand Soir. Ce film est le fantasme de voir un jour aboli toute forme de domination, le plaisir d’un spectacle de destruction par la création, un cri pour réveiller un monde réduit au silence. Chaque film reflète le contexte historique dans lequel il est créé, et j’aime parler de ce que je connais.

Jean Luc Moudenc a dit lors d’un discours à la gendarmerie : « il faut éviter les kystes de rue ». Il parlait de pollution sonore. Hier encore je lisais un article relatant l'installation de micro dans certains quartiers de Saint Etienne. Quand la réalité dépasse la fiction. Il est essentiel pour une classe dominante de faire taire ceux qui dérangent.

En grandissant entouré de musiciens underground, plutôt punk, j’ai vu dans Toulouse les bars concerts fermer les uns après les autres, ou ne plus programmer les concerts amplifiés pour éviter amendes, fermeture administrative, travaux d’insonorisation qui les fauchent.

Ayant grandi avec 1984 en livre de chevet, « Le Petit Matin » se situe dans un Toulouse quasiment réduit au silence complet, où les citoyens chuchotent. La mairie Toulousaine choisit d’installer des sonomètres dans les rues, au même titre que les caméras de surveillance.

Je choisis l’angle sonore dystopique pour plusieurs raisons : il me semble peu traité dans l’histoire des films politiques, il est plus que jamais à l’ordre du jour, c’est celui que je côtoie, et connais le mieux. En suivant des musiciens de punk rock fauchés, j’affiche le contraste entre un monde Do It Yourself, fait de solidarité, de galères, d’émotions assumées, très vivant, et le monde froid et calculateur de dominants, se complaisant dans le silence.

J’aime à mettre en scène des personnages dans l’urgence, à l’image de la musique qu’ils jouent. Ce ne sont pas des acteurs que je compte diriger, mais de vrais musiciens, des personnes qui vivent cette histoire chaque jour.

A l’image des films de Kervern et Delépine, je souhaite un cinéma terre à terre, qui puise sa poésie dans l’humanisme et les marges. Ce film aura donc une image réaliste, et un traitement sonore offrant une large dynamique, du silence au cri en passant par le chuchotement. Il se terminera évidemment par une scène orgasmique, inspirée par la scène finale de Zabriskie Point, où la musique, la liberté d’expression et d’émotion détruisent l’oppression. Cette chanson finale est à la base de l’idée de mon scénario, elle s’appelle « Chantez la vie » de Gilles Servat. Mon film raconte un combat pour continuer à chanter.

..


A quoi sert l'argent collecté

L'argent collecté grâce à vous permettra un confort minimum à l'élaboration du film, par le biais de décor, de construction d'accessoire, de transport pour l'équipe technique, mais avant tout de nourriture. 

Car si c'est un film sera réalisé avec peu de moyen, il n'en reste pas moins qu'il est essentiel d'offrir une expérience de tournage humaine agréable pour une équipe et des acteurs qui travaillent sans rémunération. Un bon repas pour bien travailler, c'est obligatoire.


Montant de l'appel à dons

1 000,00 €

Montant global

1 350,00 €

Dépenses

Désignation Montant

Accessoirisation

Effets pratiques 100,00 €
Création des décors 100,00 €
Création des accessoires 200,00 €
Consommables 50,00 €
SOUS TOTAL 450,00 €

Défraiement

Transport équipe technique et acteur vers les différents lieux de tournage 100,00 €
Nourriture pour les acteurs et l'équipe technique 700,00 €
Contreparties 100,00 €
SOUS TOTAL 900,00 €

TOTAL

TOTAL 1 350,00 €

Recettes

Désignation Montant

Apport personnel

Don de l'association "Les Incultés" 100,00 €
apport personnel du réalisateur 250,00 €
SOUS TOTAL 350,00 €

Proarti

Financement participatif proarti 1 000,00 €

TOTAL

TOTAL 1 350,00 €

Références visuelles et inspirations scénaristiques


Zabriskie Point (1970) de Michelangelo Antonioni


Bernie (1996) de Albert Dupontel


Le grand soir (2012) Gustave Kervern et Benoît Delépine


Louise Michel (2008) Gustave Kervern et Benoît Delépine


Punishment Park (1971) de Peter Watkins

Contreparties

Un grand remerciement

pour 5,00 € et +

4
ARTINAUTES

996
DISPONIBLES

Un Grand Merci du fond du <3

Pour la peine, vous serrez au générique en tant que contributeur.

Le film au format numérique

pour 20,00 € et +

3
ARTINAUTES

982
DISPONIBLES

Un grand merci !

Je vous envoerrai le film au format numérique, avec sous titre si j'ai pas trop la flemme :)

Le CD du super groupe Tricycle !!!

pour 40,00 € et +

2
ARTINAUTES

28
DISPONIBLES

En plus du film et du nom au générique, le CD de Tricycle, le plus génial groupe de punk rock.

Le DVD du film

pour 70,00 € et +

0
ARTINAUTES

20
DISPONIBLES

En plus de tout le reste, le film en DVD pour mettre sur votre étagere ! Parfait pour frimer devant les copains.

Le titre de producteur

pour 100,00 € et +

2
ARTINAUTES

18
DISPONIBLES

On vous fourni le package complet : DVD du film,CD du groupe et une place bien spéciale au générique, celle de Producteur ! Elle est pas belle la vie ?