Mécénat

MARX ET LA POUPEE de Maryam Madjidi - Musique, bilingue Français Langue des signes
Un spectacle 100 % accessible !


| ARTS DE LA SCÈNE
| PRODUCTION

115,00 €

4 205,00 € demandés

2
Soutiennent
2
Recommandent
2
Suivent
2%

Présentation du projet

...

DU 5 AU 27 JUILLET 2019, à L'ARTEPHILE à 11H45 (sauf les dimanches)

.

UN DES RARES SPECTACLES 100% ACCESSIBLE

..

Créés en 2015, nous, Les Petits Plaisirs voulons faciliter l'accès à la culture, et ce par tous les moyens. Nous nous appuyons sur des projets proposés par d'autres où nous amenonsno s adhérents, ou bien nous créons nos propres projets comme des rencontres littéraires et un festival pluridisciplinaire Merci la vie ! à Biarritz en février depuis 2016.

De fil en aiguille, tout cela amène à penser, imaginer, de nouveaux projets, même un peu fous, puis réunir une équipe pour que naisse le spectacle MARX ET LA POUPEE de Maryam Madjidi, et le proposer en texte, musique et parfaitement bilingue en Langue des Signes. Bref un spectacle 100% accessible.

Poursuivant cette notion d'acessibilité, et s'aperçevant que par exemple à Avignon 2018 il n'y a que 2 spectacles en Langue des Signes Française (sur 1550 spectacles), nous pensons que notre spectacle a toute sa place à Avignon.

Nous sommes très fières de ce que nous proposons : 3 filles sur scène (Aude Jarry, Clotilde Lebrun et Elsa Rozenknop) et quelques unes à côté qui ont collaboré à ce spectale, sous l'oeil bienveillant de Raphaël France-Kullmann.

Nous avons hâte, il nous tarde (c'est selon qui parle dans l'équipe) de vous montrer ça et de recueillir vos impressions.

En attendant voilà quelques images issues de la résidence et sortie de résidence lors du festival Merci la Vie ! #4

...

Que raconte le spectacle ?

Le spectacle est un «monologue» monté à partir de différents extraits tirés du roman de Maryam Madjidi. Ce roman raconte son enfance en Iran puis son arrivée en France vers l’âge de 5 ans et les étapes qu’elle a traversées pour s’adapter à ce nouveau pays. Il s’agit d’un récit sur l’exil vécu par une petite fille. Le spectacle évoque les différentes thématiques exprimées dans le livre (La dureté du régime politique Iranien, l’engagement des parents dans l’opposition, la relation entre petite fille et grand-mère etc...) mais il traite essentiellement du rapport à la langue, c’est à dire la complexité pour une petite fille de quitter sa langue natale, le persan, pour une nouvelle langue, le français. Nous suivons le parcours initiatique d’une petite iranienne qui se cherche une nouvelle identité dans un pays étranger en traversant le silence, la solitude, l’incompréhension, le questionnement...

...

POURQUOI LANCER UNE COLLECTE ?

Parce que aller à Avignon coûte très cher, mais que nous ne voyons pas d'autres moyens pour le présenter à un public nombreux et aux multiples programmateurs qui nous l'espérons viendront voir notre spectacle.
Cette collecte viendra amoindrir le montant de notre emprunt fait auprès auprès d'un gentil membre de l'association.

.

MERCI ! MERCI POUR VOTRE GENEROSITE !

MERCI POUR VOTRE SOUTIEN QUEL QU'IL SOIT :

un don ou la diffusion de cette collecte autour de vous c'est déjà beaucoup !!!



FAQ

Il est vrai que nous aurions grand plaisir à rencontrer chaque donateur. Et c'est pour cela que nous devons faire une grande tournée. Si vous ne venez pas à Avignon, nous ferons tout pour passer dans un rayon de 50km de chez vous. Vous pouvez aussi offrir la place à un ou une amie.
Si vous avez la chance d'habiter au Pays basque et alentours, ou d'y venir en vacances, vous pourrez échanger votre place contre un spectacle du festival Merci la vie! #5 qui se déroulera aux alentours du 25 février 2020.

Ou ....  nous trouverons toujours une solution pour une contrepartie plus qu'agréable.

Le principe de la place suspendue est qu'elle est offerte à une personne d'une façon anonyme. Le don n'en est que plus fort. Les places seront donc mises à disposition de manière discrète. L'information sera passée auprès des associations cibles et du grand public.

