Mécénat

la solitude du coureur de fond(s)
Avignon 2019 Théâtre du Cabestan

Collecte Réussie


| ARTS DE LA SCÈNE
| Paris
| PRODUCTION, DIFFUSION

510,00 €

500,00 € demandés

14
Soutiennent
1
Recommandent
1
Suivent
102%

Présentation du projet

AVIGNON 2019

" LA SOLITUDE DU COUREUR DE FOND " d'Alan SILLITOE, musique Art Pepper

Théâtre du CABESTAN

du 5 au 28 juillet 2019 à 20h30 - relâches 11 et 18

Enfermé en maison de correction, un jeune homme est repéré pour ses talents de coureur et inscrit à une course de fond nationale. Le directeur voudrait faire de sa victoire un exemple de réussite et de réhabilitation pour son établissement. Mais Colin Smith n’a rien d’un cheval de course !

CREATION ENTRE THEATRE, JAZZ, IMAGE ET COURSE A PIED...

.

www.lasolitudeducoureur.com

.

..

Alan Sillitoe Art Pepper

traduction François Gallix - disponible aux Editions Points

mise en scène et interprétation Patrick Mons

saxophone Esaïe Cid, César Poirier - direction musicale Esaïe Cid

création vidéo David Cid

lumières Yann Le Bras, Hector Lemerle, Damien Pécourt, Nicolas Gouelle.

Œuvre emblématique de la littérature britannique, “La solitude du coureur de fond” est le texte phare d’Alan Sillitoe : «J’ai écrit une cinquantaine d’histoires jusqu’à maintenant, mais la plus importante pour moi est, et sera toujours “la solitude du coureur de fond“. Colin Smith est une pure invention. Je l’ai fabriqué au fur et à mesure qu’il courait, qu’il entrait dans ma vie en courant. Il est devenu une telle part de moi que de temps en temps je me demande si je ne le connais pas malgré tout.»

Cette nouvelle, cette "long short story » est l'histoire d'une personnalité dont l’honnêteté nous a stupéfait, et la révolte, et la résistance à tous les petits arrangements !

....

.L'affiche Design by Landor.

Merci à Luc Speisser, directeur et à son équipe pour ce superbe travail :

"When we created the poster for the loneliness of the long distance runner, we wanted to communicate more than just a picture of Patrick running on stage. We wanted to communicate not what the actor was doing on stage, but what the play was all about. After interviewing Patrick, we summarized our brief to our creative team in one sentence : this play is not about running, it is about becoming who you are. In other words, our runner affirms his identity, one step at a time, and ends his runs with an ultimate act of freedom: the power to say NO. That's how our idea is born. We call it "the path to identity".

Luc Speisser, Landor Europe

..

..;

De la nouvelle au théâtre

Ce spectacle est né de la découverte fascinée du texte d'Alan Sillitoe et de la rencontre entre Patrick Mons, acteur et metteur en scène et Esaïe Cid, saxophoniste de jazz. Dans cette adaptation au théâtre, orchestrée par la musique de Art Pepper, le choix et l'action de courir sur scène, avant d'être éventuellement une performance, est d'abord un geste, un acte théâtral qui plonge le spectateur au cœur de la course, au cœur de la résolution que prend Colin Smith. Il donne à voir ce qui est propre à la pratique de la course de fond : l'état de vagabondage de la pensée qui est au cœur du récit fragmenté d'Alan Sillitoe construit autour de subtils allers-retours entre la mémoire et le présent de Colin Smith. C'est cette dramaturgie de la foulée du coureur que nous imprimons au dialogue scénique entre les espaces et les différents temps. Dans son entraînement quotidien, le coureur se découvre en solitude dans une légèreté, une liberté et une honnêteté qui n'ont rien à voir avec le droit chemin dans lequel on prétend le remettre. Ces chemins à lui le mènent ailleurs, vers une loyauté à l'égard de soi-même et des siens.

Par son souffle, le musicien est l’alter ego, l’ange ”gardien“ du coureur. La musique de Art Pepper articule, alimente et soutient la résolution de Colin. Elle en assure le tempo, elle en contraste les différentes phases. Elle est garante du serment qu’il se fait à lui-même.

