CE QU'IL Y A ENTRE TES MAINS

Thomas Mateus / JACK
AUDIOVISUEL - CINÉMA
PRODUCTION
CRÉATION ÉMERGENTE,
SANTÉ & HANDICAP

Présentation du projet

Mon projet est celui d'un jeune homme qui essaie de donner du sens aux choix qu'il a fait tout en épousant le passage à la vie adulte, et cela en se réconciliant avec ses "démons" et avec l'enfant qui réside en lui. 

CE QU'IL Y A ENTRE TES MAINS - Le film :

Le film raconte l'histoire de Tom, un jeune homme de 24 ans qui rêve de vivre de l'écriture, mais qui, comme beaucoup de jeunes comme lui, fait un travail qu'il subit. Même s'il rêve de quitter son travail afin de se concentrer sur ses projets, Tom refuse d'abandonner son job, car ce serait un aveu de faiblesse. Il tente alors de garder sa vie sur les rails en cumulant son travail dans un restaurant, ses projets d'écriture et sa vie sentimentale qui devient un projet de vie sérieux. C'est suite au décès de son père que Tom se renferme sur lui-même, convaincu qu'il n'a nul besoin de faire son deuil alors qu'il ne fait que fuir son inquiétude existentielle de devenir comme son père : un homme instable et lâche. Il se réfugie dans son travail, perdant peu à peu sa capacité à écrire et s'éloigne de ceux qui l'aiment, perdant le contact avec sa mère et Mathilde, sa copine, qui tentent toutes deux de lui faire tourner la page. 

En sombrant dans son intériorité, il rêve d'une scène qu'il a vécue et se revoit enfant avec son grand-père lors de ses vacances, un moment doux et hors du temps, qui rappellent à Tom le lien qu'il avait avec ce dernier et ses ambitions d'enfant : être fort comme son grand-père pour rendre fière sa mère… Ce rêve, ce souvenir d'une époque, brusque Tom et le font se renfermer encore plus sur lui-même. C'est lorsqu'il travaille en plonge et se coupe violemment la main, qu'il se met dans tous ses états et cède à des crises d'angoisse, car cette blessure le rapproche d'autant plus de son père qui a perdu son bras suite à une infection. À partir de là, les rêves de Tom sont devenus des cauchemars où son père apparaît, tel le destin qui viendrait à sa rencontre pour l'emmener avec lui.

Le jeune homme est en proie à une peur sans précédent, perdu au milieu de ses choix de vie et de ses inquiétudes, alors qu'il tente de fuir, il réalise ce qu'il a entre ses mains : son destin.

Qui suis-je ? Pourquoi faire ce film ?

Pour comprendre au mieux ce film et sa genèse, il faut associer ces deux questions. 

Je suis issu d'une famille monoparentale suite au divorce de mes parents, j'ai alors grandi avec ma mère et mes deux sœurs. C'est pendant mes années d'école primaire que je me suis réfugié dans le dessin et la télévision, qui étaient pour moi des exutoires pour fuir la réalité. Je découvre le cinéma grâce à mes deux sœurs qui me gardaient souvent tandis que ma mère enchaînait les journées de travail interminables, j'ai alors pu voir des œuvres que je n'aurai jamais dû voir à un jeune âge, mais elles m'ont permis de grandir d'autant plus rapidement et elles m'ont surtout permis d'envisager la portée que pouvaient avoir les histoires sur les Hommes. Naturellement, j'ai ainsi chéri le rêve de faire du dessin ou d'écrire, je voulais créer, imaginer, raconter, mais tout cela semblait peu réaliste au vu de mon contexte familial. 

Toute ma scolarité a été symbole d'empêchement, symbole clair qu'il m'était impossible de vivre de mes rêves, car je devais aider ma mère au plus vite. L'enfance et l'adolescence ont été pour moi une source de frustration et de résignation face à la réalité. 