A quoi sert l'argent collecté

Comme vous l'avez déjà entendu, se produire au Festival d'Avignon coûte très cher ! 
Mais cela reste un endroit plus que privilégié (encore incontournable pour beaucoup) pour montrer son spectacle et le vendre, et ainsi faire de grandes tournées après. 
Pour financer notre festival nous avons fait un emprunt, et cette colecte permettra d'alléger cet emprunt. 
Nous sommes très économes et sensibles à chaque geste. aussi soyez certains que vos dons ne partiront pas en bouteilles de rosé, et seront très bien utilisés. 

Cela permettra noramment de payer correctement ceux qui habituellement sont pas ou peu payés : les chargés d'administrations et de diffusion, et qui pourtant font un travail époustouflant, trop souvent dévalorisé. 

 

Dans le cadre de la loi sur le mécénat, vos dons sont déductibles de vos impôts.

  • Pour les particuliers et dans le cadre de l'impôt sur le revenu à hauteur de 66% de la somme donnée, dans la limite de 20% de votre revenu imposable.
  • Pour les entreprises à hauteur de 60% de la somme donnée, dans la limite de 0,5% du chiffre d’affaires HT. La réduction est effectuée sur l’impôt sur les sociétés dû au titre de l’exercice au cours duquel les dépenses ont été réalisées. Au-delà de 5‰ ou en cas d’exercice déficitaire, l’excédent est reportable.

 


Montant de l'appel à dons

4 205,00 €

Montant Global

43 138,00 €

Dépenses

Désignation Montant

FRAIS DE STRUCTURE

Frais de fonctionnement structure 200,00 €
SOUS TOTAL 200,00 €

Taxes, assurances et divers

Provision pour dépenses imprévues 200,00 €
Assurance 200,00 €
SOUS TOTAL 400,00 €

DROITS D'AUTEURS

Droits d'auteurs 1 200,00 €
SOUS TOTAL 1 200,00 €

Technique, logistique Avignon

Location Théâtre Artéphile 7 800,00 €
Cotisation sociales 2 294,00 €
Salaires bruts équipes technique et adminsitrative 3 824,00 €
SOUS TOTAL 13 918,00 €

Coûts artistiques Avignon

Cotisations Patronales 3 764,00 €
Salaires bruts équipe artistique 6 843,00 €
SOUS TOTAL 10 607,00 €

Coût résidence de création lumière (juin 19)

Transport -hébergement-restauration 1 500,00 €
Cotisations sociales 1 200,00 €
Salaires 2 000,00 €
SOUS TOTAL 4 700,00 €

COSTUMES

Accessoires-costumes 500,00 €
SOUS TOTAL 500,00 €

TRANSPORT HEBERGEMENT RESTAURATION

Location Véhicule 400,00 €
Train déplacement équipe 600,00 €
Péages, Carburant 800,00 €
Frais de logement 5 000,00 €
Frais de restauration 3 000,00 €
SOUS TOTAL 9 800,00 €

COMMUNICATION ET PROMOTION

Création visuelle 600,00 €
Impression 600,00 €
Inscription AF&C 313,00 €
Dossier de presse 300,00 €
SOUS TOTAL 1 813,00 €

TOTAL

TOTAL 43 138,00 €

Recettes

Désignation Montant

BILLETTERIE

Billetterie 5 933,00 €
SOUS TOTAL 5 933,00 €

AIDES ET SUBVENTIONS

Fonds de professionnalisation AF&C 3 000,00 €
FONPEPS 3 500,00 €
Département 64 : Innovation sociale 5 000,00 €
VILLE DE BIARRITZ : aide exceptionnelle pour Avignon 2 000,00 €
SOUS TOTAL 13 500,00 €

AUTRES PRODUITS

Fonds Propres 4 500,00 €
EMPRUNT 15 000,00 €
SOUS TOTAL 19 500,00 €

Proarti

Financement participatif proarti 4 205,00 €

TOTAL

TOTAL 43 138,00 €

Comme on ne sait jamais comment et quand a commencé cette aventture, on vous a fait un petit récapitulatif des dates...

Automne 2014 : Rencontre entre Benoit Virot talentueux éditeur, fondateur de la maison Le Nouvel Attila et Cathie Simon-Loudette, chargée de production. Les idées fusent pour créer des rencontres autour de la littérature en Côte basque..et ailleurs. A suivre.

Mars 2015 : Création d’une structure pour pouvoir accueillir des projets, le 1er étant «Réparer les vivants» par Emmanuel Noblet, qui devient de fait le parrain des Petits Plaisirs.

Octobre 2016 : Lancement des «Petits Plaisirs littéraires» avec la Ville de Boucau.

