Mécénat

Je-te-crie Camille
Tripthyque théâtral

Par: Lunasol

Collecte Réussie


| ARTS DE LA SCÈNE
| DIFFUSION

3 656,00 €

3 580,00 € demandés

52
Soutiennent
0
Recommandent
0
Suivent
102%

Présentation du projet

Voici notre projet, parlez-en autour de vous !

Avec Je-te-crie Camille, nous vous invitons à découvrir l’histoire de l’enfermement d’une femme artiste, racontée par trois femmes artistes !

Simona, Julia et Carine.

Nous nous sommes retrouvées toutes les trois pour rendre hommage à une grande artiste…

Cette création de la Compagnie LunaSol est, pour nous, une façon poétiquement engagée de raconter, de dire et montrer, l’histoire d’une femme artiste au destin tragique et tragiquement oubliée.

Nous avons été particulièrement touchées, en tant qu’artistes et femmes, c’est pour cela que, humblement, nous souhaitons partager son histoire avec vous !

Pour aller jusqu'au bout de notre démarche et financer cette aventure de promotion de notre travail, nous avons besoin de vous pour nous aider à participer au festival d’Avignon OFF 2018 au Théâtre Humanum 149

du 6 au 29 juillet !

Découvrez les vidéos du travail en cours de création en février 2017 sur notre site:

https://www.compagnie-lunasol.fr/les-spectacles/je-te-crie-camille/

Julia et Carine sont à présent les interprètes de 3 performances....

Avant de vous parler du spectacle;

Camille Claudel, pour ne pas l’oublier .

Le 10 mars 1913, un groupe d’infirmiers entrent par effraction chez Camille Claudel dans son atelier (en passant par la fenêtre) et la kidnappent, pour l’enfermer dans un asile d’aliénés. Elle est alors un grand sculpteur, en pleine possession de ses moyens. Sa folie s’appelle en réalité misère et malnutrition et peut-être athéisme pour certains.

Femme animée par la passion, Camille, enfermée depuis 1913, meurt en 1943 dans le silence et la solitude, dans un état d’attente incarné et dans l’abandon des ses proches, après 30 années d’isolement total avec le monde. Quelques temps après son décès, des documents nous apprennent que le « 1943 - n. 392 » numéro de sa tombe, n’existe déjà plus.

Destin cruel d’une femme abîmée par sa passion et par les croyances morales et moralisatrices de l’époque…

A croire que cette femme artiste n’est pas née à la bonne époque …mais. Est-ce que ce serait plus facile aujourd’hui ? Nous n’en avons pas la certitude, c’est une des raisons pour lesquelles Je-te-crie Camille est la création de la compagnie LunaSol qui a réellement besoin d’être soutenue.

Aidez-nous à effacer l’oubli d’une femme, aidez-nous à rendre ses mots audibles !

Le Festival d'Avignon est une belle occasion d'ouvrir le travail d'une compagnie sur un très large public venu de la France entière et des pays francophones.

C'est une chance à saisir et pour nous un risque financier à courir !


Désirez-vous en savoir plus sur cette création ? Bon, accrochez-vous, c’est un peu long !

A présent nous pouvons vous en dire plus.

Je-te-crie Camille est un triptyque théâtral sur l’enfermement de Camille Claudel.

Théâtre - Danse – Ombres.

Je-te-crie Camille est une partition pour deux interprètes et trois performances. 

Une danseuse et une comédienne sous le regard d’une manipulatrice d’objets et de lumières.

Deux Camille, une dans le corps, l’autre dans la voix, les deux liées par un fil et par des ombres.

Projet artistique et notes d’intentions et de Simona Acerbi

Camille.

Des corps aux courbes insolentes.

Des fragments de vie qui tombent, puis… des visages angéliques, sculptés, gravés dans la mémoire.

Camille. Le dedans et le dehors, le corps et l’âme.

Abandon.

Solitude.

Attente.

Je dessine les formes les plus secrètes de mon esprit fasciné, je marche à coté d’une ombre.

Camille. Insolence, colère, désespoir, résignation…

Le temps qui passe sur elle creuse ses joues, froisse son visage, courbe son corps.

Puissante rencontre …effacement silencieux du lendemain.

Comme trois danses, trois cris, trois voix possibles…

De l’ombre à la lumière je dévoile trois « Camille », une seule ne serait pas suffisante pout tout dire.

Alors voilà,

C’est comme ça que je pars chercher Camille, au fond des mes pensées…

Je visualise ce moment où tout bascule, celui où, « le rêve que fut sa vie…devient cauchemar »

Camille derrière la fenêtre de la voiture, le bruit des sabots sur la terre battue par la pluie.