Malgré ces inconvénients, j'ai eu la chance d'aller en vacances dans une petite maison de famille dans le sud du Portugal, où mes grands-parents ont grandi. Ces vacances étaient toujours l'occasion pour moi de vivre légèrement, loin de tout, d'observer mon grand-père bricoler en attendant pendant des heures qu'il me demande un service. C'était aussi l'occasion pour moi de passer du temps avec mes cousins, et de voir ma famille heureuse. Ces moments d'insouciance et de joie ont marqué ma vie et je puise une grande partie de mon inspiration dedans, car je suis convaincu que le meilleur de moi y réside.  

Après avoir passé mon bac, je décide de rentrer à l'université, mais je fais la rencontre d'un ami comédien qui m'inspire et me donne la force et l'inspiration de prendre la décision de dédier ma carrière à la création. Je rentre alors en école de cinéma, non sans doute, et me passionne pour le scénario, malgré les doutes de ma famille, pour qui la réalité a longtemps exigé un pragmatisme dur.

Ce film représente tout ce que j'ai vécu jusqu'alors, il me ressemble profondément, mais il ressemble également à tant de gens que j'ai rencontré sur mon chemin, car les problématiques de ma vie ne sont pas si uniques. 

Ces personnages, je les connais, je les ai rencontrés et je les aime tous. Ces endroits, ces blessures, ces inquiétudes me sont toutes familières et elles sont les choses qui me constituent. Ce film est l'occasion pour moi de parler, de raconter, d'exulter la façon dont je vois la vie, dont je perçois sa poésie, à travers les crises et les transitions qui semblent insurmontables. 

Dans ce film, je veux parler d'amour, non pas seulement celui des autres, mais de celui qu'on se porte à soi-même, car il est tout. Je veux parler de la confiance des autres, qui est une aide immesurable. Et je veux parler de ce qui nous définit, ou pas, bon comme mauvais, parce que toute chose qui nous arrive est une opportunité de plus pour nous définir et saisir ce que la vie que l'on a entre nos mains. 

 

Où en est le projet? Quelle durée fera t'-il? Où sera t'-il diffusé? Pourquoi organiser une cagnotte? 

Au 10 mars 2023, le projet est relativement avancé, nous disposons :  

- D'une Version 3 de scénario (proche de la définitive).

- D'une première version de découpage technique. 

- D'une petite (mais non négligeable) partie du budget, du soutien d'un producteur en freelance. 

- Toute l'équipe technique (cf. onglet équipe), à l'exception du régisseur général et de l'ingénieur du son.

- De la majeure partie des lieux (repérages à Falaise, 14700 le week end du 18/03)

Les premiers castings auront lieu dans la semaine du 13/03, une annonce sur "cineaste.org" est en cours de validation. Des essais caméra et un pré-light dans le lieu principal de tournage auront lieu dès la semaine du 1er Avril. Le film est actuellement pré-minuté à 16 minutes par notre scripte et a été pensé aussi bien dans son format, que dans son approche filmique pour concourir dans différents festivals. 

Si j'organise une cagnotte pour ce projet, c'est pour toutes les raisons évoquées plus haut, mais surtout pour l'équipe qui me soutient, qui travaille d'arrache-pied et qui croit en ce projet et dans son parcours. Mais également, car j'ai confiance en ce projet et dans les compétences de chacun : nous sommes tous qualifiés par des diplômes et avons étudié le cinéma avec passion et détermination, dans le but d'en faire notre métier. Nous en sommes tous au même stade de notre vie dû à nos âges et nos choix  : nous sommes au milieu d'un boulevard ou seul notre détermination et notre honnêteté peuvent nous guider. 

Nous ne manquons de peu de choses, si ce n'est d'un coup de pouce financier pour rémunérer les comédiens qui mettront en vie ce scénario, pour financer nos déplacements, le matériel et la vie de l'équipe durant les jours de tournage. 

Nous mettons toutes nos connaissances en commun dans un seul but : créer un film puissant et honnête avec des moyens décents pour y arriver, chaque estimation est vue avec réalisme et le sérieux le plus total. 