11 février 2017 : Petit plaisir littéraire boucalais n°2. et 1ère rencontre pour Maryam Madjidi qui vient présenter son 1er roman Marx et la poupée : Moment magique. «C’était ma plus belle rencontre. Dans cette salle il y avait la France entière.» dit-elle.

3 mai 2017 : Maryam Madjidi reçoit le Goncourt du 1er roman. Joie ô joie. Et une petite fierté d'avoir pressenti que ce serait un succès..mérité.

Juin 2017 : Après avoir vu Maryam lire accompagné de musiciens, on commence à échanger autour de l’idée de porter le roman à la scène ...pièce de théâtre ? lecture théatralisée ? ... Ce dont nous sommes certaines, c’est qu’il faut un metteur en scène et une création musicale.

Septembre 2017 : Correspondances de Manosque : découverte du travail de Raphaël France-Kullmann qui dirige des amateurs dans une lecture à voix haute de Marx et la Poupée : on a trouvé notre metteur en scène...et une nouvelle idée : Aude Jarry interprète en langue des signes cette lecture de manière si expressive...Et si nous faisions une lecture musicale avec option Langue des Signes?

Reste à trouver une musicienne ayant adoré le roman (condition sine qua non pour rejoindre le projet)

Octobre 2017 : Sollicitation de Clotilde Lebrun, musicienne à Biarritz. Après mûre réflexion, elle accepte.

Le reste c’est Raphaël France Kullmann qui le raconte le mieux (interview à paraître dans La Terrasse- spécial Avignon)

Comment avez-vous découvert ce roman et pourquoi avoir choisi de le mettre en scène ?

J’ai découvert ce roman lors d’un travail que j’effectue chaque année pour le festival Les Correspondances de Manosque. J’y mets en scène un groupe de lecteurs qui lisent des extraits de romans issus de la rentrée littéraire. En 2017 nous avons travaillé sur Marx & La Poupée de Maryam Madjidi. Maryam et Cathie Simon-Loudette (productrice du spectacle pour Les Petits Plaisirs) qui sont à l’initiative du projet, cherchaient un metteur-en-scène pour créer une lecture musicale de Marx & La Poupée. Maryam et Cathie étaient présentes lors de la lecture du roman à Manosque, c’est en ayant assisté à cette lecture qu’elles ont eu l’idée et l’envie de me proposer la mise en scène du spectacle. J’ai accepté car j’étais très touché par l’écriture du roman, une écriture simple, efficace et singulière qui confronte le réel à la poésie, la dureté à la délicatesse. Tout un monde riche au service d’un sujet hautement d’actualité, la quête d’identité.

Que raconte le spectacle ?

Le spectacle est un «monologue» monté à partir de différents extraits tirés du roman de Maryam Madjidi. Ce roman raconte son enfance en Iran puis son arrivée en France vers l’âge de 5 ans et les étapes qu’elle a traversées pour s’adapter à ce nouveau pays. Il s’agit d’un récit sur l’exil vécu par une petite fille. Le spectacle évoque les différentes thématiques exprimées dans le livre (La dureté du régime politique Iranien, l’engagement des parents dans l’opposition, la relation entre petite fille et grand-mère etc...) mais il traite essentiellement du rapport à la langue, c’est à dire la complexité pour une petite fille de quitter sa langue natale, le persan, pour une nouvelle langue, le français. Nous suivons le parcours initiatique d’une petite iranienne qui se cherche une nouvelle identité dans un pays étranger en traversant le silence, la solitude, l’incompréhension, le questionnement...

Pourquoi avoir choisi d’adapter le texte en langue des signes ?

L’idée d’adapter le texte en langue des signes provient de Cathie Simon-Loudette qui a eu cette révélation en voyant Aude Jarry (l’interprète en LSF du spectacle) traduire la lecture de Marx & La Poupée à Manosque en septembre 2017. Cathie a choisi d’intégrer la langue des signes dans le spectacle car cela fait sens tant la thématique tourne autour de la langue. De plus l’interprétation de Aude Jarry est telle qu’elle apporte une dimension théâtrale par le corps, l’adresse et l’énergie qu’elle dégage. À l’origine le spectacle était une lecture musicale par l’autrice elle-même traduite et interprétée en LSF, aujourd’hui il s’agit d’un monologue «partagé» entre la comédienne Elsa Rozenknop, l’interprète en LSF Aude Jarry et la musicienne Clotilde Lebrun. Cette nouvelle forme creusée au fil du temps et des étapes de travail a mené Elsa et Aude vers une relation de binôme, l’une dépendant de l’autre, les langues de chacune entrant en collision, en correspondance ou en fusion.

Comment avez-vous travaillé avec l’adaptatrice en LSF?