Elle n’est déjà plus la jeune fille aux yeux bleus qui savent raconter la force et le courage, elle a la quarantaine, mais elle semble beaucoup plus vieille…

Elle regarde par la fenêtre, les deux mains posées sur la vitre, ses yeux sont « grands de questions ». La voiture avance sous la pluie battante, Camille regarde son présent devenir passé, son demain devenir une illusion…

C’est le point de départ, ce qui se passe entre le début et la fin du spectacle, appartient au langage artistique de chacune, le corps pour une, les mots pour une autre, l’ombre et la lumière pour la troisième.

J’imagine « crier Camille » trois fois, en trois tableaux.

Trois performances pour un spectacle, reliées par le fil d’une seule et unique mélodie, celle d’une valse…

C’est à partir des la correspondance de Camille Claudel que le travail d’écriture du texte commence.

Peu à peu je me nourris des ses paroles pour créer les miennes, mon regard sur elle se dessine grâce à ce qu’elle dévoile dans ses lettres.

Tout y passe, espoir, amour, incompréhension, colère, résignation, douleur…

Pour certains un seul mot suffira, folie.

Dans cette folie sociétale, je tisse une toile faite de mots posés autrefois sur une feuille blanche.

Des mots, qui cherchent à se faire entendre mais qui jamais ne prendront d’envol, tous ces mots resteront posés sur des feuilles ou bien sur la terre piétinée, un jour, par des sabots et par la pluie…ils resteront sans retour collés sur la vitre d’une fenêtre, derrière un rideau de pluie ou bien de larmes.


Si vous êtes toujours là, on vous propose de découvrir des extraits du texte

Simona Acerbi :

Mère, parlez- moi, je ne vous vois pas, ici, c’est sombre.

Autour de moi… Il n’y a que le rien, un rien froid comme le vent.

Pourtant, il était doux autrefois, il était doux le vent…

Mes mains à présent s’accrochent au vide.

Chut !

Silence…

Sur la pointe des pieds, j’observe derrière les volets fermés.

Délire ?

A qui la faute ? Est-ce donc la mienne ?

Barricadée. Reléguée

Isolée. Enfermée…

Je suis dans la position d’un chou, rongé par les chenilles ; à mesure que je pousse une feuille, elles la mangent.

Surtout ici, je suis mangée, dévorée…

Je suis engloutie toute entière

Je vis dans un monde si curieux, si étrange…

Les maisons de fous sont des maisons faites exprès pour vous faire souffrir, surtout quand on ne voit jamais personne !

Du rêve que fut ma vie, ceci est le cauchemar…

Ici,

Je suis l’abandon, un pas et un autre. Encore…

Je n’ai pas la même cadence, pas la même allure qu’autrefois, silhouette affaiblie rongée par le temps…

Je ne suis à présent qu’un corps sculpté et puis brisé, ni mains ni pieds.


Et aussi…

Boris et l’univers sonore et les compositions !

L’auteur est Boris Bruguiere compose depuis 10 ans pour LunaSol.

Encore une fois nous avons trouvé un seul et unique discours commun, fait de sensibilité et de voyages sensoriels.

Nous avons fait le choix d’une valse, une seule mélodie qui devient le fil rouge qui relie les femmes interprètes et les trois partitions du spectacle.

Mais chaque aspect de Camille a son histoire, alors ici, dans Je-te-crie Camille, chaque proposition se développe dans son propre univers sonore, un arrangement de cette valse différent pour chaque langage artistique, chaque performance, chaque femme, chaque Camille.

Pourquoi la valse ?

C’est en regardant cette sculpture, La valse de Camille Claudel, que la réponse se trouve.

Pour moi il y a tout l’art et la sensibilité, tous les contrastes possibles de Camille dans cette œuvre.

L’ancrage au sol et son axe, l’équilibre et sa force, la légèreté et la danse.

Puis l’homme et la femme, la séduction et l’amour.

Je peux aussi ressentir la tristesse infinie du moment où cette danse prend fin…

Je pense, personnellement que Camille Claudel est là, dans cette sculpture, du moins elle aurait pu l’être….


Sans oublier …

Notre espace scénique !

Un cadre avec une toile de fils rouge. L’enfermement de Camille

Un espace fermé par la position bi frontale du public.

Une grande fenêtre en ombre, comme une idée de communication vers l’extérieur, liaison et contact, pour chaque interprète, de façon différente avec une évolution propre.

Une chaise comme un rappel à celle trainée par Camille à Montdevergues, pendant ses longues journées, pour s’assoir et attendre.