Visuellement, la lumière est la matière de premier plan. Elle est parfois seule à sculpter l’image et quand la vidéo en noir et blanc la rejoint, elle renforce relief et texture dans une esthétique proche des films noirs. Avec une tendance à filigraner l’image de l'acteur.

Pour jouer Colin Smith, il fallait courir ”, mettre le spectateur au cœur de la course et pour y parvenir avec suffisamment de "réserves" se livrer à un entraînement poussé jusqu'à un premier marathon. Sentir puis faire resentir ce que cela veut dire que de ralentir en pleine course pour ne pas gagner, ce que cela demande de courage et d'engagement vis-à-vis de soi que de ne pas obéir, dans la dernière ligne droite, à l'injonction de la victoire : « Peut-être que quand on a le dessus sur quelqu'un, on meurt ». Donner à voir ce que cela produit physiquement sur l’acteur qu'il ne peut dissimuler dans une telle proximité. Parce que ce bringuebalement de tout le corps devient partie du langage du jeune héros. C'est dans ce lâcher-prise que les mots et les idées lui viennent, le cueillent, le surprennent et finalement le constituent.

Et comme pour ne pas flancher, il faut trouver le second souffle, vint le saxophone. Son timbre, sa respiration, le jeu des clapets, la mécanique des doigts sur les clés sont comme les ressorts intérieurs de cette course vers soi-même.

Nous n'avons voulu rien dissimuler mais qu'au contraire soit perceptible la mécanique de ce spectacle, ce que nous avons inventé pour arriver où nous sommes, devant vous !

..

Extraits de presse

"Les recordmen du théâtre sportif, Jacques Bonnaffé dans "54x13" de Jean-Bernard Pouy et Sami Frey dans "Je me souviens" de Georges Perec, peuvent se rhabiller. Ils sont dépassés ! Patrick Mons va plus loin dans l’engagement, surtout incarne très bien le prolétaire blessé, courant pour lui-même et contre le mensonge idéologique. Comme est belle, cette course sur quelques mètres carrés !" Gilles Costaz Webthéâtre

"Un challenge inouï, Patrick Mons donne corps et vie à Colin Smith et fait surgir par son jeu corporel les ombres de grands coureurs comme Emil Zatopek et Abebe Bikila. !" Bernard Thomasson, France Info

"Le corps et l'esprit, le souffle et la concentration." Pierre lepidi, Le Monde

"Il tient en haleine son public jusqu'à la dernière ligne droite, le saxophone d'Esaïe Cid ponctuant ses pas. Superbe ! " Sélection des arts

"Le saxo d'Esaïe Cid lui insuffle sa résolution. Dans cette course au bout de lui-même, l'homme se dévoile, se construit, dans une fabuleuse leçon de théâtre. L'immense acteur -metteur en scène, Patrick Mons transfigure les mots et donne au personnage une ampleur shakespearienne !” City News

"La performance est époustouflante, la dernière ligne droite est inoubliable.” Florian Gaudin, Athlétisme Magazine

"Nous ressortons de ce spectacle éprouvés, chamboulés par une expérience artistique et sensorielle inédite" Jeanne Laurent, Aristik rezo

"On sort convaincu par les choix de mise en scène, secoué par la performance. ” Laura Plas, Les Trois coups

....

Pourquoi nous aider ?

En 2015 à Avignon, le spectacle s'est joué à guichets fermés. Les membres de l'équipe de création sont partis sur d'autres projets, continuant à se croiser sur certains d'entre eux. « La solitude du coureur de fond » ne nous a pas quittée durant ces trois dernières années sous la forme, par exemple, de nombre de retours sur cette adaptation au théâtre qui ont continué de nous parvenir.

Revenir au festival d'Avignon, c'est renouer avec le public (avec cette nouvelle affiche signée par Landor) et, grâce au grand nombre de professionnels présents, poursuivre la diffusion du spectacle. Cette collecte nous permettra de le représenter dans les meilleures conditions, dans un lieu que nous avons choisi et qui nous a choisi. Et si nous dépassons le seuil, nous pourrons améliorer sensiblement la communication et les moyens de diffusion (impression, achats d'espaces, ..).