Travailler avec l’adaptatrice fut une expérience nouvelle et inédite ! C’est tout un monde qui s’ouvre à soi, c’est la découverte d’un mode de communication très loin de la logique des «entendants». La présence de Sylvanie Tendron qui est une personne sourde ayant l’habitude de travailler dans le spectacle-vivant, a été indispensable au bon déroulement du travail et à la direction d’interprétation de Aude Jarry qui avait fondamentalement besoin d’un regard extérieur maîtrisant les «articulations» de la LSF. La LSF est constituée de codes particuliers, d’intentions nuancées, d’un vocabulaire et d’une construction linguistique propres. Le défi a été de «faire voir et entendre» le même spectacle aux personnes sourdes comme aux personnes entendantes. Beaucoup d’échanges, de dialogues et de partages ont été nécessaires à la réalisation de ce projet. Sylvanie Tendron a été remarquable de par sa compréhension, son écoute et son sens du plateau, nous avons été complémentaires.

Quels ont été vos parti pris de mise en scène autour des trois comédiennes et des trois langues ?

Les partis pris sont clairs ; 3 voix, 3 femmes, 3 langues donc 3 espaces distincts pour 3 univers forts. Espaces qui au fil du spectacle se rencontrent et se découvrent afin de raconter la même histoire, comme si les 3 éléments de récits finissaient par fusionner. Nous sommes purement dans la rencontre des langues. Des langues indépendantes et autonomes dont le rassemblement génère une expression unique. Je ne peux pas tout révéler du parti pris de mise en scène car ce serait dévoiler un élément de surprise pour le spectateur, tout ce que je peux dire c’est que le spectacle commence de manière très simple jusqu’à ce qu’une «bascule» nous entraîne dans une dynamique différente qui permet le développement d’une rencontre plus affirmée entre le jeu, la musique et la LSF.

Quelle est la place et l’importance de la musique dans ce spectacle ?

La musique composée et jouée sur scène par la musicienne Clotilde, est comme le décor du spectacle. La musique donne le ton, la couleur et le rythme de chaque passage. La musique est ici colonne vertébrale. La musique fait le lien entre le «travail d’orateur» effectué par Elsa Rozenknop et le «travail corporel» effectué par l’interprète en LSF Aude Jarry. La musique est sensorielle comme les souvenirs de la petite fille du roman, douce comme la présence essentielle de sa grand-mère, brute comme la dureté des conditions de vie vécues par la famille de Maryam Madjidi en Iran, minimaliste comme les mots simples employés par l’auteur pour raconter l’horreur ou la tendresse, riche comme le monde poétique que garde en elle cette petite fille en proie aux difficultés de s’approprier une nouvelle culture. La musique est également personnages ; elle est le regard de la mère sur sa fille, ou l’ami alcoolisé accoudé au comptoir d’un bar enfumé, ou la présence bienveillante d’un esprit familier un jour de repas de famille, ou la fée penchée sur le berceau d’un être tourmenté par la folie des hommes, ou le témoin d’une rencontre amoureuse improbable et salvatrice...

Suivez l'actualité du projet !

  • Avant-Première à Artéphile à Avignon le 17 juin et déjà un premier article !

    Nous avons été reçues comme des reines dans ce théâtre Artéphile.

    Et l'avant première pour la presse et le public avignonnais est une possibilité précieuse que nous offrent Alexandre et Anne les maîtres des lieux, sans oublier toute l'équipe autour. Ce fut pour nous une véritable chance et joie. Et déjà un premier article. Nous sommes heureuses, et Raphaël France-Kullmann est heureux aussi.

    https://libretheatre.fr/marx-et-la-poupee-mise-en-scene-de-raphael-france-kullmann/

  • Critique de Marx et la Poupée Par Valérie Valade (journaliste à Mediabask)