Des espaces de lumières comme pour nous dire que de voir devant soi ce n’est pas toujours simple quand rien ne nous éclaire…

Des enveloppes pour libérer une voix…

Le fond de scène est ici l’univers des ombres, là où les souvenirs, les rêves et les cauchemars de Camille prennent forme.


Nous avons quelques semaines pour réaliser ce financement. Le bouche à oreille est primordial dans cette action. N'hésitez-pas à faire le relais et à diffuser cette information auprès de vos réseaux, on vous dit déjà

MERCI !

A quoi sert l'argent collecté

Le budget de cette aventure avignonnaise représente 14 000€  pour la compagnie !

Notre création est une auto production, alors, sans vous, l’aventure ne peut se poursuivre !

N'hésitez pas à dépasser le montant de la collecte …si c’est possible !

 


 

A quoi servira l'argent collecté ?   

À la location du théâtre pour un créneau de 2h par jour sur  21 jours : 3600 €

À l'inscription au programme Avignon Off : 300€

À l'acheminement de l'équipe, 5 personnes, pour faire les allers et retours Arles- Avignon et Marseille Avignon pour une partie de l’équipe tout le temps du festival : 750 €

Aux frais de communication (flyers, affiches, dossiers) 600 €

Aux salaires de l'équipe 5 intermittents du spectacle : 7630 €

Les charges administratives : 1200 €

 

Et…

À ne pas négliger, elle servira, à nous permettre  de garder le sourire ainsi que notre envie de créer et jouer !


Montant de l'appel à dons

3 580,00 €

Montant Global

14 080,00 €

Dépenses

Désignation Montant

Festival OFF Avignon 2018. Location

Location salle 3 600,00 €
SOUS TOTAL 3 600,00 €

Communication compagnie sur Festival

flyers, affiches, dossiers 600,00 €
SOUS TOTAL 600,00 €

Frais annex - Avignon Off

Programme Avignon OFF 300,00 €
SOUS TOTAL 300,00 €

Acheminement

Pour 5 personnes 750,00 €
SOUS TOTAL 750,00 €

Frais adminisratifs

Administration géneral sur festival 1 200,00 €
SOUS TOTAL 1 200,00 €

Salaires

5 intermittents 7 630,00 €
SOUS TOTAL 7 630,00 €

TOTAL

TOTAL 14 080,00 €

Recettes

Désignation Montant

Aide au projet SACD-PREVISIONNEL

AIDE AUX COMPAGNIE FESTIVAL AVIGNON 3 000,00 €
SOUS TOTAL 3 000,00 €

Région PACA-PREVISIONNEL

Soubvention -PREVISIONNEL 4 000,00 €
SOUS TOTAL 4 000,00 €

Art de la scène-PREVISIONNEL

Appel à projet- PREVISIONNEL 2 000,00 €
SOUS TOTAL 2 000,00 €

Ville d'Arles

Service à la culture 1 500,00 €
SOUS TOTAL 1 500,00 €

Proarti

Financement participatif proarti 3 580,00 €

TOTAL

TOTAL 14 080,00 €

On vous raconte comment est né le spectacle ?

Nous avons travaillé sur Camille Claudel dans le cadre de la manifestation :

A l’ombre de… organisée par notre compagnie, avec la participation de la ville d’Arles et du musée Départemental Arles antique.

Deuxième édition « A l’ombre de …Camille. Valse oubliée ».

Quatre performances, une installation visuelle et sonore et une conférence ont était proposées en février 2017 à Arles. A la suite de cet événement les retours positifs ont était nombreux, nous avons ressenti l’évidence d’aller plus loin avec cette aventure humaine et artistique, et nous avons décidé de créer Je-te-crie Camille, un spectacle de théâtre, danse et théâtre d’ombres, tout public / jeune public à partir de 14 ans.

Comment avons-nous travaillé ?

Nous avons avant axé nos recherches sur la vie de Camille Claudel, en particulier sa jeunesse, pour connaitre à quel moment sa chute démarre et comprendre les éléments déclencheurs.

Nous avons étudié la relation de Camille Claudel avec son frère en deux temps, le temps de l’admiration et de la complicité et celui de la distance et l’incompréhension.

Nous avons observé la figure de la mère de Camille et son positionnement, pour le moins particulier, en vers sa fille.

Nous avons, bien évidement, étudié son œuvre, et sa collaboration artistique avec Rodin.