 

Note du producteur

 

Chez Jack production, nous pensons que plus un film est honnête, plus il vaudra la peine d’être montré. Les goûts et les couleurs sont trop subjectives pour garantir qu’un film plaira, mais, plus l’auteur sera honnête avec son spectateur, plus le spectateur sera à même d’être touché par la démarche.

Le projet de Thomas Mateus remonte à de nombreuses discussions, liées à plusieurs désillusions. Des courts-métrages ratés, d’autres jamais aboutis, des scénarios jamais réalisés et ainsi de suite.

C’est dans ces moments-là que le doute nous envahit. Suis-je fait pour faire des films ? Suis-je légitime à faire un film ? et sinon, comment m’exprimer ?

Perdu dans un océan de doute, le choix a alors été de faire table rase de toutes ces inquiétudes et de, quitte à faire un film, le faire de manière le plus honnête possible. Une honnêteté qui fait mal, qui dérange, qui nous rend fragile et qui nous montre comme jamais l’on ne sait autoriser à se laisser paraître.

Car voilà la seule manière de ne pas se tromper lorsqu’on veut faire un film : être maître de son sujet.

"Ce qu’il y a entre tes mains" parle forcément de son auteur et de ses doutes, le récit en est, à peu de chose près, autobiographique. Mais pour autant, Thomas sait très bien qu’une bête retranscription de sa vie n’aurait aucune valeur sans structure.

Le scénario s’ouvre avec une citation de Khalil Gibran issu de « Le prophète ». Cette citation commence par : « On dit qu’avant d’entrer dans la mer, une rivière tremble de peur » pour se finir par :  « ...qu’il ne s’agit pas de disparaître dans l’océan, mais de devenir océan. »

Cette citation résume et illustre parfaitement l’enjeu actuel du personnage. Perdu entre deux âges (24 ans), Tom n’est ni tout à fait jeune, ni tout à fait vieux. Pourtant, il sait qu’il est assez âgé pour que ses choix actuels aient un impact sur le reste de sa vie. Le film est traversé par l’idée de « ne plus pouvoir se permettre ».

C’est quelque chose qui nous touche particulièrement car, dans le domaine artistique, la question d’un avenir incertain est omniprésente. Nous-même, producteurs du film, ne savons pas de quoi demain est fait et si l’avenir nous sera favorable. Pour autant, tout comme la rivière, nous ne pouvons revenir en arrière, il faut se jeter dans le grand bain.

Nous aussi tremblons de peur et réfléchissons à nos choix passés, et si ce n’était pas la bonne voie, le mauvais choix de carrière ?

Ainsi, quoi de mieux pour illustrer et exorciser ces doutes que le personnage de Tom qui, en questionnant son passé, va réussir à se tourner vers le futur, trouver sa voie et faire la paix avec lui-même.

L’élément le plus important est que c’est un récit qui parle d’avenir. Sujet plus que central pour nous comme pour l’auteur.

Ainsi, quitte à produire un film, autant produire un film qui nous touche, nous ressemble et auquel on sera fier de s’identifier.

 

Nous ne manqueront pas de tenir le blog actif, de prendre des photos durant les essais caméra et lumière et durant le tournage, afin de vous tenir informés et de faire de vous des acteurs du films. 

Je vous remercie de tout cœur d'avoir lu, que vous ayez fait un don ou non.

 

Thomas Mateus et toute l'équipe du film "CE QU'IL Y A ENTRE TES MAINS"

 

 

 

 

 

 

A quoi sert l'argent collecté

L'argent collecté grâce à proarti et à la participation de chacun servira exclusivement aux besoins de la production et du tournage du film, qui se déroulera sur cinq journées, à savoir : 

- Le défraiement des techniciens que j'ai pu rencontrer au cours de mes expériences et qui ne réclament pas de paiement.

- La rémunération des techniciens qui en demandent légitimement un (l'ingénieur du son notamment).

