Je reste roi de mes douleurs

Collecte Réussie


| AUDIOVISUEL - CINÉMA
| PRODUCTION

8 055,00 €

8 000,00 € demandés

80
Soutiennent
0
Recommandent
0
Suivent
100%

Présentation du projet

J'ai envie de faire ce film depuis longtemps, aujourd'hui, je suis entourée d'une équipe énergique et ingénieuse qui croit au projet. Chaque personne qui rejoint l'aventure, chaque étape qui nous rapproche du tournage, chaque soutien reçu sont autant de victoires qui nous confortent et nous encouragent. Je vous remercie chaleureusement de soutenir ce projet et de nous permettre d'en faire une aventure artistique chaleureuse et humaine.

Claire Boust

_______________________________________________________________________________________________________

____

PITCH

Adèle, jeune diplômée d’arts plastiques, prend conscience de l’impasse dans laquelle elle se trouve. S'amorce alors une métamorphose aussi libératrice qu’inquiétante…

-

____

-

-

-

-

-

-

-

-

UN FILM PERSONNEL ET INTIME

J’ai passé mon adolescence à essayer de disparaitre, à me fondre dans la masse anonyme par peur de subir le regard des autres. Dans ce contexte, devenir une femme épanouie est loin d'être une évidence. Il a été difficile d'assumer ma féminité, mon identité et je reste encore étriquée dans certains reflexes protecteurs, dans certains complexes qui m'encombrent et me ralentissent. Cependant, forte d’un questionnement intime et personnel sur les clichés, les préjugés et les chemins que nous trace la société j’entrevois la liberté et l’épanouissement que procure l’acceptation de soi. Avec ce film, je questionne, et mets en scène les obstacles qui jonchent le chemin d'une jeune femme en pleine métamorphose. Quel est le développement identitaire d'une vingtenaire qui ne se reconnait dans aucune des figures féminines classiques ? Comment assumer son corps, ses formes, sa sexualité qui sont les proies d'une société prédatrice ?

__

___

--

UNE MISE EN SCÈNE EN DEUX TEMPS

Je reste roi de mes douleurs est avant tout le récit d’une sensation. La réalisation doit faire transpirer les émotions du personnage et son état intérieur. Pour se faire, elle s’articule en deux temps.

Premièrement – et le plus souvent à l’épaule - la caméra circule dans la soirée sur laquelle s’ouvre le film. Les plans sont longs, on se crée un chemin au milieu de la fête qui bat son plein. Une multitude de personnages sont les potentiels héros du film. C’est en retard et en retrait qu’Adèle arrive à l’écran. Isolée par ses secrets et sa détresse, elle prend, discrète et modeste, le second plan. C’est pourtant sur elle que la caméra va s’attarder pour enfin lui emboiter le pas. Toujours très proche d’elle, elle va exercer la pression du regard extérieur qu’Adèle souhaiterait éviter et le bouillonnement de sa vie citadine. Plus saccadés et oppressants les plans s’enchaînent alors plus rapidement, on pénètre ainsi son intimité, sa bulle, jusqu’à la soirée d’inauguration qui marque un tournant pour le personnage et donc pour la réalisation.

Nous quittons alors un point de vue extérieur teinté de l’opinion des autres personnages et entrons dans la vision d’Adèle.

Dans ce deuxième temps, de grandes plages de sables et la mer à perte de vue nous traduisent l’isolement du personnage et son errance intérieure. La caméra prend du large, la narration s’aère et contemple ce décor désolé. Epaves de bateaux échoués, silhouette ondulant dans les flots, sang coulant sur le carrelage d’un évier, tempêtes menaçantes, l’ambiance est pesante et mystérieuse. La mer dévore, recrache et semble dialoguer directement avec Adèle. Rêve ou réalité, le doute est entretenu par des plans en apparence immobiles. Le cadre est sélectif s’attardant sur des dos, des nuques, des mains, un visage à moitié caché par un chapeau ou un livre. Par ce biais, l’imaginaire du spectateur est convoqué pour constamment combler le hors champ ce qui crée une inquiétude.

Nous ne quitterons plus le point de vue d’Adèle jusqu’à la fin du film. En tant que sculptrice, Adèle est sensible aux textures, aux détails d'une peau, aux rides, aux cernes, au temps qui est venu imprimer sa patine et son empreinte sur un regard, une voix. J’aimerais travailler l'éclat du blanc et le découpage des ombres notamment pour les scènes avec Joseph. Il est important pour moi de mettre en valeur les acteurs non pas dans un souci d'esthétisme mais pour capter la singularité des visages, des corps. Épurer les plans, tricher le moins possible avec la technique, et la mettre au service d'une vérité aussi imparfaite soit elle.

_____

LIEUX DE TOURNAGE

Ce film, très esthétique et contemplatif, a été largement inspiré par la beauté du littoral normand. La réalisatrice, qui est de Querqueville, est une amoureuse de ces côtes et c’est tout naturellement qu’elle y a placé une partie de son intrigue.