La période d’enfermement de Camille Claudel prend une très grande place dans nos recherches, nous avons pris conscience de sa personnalité, sans doute complexe et fascinante tout comme ses œuvres. Nous avons pris le temps de lire différents ouvrages sur son êtat psychique qui tente de déterminer les causes de son déclin ou expliquer ses troubles.

Les thématiques abordées et propos

L’enfermement d’une personne, dans certaine conditions est il acceptable ? Où sont les limites d’acceptation de cette prise de décision ? Humainement sommes nous capables d’expliquer les conséquences de cette décision ? En tant qu’artistes pouvons-nous rendre la voix de Camille audible ?

Raconter et donner forme, avec notre sensibilité, à l’histoire de l’enfermement de Camille Claudel est une nécessité, une évidence pour se positionner en tant qu’ hêtre humain, femme et artiste.

L’abandon, la solitude et encore plus l’attente. Les conséquences physiques et mentales de son isolement sur elle. Son acharnement à communiquer, tout en sachant que ça n’aboutirait pas…

L’espace, le lieu évoqué, est celui d’une chambre fermée sur l’extérieur, là où Camille Claudel est enfermée pendant 30 années durant. Notre spectacle raconte son enfermement entre 1913, date de son enlèvement, et 1943 date de sa mort.

Un travail d’écriture.

A partir de sa correspondance, nous avons souhaité écrit un monologue dans le quel la disparition de Camille Claudel se met en scène, au travers du corps et de la voix.

Les lettres de Camille Claudel donnent, à notre sens, une clef de lecture qui permet de prendre conscience de son état et de sa réalité, la difficulté pour nous étant de faire résonner ses propres mots dans notre texte.

L’interprétation.

Camille existe à travers des trois langages artistiques. La danse, le théâtre et les ombres.

Le jeu d’interprétation est donc tout aussi présent pour la danseuse, la comédienne que pendant les manipulations d’ombres portée.

La technique

Nos recherches sont basées sur le théâtre d’ombre.

Notre travail est d’évoquer les sentiments contrastés de Camille Claudel dans son art sans montrer ses œuvres.

Les interprètes ne se cachent pas derrière un rideau, les ombres son projetées en fond de scène sur un cyclo, tout au long du spectacle. Elles apparaissent pour donner forme aux différentes facettes de la personnalité de Camille, à sa douleur, son incompréhension, sa colère et sa solitude.

Notre éspace de jeu

L’éspace scènique est trifontal, le public se trouve sur le plateau. Notre envie est de proposer une proximité avec les interprétées afin que le sentiment d’enfermement, puisse se ressentir pendant le spectacle. Nous voudrions provoquer une sensations de gêne par cette proximité avec les inteprètes et leur jeu.

Recherche bibliographique et filmographique sur le sujet

Correspondance de Anne Riviera et Bruno Gaudichon, Edition Gallimard.

Camille Claudel à Montdevergues de Michel Deveaux, Edition L’Harmattan.

La robe bleue récit de Michèle Desbordes. C’est juste magnifique !

Une femme récit d’Anne Delbée. Un réel positionnement de la part de l’auteur, très poétique, prenez le temps de le découvrir !

Film :

Camille Claudel de Bruno Nuytten.

Camille Claudel 1915 de Bruno Doumont.

Paul Claudel reportages : « Les Mémorables » et « La maison de Paul et Camille Claudel ».

Bonne lecture, bon visionnage et surtout bon spectacle, on vous attend à Avignon au Théâtre Humanum 149 du 6 au 29 juillet 2018 !

Contreparties

Première

pour 20,00 € et +

14
ARTINAUTES

486
DISPONIBLES

Un grand MERCIsur nos supportsde communication à Avignon!

Deuxème

pour 50,00 € et +

4
ARTINAUTES

196
DISPONIBLES

La contrepartie précédente et une affiche dédicacée

Troisième

pour 100,00 € et +

2
ARTINAUTES

98
DISPONIBLES

Les contreparties précédentes et une invitation pour une représentation à Avignon

Quatrième

pour 200,00 € et +

1
ARTINAUTE

99
DISPONIBLES

Les contreparties précédentes et une chanson ou un poème interprété par un membre de l'équipeetenvoyéen vidéo HDpar mail.

Cinquième

pour 500,00 € et +

0
ARTINAUTES

10
DISPONIBLES

Les contreparties précédentes et une invitation pour deux personnes pour une représentation à Avignon ou en tournée

Sixième

pour 1 000,00 € et +

0
ARTINAUTES

30
DISPONIBLES

Attention, spécial équipe !!

2 invitations pour deux personnes pour Avignon ouen tournée, et l'apero de fin festival avec nous !

Et le grand Merci!