Nous allons avec bonheur renouer avec le lien qui nous unit à ce texte essentiel sur le libre-arbitre, l'intégrité, l’honnêteté, la résistance au système. Aller à la rencontre des échos de l’œuvre originelle et continuer à susciter les échanges autour de cette création comme, par exemple à Val de Reuil où s'est déroulé un projet hors du commun (lien ICI et ICI).

Beaucoup de lecteurs ont été bouleversés par la nouvelle qui a, pour certains d'entre eux, influé sur le cours de leur vie, les amenant à réviser leurs choix de vie et d'orientation, c'est ce que certaines personnes tenaient à nous raconter à l'issue de représentations.

C'est à leur suite et à la nôtre que nous vous proposons d'entrer dans la course.

Le site du spectacle : lasolitudeducoureur.com

..

Remerciements à François Gallix, traducteur et compagnon de toujours de ce projet, Pierre-Antoine Garcia, initiateur de plusieurs représentations au stade d'athlétisme de Val de Reuil, la région Île de France, la SPEDIDAM, Confluences - lieu de création contemporaine, la Maison Populaire de Montreuil, Mains d’œuvres à Saint-Ouen et toutes celles et ceux qui ont fait en sorte que cette création puisse voir le jour : Esaïe Cid, compagnon de route, Yann Lebras, Damien Pécourt et Hector Lemerle pour la lumière, David Cid pour les images et la vidéo, Guillaume Billaux pour le son..


A quoi sert l'argent collecté

L'argent de la récolte servira aux salaires et à payer une part de la location de la salle. 


Montant de l'appel à dons

500,00 €

Montant Global

24 388,00 €

Dépenses

Désignation Montant

Location salle

location Le Cabestan 7 000,00 €
SOUS TOTAL 7 000,00 €

Salaire artistes

1 artistes, cachet de 130 € brut sur 20 représentation Charges salariales et patronales comprises 4 160,00 €
SOUS TOTAL 4 160,00 €

Communication

Création affiches, dossier, mailings 2 000,00 €
SOUS TOTAL 2 000,00 €

reprise création lumières

reprise régie lumières vidéo et son 1 800,00 €
SOUS TOTAL 1 800,00 €

Imprimerie

Impression affiches et flyers 1 200,00 €
SOUS TOTAL 1 200,00 €

Costumes

Achat et confection 500,00 €
SOUS TOTAL 500,00 €

Assurance

Assurance 297,00 €
SOUS TOTAL 297,00 €

Régisseur

Salaire régisseur Charges comprises 2 100,00 €
SOUS TOTAL 2 100,00 €

Frais techniques

Frais techniques et maintenance 530,00 €
SOUS TOTAL 530,00 €

Envois postaux

Frais d'envois information et dossiers 435,00 €
SOUS TOTAL 435,00 €

Hébergement

logement Avignon 2 200,00 €
SOUS TOTAL 2 200,00 €

Transports

Aller retour Avignon 2 personnes 400,00 €
SOUS TOTAL 400,00 €

Nourriture

1 artiste et 1 régisseur 18,40 par repas sur 24 jours 1 766,00 €
SOUS TOTAL 1 766,00 €

TOTAL

TOTAL 24 388,00 €

Recettes

Désignation Montant

Billetterie prévisionnelle

recettes 20 représentations de 75 payants à 12 € prix moyen 18 000,00 €
SOUS TOTAL 18 000,00 €

Proarti

Financement participatif proarti 500,00 €

TOTAL

TOTAL 18 500,00 €

D'abord et avant tout la rencontre avec ce grand texte ! Et puis cette idée de courir avec , dedans, donner corps à ce récit fragmenté, cette pensée en construction, avec un second souffle, celui du sax, la force du jazz.

Impressions après les premières répétitions et le tournage des images au-dessus de Barcelone

Voilà, le sentiment que ça commence, qu'on entre dans le vif du sujet après avoir commencé d'assembler les pièces de ce puzzle qu'est l'identité de Colin Smith, le personnage qui est entré en courant dans la vie de son auteur Alan Silittoe.