___

Elle avait besoin d’une nature qui soit imposante, impressionnante, d’une mer qui ait du caractère, de paysages très dessinés, découpés, comme ceux de la baie d’Ecalgrain et de sa falaise qui vient tomber dans la mer, des plages immenses, sauvages, de ce petit monde complètement isolé dont a besoin le personnage principal, Adèle, pour se ressourcer.

___

___

___

___

____

____

Les dunes de Biville, très cinématographiques aux paysages sauvages, lunaires, et extrêmement ressourçants, est une parfaite représentation de l'état d'âme d'Adèle à ce moment-là du film.

____

____

____

___

___

___

___

___

Les magnifiques épaves échouées sur les plage de Portbail rappellent la légende de Circé omniprésente dans le film, le côté légendaire de la mer, l'engloutissement, les marins perdus...

___

___

___

___

___

___________

CASTING

Un film porté par un casting au top ! Découvrez la bio des acteurs dans la section "Equipe".

______

A quoi sert l'argent collecté

Les fonds collectés nous permettront de couvrir une partie des coûts de production. Nous aimerions aussi rémunérer l'équipe technique composée de jeunes passionnés très investis dans le projet. 


Objectif de collecte

8 000,00 €

Montant Global

13 500,00 €

Dépenses

Désignation Montant

Décors et costumes

Location lieu de tournage 1 600,00 €
Costumes, maquillage et accessoires 335,00 €
SOUS TOTAL 1 935,00 €

Transports / Défraiements / Régie

Transports 1 195,00 €
Hébergement 400,00 €
Repas 600,00 €
Défraiements 200,00 €
Régie 100,00 €
SOUS TOTAL 2 495,00 €

Moyens techniques

Accessoires prise de son 490,00 €
Prise de son 1 500,00 €
Caméra 1 400,00 €
Optiques et autres accessoires 1 240,00 €
Retour image 920,00 €
Machinerie 100,00 €
Eclairage 350,00 €
Consommables 70,00 €
SOUS TOTAL 6 070,00 €

Equipe

Frais équipe 3 000,00 €
SOUS TOTAL 3 000,00 €

TOTAL

TOTAL 13 500,00 €

Recettes

Désignation Montant

Demandes d'aides

Mairies 2 000,00 €
Sponsors 2 000,00 €
SOUS TOTAL 4 000,00 €

Proarti

Financement participatif proarti 8 000,00 €

TOTAL

TOTAL 12 000,00 €

_______________

Avec ce film, je propose au spectateur une contemplation, un voyage dans une vie ni embellie ni dramatisée qui brasse les icônes féminines et les questionne. Je pense au cinéma d'Arnaud DESPLECHIN qui a bouleversé mon statut de spectatrice de cinéma, m'ouvrant alors la possibilité d'être émue, touchée par la suggestion d'une histoire elliptique. Je pense également au théâtre d’Anton TCHEKOV, à ces situations bloquées où l'émotion se communique dans les silences, les non-dits. L'étouffement des Trois soeurs par exemple et les paroles d'Irina: "Vous dites : la vie est belle. Oui, mais si c’était une erreur ? Pour nous, les trois soeurs, la vie n’a pas encore été belle, elle nous a étouffées, comme une mauvaise herbe... J’aurai bientôt vingt-quatre ans, il y a longtemps que je travaille, mon cerveau s’est desséché, j’ai maigri, enlaidi, vieilli, et rien, rien, aucune satisfaction, et le temps passe, et il me semble que je m’éloigne de plus en plus de la vie véritable et belle, que je m’approche d’un abîme. "

Contreparties

Votre nom au générique

pour 10,00 € et +

15 ARTINAUTES

Cette participation vous offre la chance d'apparaître au générique de notre film !

Accès à notre journal de bord

pour 20,00 € et +

12 ARTINAUTES

En plus de votre nom au générique, vous aurez un accès privilégié à notre journal de bord, avec des photos et vidéos du tournage !

On vous offre le making off

pour 50,00 € et +

22 ARTINAUTES

Interview de la réalisatrice et des acteurs, bêtisier, à ne pas manquer !

Poster du film dédicacé

pour 100,00 € et +

7 ARTINAUTES

Le magnifique poster du film imprimé au format A3 envoyé chez vous !

Invitation à l'avant-première

pour 200,00 € et +

3 ARTINAUTES

Invitation pour deux personnes à l'avant-première en compagnie de l'équipe !

1h heure de discussion avec la réalisatrice

pour 500,00 € et +

0 ARTINAUTES

Posez toutes vos questions à Claire Boust, actrice, scénariste, et réalisatrice du film !

L'une des photographies d'art du vernissage

pour 700,00 € et +

0
ARTINAUTES

5
DISPONIBLES

Nous vous offrons l'une des photographies qui sera exposée dans la scène du vernissage ! Format 60x90cm, envoyé chez vous !

Une journée sur le tournage

pour 1 000,00 € et +

2 ARTINAUTES

Retrouvez toute l'équipe sur le tournage et découvrez les coulisses du film !