- Financer les différents déplacements : bien que le film ait été pensé pour générer le minimum de frais liés aux déplacements et aux lieux, un déplacement sur une falaise pour les séquences 10 et 32 sont absolument nécessaires, car ce lieu représente la quintessence du film et de son sujet et dispose également d'une haute valeur symbolique et affective pour moi. Le déplacement se fera de Paris à Falaise (14700) à trois voitures maximum (deux si nous disposons d'un véhicule utilitaire).

- Financer la location de matériel supplémentaire de celui dont on dispose d'ores et déjà. L'équipe et moi-même disposons d'une Caméra (Black Magic 4K), de trois optiques, et de léger matériel lumière. Cependant, il sera important pour nous de pouvoir travailler sur la lumière en la découpant et en la diffusant. De plus, quelques objets de machinerie peuvent être loués (travellings, trépieds...) Du matériel tel que des retours vidéos, follow focus sont pareillement prévus. La limite de tarif que je me suis fixé par jour de tournage est 200 €, car nous l'éventualité de se faire prêter du matériel par des tiers existe, même si cette éventualité n'est en rien certaine, elle reste une priorité absolue.

- La régie est la plus grosse dépense à prévoir : Le catering (nourriture), déplacements automobile pour besoins de d'urgence (frais liés à l'essence)... Plus nous sommes nombreux sur le tournage, plus nous devons nourrir de personnes (naturellement). Le 1er assistant réalisateur travaille d'arrache-pied pour s'efforcer de d'optimiser cet aspect tout en garantissant à chacun le meilleur traitement, dans le respect.

- Les frais de décoration sont envisageables : peinture, matériel de bricolage si besoin. (NB : ces frais seront évidemment optimisés grâce à l'entraide et au partage, quand bien même, ils ne représentent pas une dépense conséquente).

En ce qui concerne les Décors, le Montage Vidéo ainsi que le Montage Son

- Les décors sont pensés pour ne pas nécessiter de paiement : à ce jour, tous les décors sont validés et estimés à un cout estimatif de 0 € pour leur location. À l'exception de la falaise qui nécessitera un déplacement, nous avons la certitude d'héberger gratuitement toute l'équipe en Normandie pour offrir à tout le; monde des heures et des conditions de travail respectueuses et agréables.

- De la même manière : Le Montage Vidéo se fera gratuitement dans des locaux professionnels, et le montage du film sera fait par une monteuse vidéo professionnelle dont je suis proche et qui m'aide gracieusement son aide.

- Le montage son sera fait par un ingénieur du son diplômé, dont je suis également proche, le montage et le mixage se fera dans ses locaux dont il nous fait gracieusement le prêt également.

- Le poste Habillage - Maquillage - Costumes est aussi capital : il représente un aspect important du film et quelques achats doivent être réalisés : maquillage FX, costumes (si besoin)... Une cheffe de Poste sera également rémunérée à hauteur de 300€

 

Toutes les dépenses sont comptées, pensées, et envisagées pour être les plus basses possibles, afin de favoriser l'échange et la générosité. L'aspect écologique est aussi un aspect fondamental pour toute l'équipe et cet aspect existe dans la genèse du projet. L'impact carbone sera alors prévu, mesuré et limité

 

 


Objectif de collecte

4 590,00 €

Montant Global

4 590,00 €

Dépenses

Désignation Montant

INGENIEUR DU SON

PRISE SON 750,00 €
SOUS TOTAL 750,00 €

PRÉ-PRODUCTION

DEPLACEMENT À FALAISE - REPÉRAGES (équipe réduite) 100,00 €
SOUS TOTAL 100,00 €

DECORATION

ACHAT DE PEINTURE / PAPIER PEINT 200,00 €
SOUS TOTAL 200,00 €

Remunération des comédiens

Rôle secondaire - 2j de tournage 200,00 €
Rôle secondaire - 2j de tournage 200,00 €
Sihouette 100,00 €
Role secondaire - 1j de tournage 100,00 €
Rôle principal - 5J de tournage 500,00 €
SOUS TOTAL 1 100,00 €