    D’une langue à l’autre… Biarritz, festival Merci la vie, dimanche 25 février 2018, deuxième présentation de la lecture musicale de Marx et la poupée. La salle du Colisée est pleine. Sur le plateau de théâtre : deux guitares accompagnées d’un micro, un tabouret de bar, un bout de scène nue. Trois espaces bientôt habités par une musicienne - Clotilde Lebrun -, une lectrice - l’auteure, Maryam Madjidi - et une interprète en langue des signes, Aude Jarry. La lectrice lit posément, sans précipitation, on entend son souffle, ses frémissements. L’émotion est palpable mais retenue. Il y a quelque chose de vertigineux dans la soudaine mise à nu de cette parole autobiographique, d’abord cachée dans les pages d’un livre, puis ici exposée sur une scène. Pourtant la lecture ne cède à aucune facilité. L’auteure ne cherche pas à jouer, elle transmet son texte, simplement. Au début l’attention du spectateur est requise de tous côtés, surprise peut-être de cette multiplicité de signes, de langages. Un rythme peu à peu s’installe, le duo de lecture à la voix (Maryam Madjidi) et au corps (Aude Jarry), précis, très travaillé, fait des pauses et la musique se met à faire des boucles. Clotilde Lebrun est une sorte de magicienne, avec sa guitare électrique et ses pédales loop. Des rythmes et des sons répétitifs se superposent, une musique grandit puis diminue et s’évanouit. Ce sont des respirations, des échappées dans le récit. La vie de la petite Iranienne commence sous le signe du danger, quand sa mère enceinte saute d’une fenêtre. Cette petite sera solide, on le sent. En pleine révolution iranienne, la petite fille est « prêtée » aux amis pour transporter incognito des tracts dans ses couches, devant les yeux effarés de la grand-mère protectrice. Se succèdent dans le montage du roman, réalisé pour cette lecture musicale, des épisodes marquants de la vie de Maryam : le départ - difficile - d’Iran pour rejoindre le père en France, la solitude de la petite exilée de 4 ans à l’école française, la langue persane qui fuit et la langue française qui finit par prendre sa place, le retour en Iran 17 ans après et l’amour, soudain, pour un gars tatoué qui affiche ses blessures autant que la jeune fille cache les siennes. Simultanément à la lecture sobre et posée de Maryam Madjidi, Aude Jarry engage tout son corps dans une interprétation qui dépasse largement une « traduction en langue des signes ». C’est proche d’une danse. Les pieds sont rivés au sol, le corps ondule, les bras s’agitent et incarnent le récit, sans mots. Le spectateur s’abandonne à cette langue qu’il ne connaît pas forcément, mais qui l’atteint comme le fait la musique, avec un vocabulaire sensible qui s’impose dans l’immédiateté du présent. L’écoute entre les trois partenaires est si intense et harmonieuse que le public n’a qu’à se laisser entraîner dans ce dialogue original entre des langues ou des langages devenus complémentaires. Et puis, comme un cadeau, deux poèmes sont dits en persan. Et l’émotion du spectateur est immense. Un échange a lieu, très fort, bien au-delà des langues et des signes.

  • Toute l'aventure de Marx et la poupée en plusieurs dates...de 2014 à Juillet 2019 (parce qu'on aime bien recontextualiser à chaque fois)

    DATES CLES et quelques détails dans cette aventure de production

    Automne 2014 : Rencontre entre Benoit Virot talentueux éditeur, fondateur de la maison Le Nouvel Attila et Cathie Simon-Loudette. Les idées fusent pour créer des rencontres autour de la littérature en Côte basque. A suivre.

    Mars 2015 : Création des Petits Plaisirs : rendre la culture accessible, faciliter le déplacement des publics, organiser un grand festival littéraire à Biarritz, les 3 axes de l'association sont affichés.

    Juillet 2015 : 1ère modeste collaboration entre Cathie et La Belle Equipe lors du festival d'Avignon. La vente du texte d'Eric Rouquette à la sortie de la pièce Livret de Famille est à la hauteur de l'enthousiasme du public. Un succès de librairie !

    Eté puis automne 2015 : la promesse d'un grand festival littéraire à Biarritz tombe à l'eau par réorientation de la municipalité sur un projet similaire, mais pas celui porté par Les Petits Plaisirs, et ce malgré une programmation d'excellence populaire.

    Décision est prise de créer un festival pluridisciplinaire en gardant un volet littéraire.

    Février 2016 : 1ère édition de Merci la Vie! Les Petits Plaisirs accueille la 1ère date dans le Sud Ouest de "Réparer les vivants" de Maylis de Kérangal par Emmanuel Noblet qui recevra en 2017 le Molière du seul en scène.

    Avril 2016 : la collaboration plus appronfondie entre Cathie Simon-Loudette et La Belle Equipe. Cathie sera chargée de la promotion et de la diffusion de Livret de Famille qui revient une 2ème année à Avignon.

    Juillet 2016 : Festival d'Avignon...succès pour Livret de Famille...les envies et les idées d'envisager une suite se développent entre Eric Rouquette, Guillaume Destrem et Cathie Simon-Loudette. Eric donne à lire 2 pèces. Des Amis Fidèles est un véritable coup de coeur pour Cathie. Dès lors elle n'aura de cesse que de vouloir l'accompagner et de la coproduire.