En l'espèce, les pièces du puzzle sont Esaïe, David et moi-même, respectivement musicien, créateur vidéo-images et comédien/metteur en scène. Tous trois réunis durant une semaine à 60 km de Barcelone à crapahuter dans les chemins, les champs et les bois tournant des images, esaïe jouant, David filmant et moi courant... la plupart du temps, à s'enfermer dans le studio de David pour visionner et poser les bases du rêve, à répéter dans le petit théâtre de l'Estany avec en prime les premières images, post-production brute de décoffrage mais juste pour voir si tout ça nous embarque... Ben oui, justement.

Suite des répétitions

Retour à Paris, pour Esaïe et moi et on reprend les répétitions. Et puis on reçoit les premières images de David «tratadas» (travaillées) et là on comprend. David peindra sur les murs du théâtre des images dans le temps où nous jouerons. Ca n'a l'air de rien mais on ressent le souffle de quelque chose.

C'est notre monde d'encre, de mouvement, de souffle, de retenue, d'exultation, de jazz, de saoulographie verbale et visuelle dans les traces et bientôt les pas d'une personnalité dont l'honneteté nous a stupéfait, et la révolte, et la résistance à tous les petits arrangements hypocrites qui font qu'une société parfaitement civilisée est à ce point et en permanence au bord de l'explosion. Lui Colin, porte tout ça en germe, au bord des lèvres, et à la différence de tant d'autres, IL LE DIT.

Oui, la course de fond, qui remet l'homme au centre de ce qu'il est par essence - c'est à dire de passage - est une activité poétique, littéraire et philosophique.

Méfiez-vous... les coureurs qui passent à des allures légères vont loin et y propagent les ferments d'une subversion inédite.

Pourquoi courir sur cène

Il s'agit de donner au plus près la sensation de courir avec. Donner à voir ce que cela produit physiquement que l'acteur ne peut « dissimuler » dans une telle proximité. Et d'entendre le souffle du saxophone, le « bruit » des doigts, la mécanique des clés. C'est cela, nous voulons rendre visible la mécanique de ce spectacle, ce que nous avons fabriqué pour en arriver là parce que nous pensons que nous n'y perdons pas en magie mais que nous y gagnons en sensations

La musique

Les pas du coureur martèlent les planches, établissent ainsi un tapis sonore et percussif qui deviendra le canevas rythmique sur lequel viendra s’asseoir le discours du saxophone. Le coureur devient le batteur et plusieurs codes inhérents à un combo de jazz on été mis en place pour enrichir la foulée: parfois le coureur double le tempo du saxophoniste et vice-versa; à d’autres moments les deux jouent au fond du temps ou bien s’amusent à pousser le tempo de l’autre; des appels rythmiques déclenchent une accélération, un nouveau ”groove ”.

Contreparties

Un grand merci

pour 20,00 € et +

1
ARTINAUTE

499
DISPONIBLES

Votre nom inscrit sur la liste des donateurs à l'accueil du théâtre du 5 au 28 juillet 2019

Affiche dédicacée

pour 50,00 € et +

3
ARTINAUTES

297
DISPONIBLES

Contrepartie précédente + une affiche dédicacée à l'accueil du théâtre au festival d'Avignon du 5 au 28 juilletou envoi postal.

et une entrée au spectacle

pour 75,00 € et +

0
ARTINAUTES

200
DISPONIBLES

Contreparties précédentes + 1 entrée au spectacle à Avignon du 5 au 28 juillet au théâtre du Cabestan.

et une rencontre avec l'équipe

pour 100,00 € et +

0 ARTINAUTES

Les contreparties précédentes + une rencontre et un échange privilégiés avecl'équipe du spectacleau festival d'Avignon du 5 au 28 juillet

et une sortie courte

pour 200,00 € et +

0 ARTINAUTES

Contreparties précédentes + 2entrées supplémentaires au festival d'Avignon + une sortie courte de course à pied avec l'acteur et l'équipe

et une sortie longue

pour 350,00 € et +

0 ARTINAUTES

contreparties précédentes + 2entrées supplémentaires au festival d'Avignon + une sortie longue de 20 kmavec l'acteur (et possiblement l'équipe... )