LOCATION DE MATERIEL VIDEO + MACHINNERIE

OPTIQUES, DIFFUSEURS, DRAPEAUX, PIEDS, TRAVELLINGS, RETOURS VIDEOS, LUMIÈRE 1 000,00 €
SOUS TOTAL 1 000,00 €

HABILLAGE MAQUILLAGE COSTUMES

ACHAT DE COSTUMES 100,00 €
ACHAT DE MAQUILLAGE FX 200,00 €
RÉMUNÉRATION DU POSTE H.M.C 300,00 €
SOUS TOTAL 600,00 €

DÉPLACEMENTS

DEPLACEMENT AU LIEU D'ACCEUIL (Normandie) 200,00 €
DEPLACEMENT À FALAISE (3 voitures) 300,00 €
SOUS TOTAL 500,00 €

Proarti

Commission Proarti 340,00 €
SOUS TOTAL 340,00 €

TOTAL

TOTAL 4 590,00 €

Recettes

Désignation Montant

Proarti

Financement participatif proarti 4 590,00 €

TOTAL

TOTAL 4 590,00 €

Pour la création de ce film, les films suivant m'ont inspirés 

Minari  (Film, Lee Isaac Chung - 2020)

- Moonlight (Film, Barry Jenkins - 2017)

- Rosetta (Film, Luc & Jean Pierre Dardenne - 1998)

Nomadland (Film, Chloé Zhao - 2020)

- Territory (Clip vidéo, The Blaze - 2017)

Suivez l'actualité du projet !

  • Repérages n°1

    Dans le scénario figure une séquence qui se déroule au bord d'une falaise, le protagoniste ( qui est alors enfant à ce moment-là ) est confronté à sa peur du vide, peur qui fait naturellement écho avec l'inquiétude de cette même personne à l'âge adulte. Cette séquence occupe une place capitale dans mon récit, car elle porte un lourd poids symbolique et dramatique : elle est la projection des doutes du protagoniste et de ses souvenirs d'enfance qui l'empêche de devenir adulte. Mais cette séquence s'inspiré également beaucoup de souvenirs personnels. Ayant passé toutes mes vacances d'été au Portugal dans un village en bord de mer, cette séquence m'est familière non seulement dans la situation et les thèmes, mais surtout visuellement, spatialement. J'ai écrit cette séquence en me basant sur la falaise que je connais depuis que je suis enfant, celle sur laquelle mon grand-père s'en aller regarder l'horizon.

    Trouver le lieu idéal était un challenge de taille : entre l'espace nécessaire pour tourner, la beauté du lieu, et la distance du lieu, les problématiques étaient nombreuses, mais nous avons trouvé le lieu parfait. Pour le contexte, la falaise que je connais depuis petit est surplombé d'un phare qui a toujours été objet de fascination et symbole de paix pour moi, car il est la seule chose qui fait "exister" ce petit village dans lequel ma famille habite, ce phare a toujours été un symbole fort : le phare de ma vie, parce que je pense à là-bas dès que je suis fatigué et que j'ai besoin de me ressourcer. Comme un signe du destin, nous arrivons sur une côte trouvée par hasard après avoir été peu emballée par les deux premiers lieux de repérages, et cette côte était habitée par un phare.

    Et alors que je pensais déjà aux changements possibles du scénario, nous sommes arrivés sur ce lieu idéal, idyllique presque. L'équipe et moi avons été pris d'une grande émotion en découvrant le lieu à la fin d'une longue journée de route et de déceptions, c'était quasiment trop beau, nous étions tous prêts à une déception : une barrière qui nous empêche de traverser, un espace posant un problème, les conditions météo… Mais tout était parfait.