    Septembre 2016 : 1ère lecture de la pièce avec l'équipe de comédiens qui ne changera quasiment pas : Raphaël Moussafir, Gwenaël Ravaux, Guillaume Destrem, Eric Verdin. Manuel Durand et Robin Azéma rejoindront quelques mois plus tard.

    Octobre 2016 : Lancement des Petits Plaisirs littéraires avec la Ville de Boucau, sous le haut parrainage de Benoit Virot, et de Marie Cosnay. Nous sommes très gâtés.

    Décembre 2016 : Benoit Virot donne à Cathie un "service de presse" de "Marx et la poupée" . Elle le dévore et décide de la recevoir à Boucau. On change notre programme de février.

    Janvier 2017 : parution de Marx et La poupée, 1er roman de Maryam Madjidi

    11 février 2017 : Petit plaisirs littéraire boucalais n°2. : accueil de Maryam. Moment magique. Le public nombreux est conquis

    3 mars 2017 : Accueil de La Belle Equipe avec Livret de famille dans le cadre de Merci la vie! #2 à Biarritz. Les spectateurs sont ravis. Les 2 représentations sont quasi complètes.

    3 mai 2017 : Maryam Madjidi reçoit le Goncourt du 1er roman. Joie ô joie. Et une petite fierté d'avoir pressenti que ce serait n succès..mérité.

    Juin 2017 : où l'on commence à parler avec Maryam de faire une lecture musicale construite : metteur en scène et création musicale

    Septembre 2017 : festival de Manosque. On assiste au travail de Raphaël France-Kullmann sur Marx et la Poupée avec des lecteurs amateurs : Bingo, on a trouvé notre metteur en scène. ...Et l'interprète en Langue des Signes est tellement expressive, que ....Et si pour le festival Merci la Vie! #3, on lui demandait de faire partie de la lecture, pour 2 représentations exceptionnelles, dans une volonté de rendre le festival encore plus accessible.? On a demandé..Et Aude a dit oui. Maryam a trouvé ça génial. Et Raphaël a dit "ah ouais, super idée".
    Sollicitation de Clotilde Lebrun pour qu'elle crée les musiques...Elle réfléchit..

    Octobre 2017 : Clotilde Lebrun, The Rocking Nurse, dit oui !!! Et nous on dit youpi.

    Novembre -décembre : premières propositions musicales de Clotilde...puissantes, émouvantes. Ca va le faire !

    Janvier 2018 : premières répétitions à Paris de Marx et La Poupée. 1er filage...sortez les mouchoirs. C'est beau.
    Et une certitude : la langue des signes n'est pas une option. La lecture musicale devient officiellement une "lecture musicale bilingue français- Langue des Signes". Et décision est prise de tenter de la faire tourner et de la montrer à Avignon.

    Février 2018 : Festival Merci la vie!#3. 2 représentations exceptionnelles de Marx et la Poupée. Exceptionnelle car Maryam Madjidi en est la lectrice et qu'elle nous annonce que voulant se consacrer à l'écriture de son prochain roman, elle suggère qu'une comédienne continue l'aventure.
    Un nom est assez vite trouvé : on propose à Elsa Rozenknop, présente également au festival, de reprendre le rôle; Et elle dit oui.

    On ira jouer 3 soirées exceptionnelles au Théâtre de L'Oulle à Avignon, genre sortie de résidence grandeur nature !!

    Juillet 2018 à 23h30 et des poussières...

  • Critique de Marx et la Poupée par Emmanuel Planes (Journaliste à Sud Ouest)

