Mécénat
Icon proarti

j’étais dans la maison et j’attendais que la pluie vienne…
De Jean-Luc Lagarce,

Par: TORE

Collecte Réussie


| ARTS DE LA SCÈNE
| Eybens
| PRODUCTION

5 642,00 €

5 167,00 € demandés

60
Soutiennent
1
Recommandent
2
Suivent
109%

Présentation du projet

Chers amis, chers spectateurs, cher public

Nous sommes 5 femmes, 5 comédiennes, passionnées par notre métier, engagées dans une expérience théâtrale novatrice : nous avons fait le pari de jouer, mettre en scène, inventer les décors nous-mêmes, et avons choisi pour mener cette aventure l’auteur qui par son écriture et sa thématiques, est le plus en phase avec l’intime de la femme : Jean Luc Lagarce. « j’étais dans la maison et j’attendais que la pluie vienne… ». est l’une de ses plus célèbres pièces, au titre lourd de signification pour une conscience féminine.

.

Pour la première fois, nous lançons une campagne de financement participatif, qui nous permettra de donner de l’ampleur à notre projet. Nous avons 4 mois pour réunir la somme de 5 000 € , qui nous permettra d’obtenir une trésorerie suffisante pour financer en partie la scénographie de la pièce.

..


LA PIECE

Sur scène cinq femmes, cinq femmes anonymes, trois générations, parmi elles trois soeurs : elles parlent, peut-être parlent-elles enfin pour la première fois, car le fils, le frère est revenu.
Depuis longtemps elles l’attendaient, imaginant la joie du retour, la perspective d’une autre vie, de nouveaux projets, la possibilité du pardon aussi. Ce retour fait émerger les souvenirs, la violence des conflits dont elles furent témoins, mais aussi la soif de tendresse, d’amour, le désir que métaphorise l’attente de la pluie. Elles attendent qu’il parle. Que vont-elles trouver au bout de cette attente ? Espoir ou frustration ? Et pourquoi le silence de l’homme perdure-t'il ?

...


NOTE D'INTENTION

Pavane pour un Infant défunt, L’emploi du terme pavane dans le texte inscrit la pièce dans une composition essentiellement musicale. Le choeur des femmes donne libre cours à un lamento tragique, qui procède par amplification et rétention, dans un rythme le plus souvent ternaire de ressassement. On ne sait si le frère est vivant ou mort, les personnages l’évoquent, comme dans une cérémonie rituelle, en appelant la magie dont il est porteur, la pluie. Cette attente pleine d’incertitude les conduit au bord des larmes, et les retient d’y sombrer. Ainsi s’enchante la douleur, et s’installe la résignation. L’espace est clos, bien que perméable aux bruits et rumeurs du dehors, et le temps comme suspendu entre passé, présent et avenir, semble ne pas s’écouler.

.

A l’origine du projet, une amitié, un compagnonnage de deux femmes, Nicole Vautier-Brisa et Danièle Klein, liées par des expériences théâtrales communes. Ensuite un désir, ouvrir le cercle à d’autres comédiennes amies, d’âges et générations différents, désireuses de porter la langue de Lagarce, et de prolonger les belles rencontres de la vie par celles du plateau. Car il est important aussi de raconter sur la scène les présences proches, celles qui nous tiennent en famille, et nous donnent en même temps la plus grande solitude, la mort aussi peut-être…

.
Toutes sont en quête, quête de travail, quête d’un texte porteur susceptible d’incarner leur soif de théâtre et leurs expériences singulières de femme. Elles vivent leur engagement comme un défi, celui de l’audace, de la combativité, de la pugnacité face aux aléas de la vie actuelle : précisément l’opposé des personnages de Lagarce, qui demeurent enfermées dans la fatalité de leur destin manqué.

.
Le texte résonne de nombreux échos, et, bonheur suprême pour des comédiennes, elles peuvent jouer avec les multiples références littéraires présentes dans le texte : Les Trois soeurs de Tchékhov principalement, la figure mythique d’Antigone, La maison de Bernarda Alba de Lorca, les soeurs Brontë, jusqu’aux références cinématographiques, dont Bergman Cris et
chuchotements n’est pas la moindre. C’est la peinture d’un monde féminin, clos, amputé de ses forces vives, paralysé dans une violence feutrée et soumis à des lois archaïques : un monde auquel les cinq comédiennes, femmes d’aujourd’hui en réflexion sur les événements, (Théâtre On raconte l’Evénement) veulent apporter par leur travail un contrepoint critique.


A quoi sert l'argent collecté

Cette collecte permettra de monter ce texte qui tient à coeur de ce collectif de 5 comédiennes, Mais  il est prévisionnel.

Si les tutelles ne répondaient pas favorablement  à nos demandes de subventions, le budget sera adapté au fur et à mesure mais il sera REALISE. dans des conditions moins confortables évidemment.

Si nous récoltons 5 000€, cela nous permettra de financer le teaser et une captation vidéo de la pièce qui nous servira à promouvoir notre spectacle à des fins de diffusion.

Si nous dépassons notre objectif de collecte alors nous pourrons améliorer la rémunération des comédiennes et de l'équipe artistique et administrative.

La création est en Novembre 2017 à l'Autre Rive à Eybens, puis jouera au théâtre du Poulailler dans le Trièves, à Grenoble, à Viriville puis en Suisse,et dans d'autres lieux qu'il nous reste à trouver.

 

 


Montant de l'appel à dons

5 167,00 €

Montant Global

57 657,00 €

Dépenses

Désignation Montant

dépenses de production

Décors, costumes, accessoires 13 000,00 €
Déplacements 1 000,00 €
Frais de Régie 4 667,00 €
Frais techniques 2 500,00 €
SOUS TOTAL 21 167,00 €

Communication

Teaser / Captation vidéo 5 000,00 €
Presse 7 000,00 €
SOUS TOTAL 12 000,00 €

Developpement et Administration

Administratrice 3 000,00 €
Chargé de Développement 3 000,00 €
SOUS TOTAL 6 000,00 €

Masse salariale artistique

salaires 18 490,00 €
SOUS TOTAL 18 490,00 €

TOTAL

TOTAL 57 657,00 €

Recettes

Désignation Montant

Aides à la Production

DRAC Auvergne Rhône Alpes 18 490,00 €
Region Auvergne Rhöne Alpes 14 000,00 €
Coproduction 5 000,00 €
La Métropole Grenobloise 15 000,00 €
SOUS TOTAL 52 490,00 €

Proarti

Financement participatif proarti 5 167,00 €

TOTAL

TOTAL 57 657,00 €

Contreparties

TORE

pour 10,00 € et +

5 ARTINAUTES

En échange de votre don, nous vous envoyons des brassées de baisers.

Votre nom sur la page facebook de TORE.

Merci pour votre don.

TORE 2

pour 50,00 € et +

5 ARTINAUTES

A partir de 50€ de don,nous vous partagerons leverre de l'amitié que nous aurons le plaisir de vous offrir.

Votre nom sur la page facebook de TORE.

Merci pour votre don.

Tore 3

pour 100,00 € et +

6 ARTINAUTES

A partir de 100 € de don,nous vous offrons le texte de Jean-Luc Lagarce édité aux Solitaires Intempestifsetnous aurons l'occasion de partager un moment convivial autour d'un verre.

Votre nom sur la page facebook de TORE.

Merci pour votre don.