     

    Voici des photos prises de la fameuse falaise cet été :

    (Cabo Sardao, Cavaleiro, Ordemira, Portugal)

     lci, on peut apercevoir à quel point le phare surplombe les champs environnants, sa présence est immanquable.

     

    En comparaison, quelques images des lieux repérés pour le tournage du film ainsi que quelques tests de plans  : 

    Phare d'Antifer, Normandie :

     

    Quelques essais de plans :

     

     

    Nous enchainerons très rapidement sur les prélight et les répétitions pour les séquences en intérieur ! 

    Merci pour votre soutien !

    À très vite :)

     

  • Lancement de la cagnotte

    Après de nombreuses réunions avec l'équipe, l'élaboration d'un découpage technique et d'une troisième version de scénario, nous sommes heureux de lancer la cagnotte et de vous faire participer à ce projet !

Contreparties

Nom au Générique

pour 10,00 € et +

0 ARTINAUTES

Afin de remercier chacun, le nom de chaque donateur sera systématiquement au générique.

Grâce à la défiscalisation des dons, un don de 10€ vous revient à 3,4€ !

Remerciements spéciaux

pour 20,00 € et +

0 ARTINAUTES

Des remerciements spéciaux à la fin des crédits seront faits avec considération et amour !

Grâce à la défiscalisation des dons, un don de 20€ vous revient à 6,8€ !

Photos de plateau

pour 30,00 € et +

0 ARTINAUTES

Tout au long du tournage, des photos seront réalisées par Hugo Morin, photographe de plateau et de mode.

Des tirages photos en qualité optimale et la numérisation sont possibles.

Grâce à la défiscalisation des dons, un don de 30€ vous revient à 10,2€ !

Photo de toute l'équipe technique signée.

pour 40,00 € et +

0 ARTINAUTES

Grâce à la défiscalisation des dons, un don de 30€ vous revient à 10,2€ !

Scénario dactylographié et signé

pour 50,00 € et +

0 ARTINAUTES

Scénario dactylographié et écrit à la machine à écrire par le scénariste et réalisateur.

Grâce à la défiscalisation des dons, un don de 100€ vous revient à 34€ !

Invitation en projection

pour 100,00 € et +

0 ARTINAUTES

Sur votre demande, vous serez invités avec la personne de votre choix à la projection du film lors de ses projections en festival !

Grâce à la défiscalisation des dons, un don de 100€ vous revient à 34€ !

Participation au Podcast "Jackast"

pour 115,00 € et +

0 ARTINAUTES

Appartenant à un petit collectif de créateurs nommé "JACK", nous enregistrons régulièrement des podcasts qui traitent de cinéma et d'actualité en toute légèreté et autodérision. Nous invitons avec plaisir dans notre podcast et à notre table chaleureuse quiconque en fait la demande !

(Le podcast est diffusé sur les plateformes de streaming)

Grâce à la défiscalisation des dons, un don de 100€ vous revient à 34€ !

Storyboard de la séquence au choix

pour 200,00 € et +

0 ARTINAUTES

Page de storyboard d'une séquence au choix signée par le réalisateur et le Storyboarder.

Impression couleur en qualité optimale.

Numérisation possible.

Grâce à la défiscalisation des dons, un don de 200€ vous revient à 68€ !

Script Doctoring - Accompagnement sur scénario

pour 250,00 € et +

0 ARTINAUTES

Afin de favoriser l'échange, le partage et la générosité, je propose mon expérience (académique, mais pas que) si nécessaire !

Il me tient à cœur de proposer un service rendu par moi-même, et je le ferai avec grand plaisir autour d'un café ou sur zoom ! :)

Grâce à la défiscalisation des dons, un don de 200€ vous revient à 68€ !

Documentaire inédit - behind the scenes

pour 300,00 € et +

0 ARTINAUTES

Un documentaire filmé par moi-même et Hugo Morin, qui nous suivra tout le long de la préparation et du tournage à partir du 18/03.

Grâce à la défiscalisation des dons, un don de 300€ vous revient à 102€ !