    « Marx et la poupée » : un livre magnifié En mai 2017, le livre de Maryam Madjidi, « Marx et la poupée », édité par une petite maison, Le Nouvel Attila, recevait le prix Goncourt du premier roman. Le jury avait été séduit par ce beau récit autobiographique où une jeune femme raconte son enfance en Iran avec des parents, militants communistes, luttant contre le régime de Khomeini, son départ avec sa mère pour la France, alors qu’elle a 6 ans, en vue de rejoindre le père, déjà en exil à Paris, son difficile apprentissage du français, langue qu’elle refuse d’abord de parler avant de l’adopter et de rejeter le persan, sa difficile quête d’une double identité, son retour provisoire dans son pays natal, dix-sept ans après l’avoir quitté… Ecrit dans une langue empreinte de poésie, de fraîcheur, parfois d’humour, le livre recèle quelques passages particulièrement émouvants comme l’évocation d’Abbâs, jeune homme qui fréquentait la maison parentale à Téhéran, refuge de réunions politiques clandestines, « étoile filante » qui finira fusillée en prison. Ou l’attente avec sa mère à l’aéroport d’un départ qui semble, un long moment, impossible. Ou encore les retrouvailles avec la grand-mère lors du retour en Iran. Quelques mois avant que son livre ne soit couronné, Myriam Madjidi avait été reçue au Boucau par l’association Les Petits Plaisirs. Des liens se sont noués. En septembre lors du Festival de la correspondance, à Manosque, est né le projet d’une lecture musicale autour du roman, produite par l’association, et qui pourrait clôturer, à Biarritz, la troisième édition du festival Merci la vie. Le public réuni samedi soir et dimanche après-midi au Colisée a pu constater que c’était une excellente idée. Sur la scène, s’appuyant sur un tabouret, toute de noir vêtue, longs cheveux bouclés, yeux perçants, Maryam Madjidi lit elle-même des extraits de son roman, préalablement choisis par le metteur en scène du spectacle, Raphaël France-Kullmann et par elle-même. Les écrivains ne sont pas toujours les meilleurs interprètes de leurs propres ouvrages. Mais cette fois, si. Sa diction est impeccable, servie par une dizaine d’années de théâtre amateur. Mais surtout, ces extraits de son livre, elle les vit, elle les habite. C’est son histoire. A la droite de Maryam Madjidi, se tient la musicienne Clotilde Lebrun. Pour accompagner le récit, parfois le ponctuer en solo, elle joue à la guitare des morceaux composés par elle et qui s’adaptent parfaitement au climat de chaque extrait : dur, angoissant, ou tendre. Un seul est inspiré par la musique orientale. Et l’on entend également une adaptation de la célébrissime chanson de Brel, « Ne me quitte pas », qui lui a donné, paraît-il, beaucoup de mal ! Planants ou rythmés, cherchant toujours l’émotion, ces musiques n’entravent jamais l’écoute du récit. Et à gauche de l’auteur, c’est la grande originalité de ce spectacle, Aude Jarry, autre jeune femme qui, elle, est interprète en langue des signes. Elle participait pour la première fois à une adaptation littéraire. Une première expérience réussie. Aude Jarry ne se contente pas d’interpréter ce langage destiné aux sourds et malentendants, elle le théâtralise et, par ses gestes, les expressions de son visage, elle incarne les mots de Maryam Madjidi. Incontestablement, cette triple vision féminine magnifie le livre. Et l’on peut espérer que, peut-être avec d’autres actrices, une telle lecture musicale poursuivra son aventure au-delà de Biarritz. Pourquoi pas en Avignon ? Elle y aurait tout à fait sa place. Emmanuel Planes Depuis le ventre de sa mère, Maryam vit de front les premières heures de la révolution iranienne. Six ans plus tard, elle rejoint avec sa mère son père en exil à Paris. À travers les souvenirs de ses premières années, elle raconte l’abandon du pays, l’éloignement de sa famille, l’effacement progressif du persan au profit du français... Maryam Madjidi, raconte avec humour et tendresse les racines comme fardeau, rempart, moyen de socialisation. Goncourt du Premier Roman et Prix Ouest France Etonnants voyageurs en 2017, ce roman est porté à la scène dans une lecture musicale bilingue français-LSF. Dans ce dialogue original entre des langues devenues complémentaires, les 3 interprètes donnent à entendre et à voir les mots de Maryam, les blessures de l'Iran, les sonorités de l'exil, de l'humanité retrouvée. La presse en parle : "l’émotion du spectateur est immense" Marx et La Poupée est la 1ère production des Petits Plaisirs. Membre des Sentinelles, pour un festival équitable. Depuis le ventre de sa mère, Maryam vit de front les premières heures de la révolution iranienne. Six ans plus tard, elle rejoint avec sa mère son père en exil à Paris. À travers les souvenirs de ses premières années, elle raconte l’abandon du pays, l’éloignement de sa famille, l’effacement progressif du persan au profit du français avant de le retrouver pleinement. Maryam Madjidi raconte avec humour et tendresse les racines comme fardeau, rempart, moyen de socialisation, et même arme de séduction massive. Ce roman, Goncourt du Premier Roman et Prix Ouest France Etonnants voyageurs en 2017, est porté à la scène dans une lecture musicale bilingue français-LSF. Dans ce dialogue original entre des langues devenues complémentaires, les 3 interprètes donnent à entendre et à voir les mots de Maryam, les blessures de l'Iran, les sonorités de l'exil, de l'humanité retrouvée. La presse en parle : "l’émotion du spectateur est immense" - Mediabask "Incontestablement, cette triple vision féminine magnifie le livre.(...) Planants ou rythmés, cherchant toujours l’émotion, les musiques de Clotilde Lebrun n’entravent jamais l’écoute du récit.(...) (...) Aude Jarry ne se contente pas d’interpréter ce langage destiné aux sourds et malentendants, elle le théâtralise (...) Et l’on peut espérer que, une telle lecture musicale poursuivra son aventure au-delà de Biarritz. Pourquoi pas en Avignon ? Elle y aurait tout à fait sa place." - Emmanuel Planes

Contreparties

Merci !

pour 5,00 € et +

1
ARTINAUTE

99980
DISPONIBLES

Un grand et chaleureux Merci pour votre soutien.
On le clamera haut et fort en écrivant votre nom sur le site internet des Petits Plaisirs et aussi sur les résaux sociaux. Sauf si vous ne voulez pas.

Pour les particuliers au titre de l'impôtsur le revenu :Un don de 5€, après réduction fiscale vous coûtera 1,7€
Pour les entreprises au titre de l'impôtsur les sociétés:Un don de 5€, après réduction fiscale vous coûtera 2€

Dites le avec un badge

pour 10,00 € et +

1
ARTINAUTE

99
DISPONIBLES

1. Un grand et chaleureux Merci pour votre soutien.
On le clamera haut et fort en écrivant votre nom sur le site internet des Petits Plaisirs et aussi sur les résaux sociaux. Sauf si vous ne voulez pas.

2. Unbadge Merci la vie !

Pour les particuliers au titre de l'impôtsur le revenu :Un don de 10€, après réduction fiscale vous coûtera 3,4€
Pour les entreprises au titre de l'impôtsur les sociétés:Un don de 10€, après réduction fiscale vous coûtera 4€

LE tote bag de l'été

pour 20,00 € et +

0
ARTINAUTES

50
DISPONIBLES

Les contreparties précédentes + LE Tote bag de l'été que tout le monde va s'arracher !

Pour les particuliers au titre de l'impôtsur le revenu :Un don de 5€, après réduction fiscale vous coûtera 6,8€
Pour les entreprises au titre de l'impôtsur les sociétés:Un don de 5€, après réduction fiscale vous coûtera 8€


LA PLACE SUSPENDUE

pour 40,00 € et +

0
ARTINAUTES

50
DISPONIBLES

Un grand merci et votre nom sur le site.

La place suspendue sera donnée à une personne confrontée à un empêchement d'ordre financier pour venir voir le spectacle. Soit il sera distribuée via une association intermédiaire, soit ellesera mise à disposition au guichet à chaque représentation que nous donnerons de Marx et la Poupée.
Nous aimerions mettre 2 places par jour en place suspendue.

Tote bag garni

pour 60,00 € et +

0
ARTINAUTES

30
DISPONIBLES

Bien évidement les contreparties précédentes auxquelles nous ajoutons :

Un exemplaire format poche de Marx et la Poupée

Et aussi une affiche du spectacle
Pour les particuliers au titre de l'impôtsur le revenu :Un don de 60€, après réduction fiscale vous coûtera 20,40€
Pour les entreprises au titre de l'impôtsur les sociétés:Un don de 60€, après réduction fiscale vous coûtera 24€

Place VIP à Avignon ou en tournée

pour 100,00 € et +

0 ARTINAUTES

Toutes les contreparties précédentes évidemment mais aussi :

Une place pour le spectacle soit à Avignon, soit en tournée.

Nous vous réserverons le meilleur accueil, place réservée spécialemnet pour vous, pas de file d'attente et moment privilégié avec l'équipe après le spectacle.

Pour les particuliers au titre de l'impôts sur le revenu :Un don de 100€, après réduction fiscale vous coûtera 34€
Pour les entreprises au titre de l'impôts sur les sociétés:Un don de 100€, après réduction fiscale vous coûtera 40€

Spécial Entreprises : Nous chez vous !

pour 3 000,00 € et +

0
ARTINAUTES

5
DISPONIBLES

Bien sûr que votre nom sera mis en grand sur le site internet et tous les réseaux sociaux. Mais aussi sur tous les documents de communication du spectacle. Car par ce don, vous lui permettez de vivre le festival d'Avignon tellement plus sereinement. Et en plus nous serons tellement heureuse de venir jouer chez vous, dans la forme que vous souhaiterez et qui sera la plus adaptée à votre entreprise et vos collaborateurs.

Pour les particuliers au titre de l'impôts sur le revenu :Un don de 3000€, après réduction fiscale vous coûtera 1020€
Pour les entreprises au titre de l'impôts sur les sociétés:Un don de 3000€, après réduction fiscale vous coûtera 1200€