Simon Angles - web.jpeg
Simon Anglès
Metteur en scène / Comédien

En 2010, après le bac, je décide de faire du théâtre. J’ai tout à apprendre. C’est excitant. Je me retrouve à la faculté Paul Valery et au conservatoire de Montpellier. En parallèle je travaille à l’Outil théâtre où j’assiste les cours et tri les pièces comptables. J’ai 18 ans, je suis révolté et j’ai envie de changer le monde. Je veux créer des spectacles. Je m’intéresse à Augusto Boal, je fais du théâtre invisible et un cabaret révolutionnaire sur la domination masculine. Je n’arrive pas à changer le monde.

Mes études finies, j’ai 20 ans, je pars. En Inde d’abord, parce que je n’en ai aucune idée. Je rejoins une troupe de théâtre locale en Orissa, je joue un petit renard qui se bat contre la corruption. On doit parfois sortir du bus la nuit pour déplacer des tas de cailloux qui nous barre la route. J’apprend à déplacer les cailloux. De retour en France, je suis animateur dans une école primaire et je passe des concours. J’aimerais bien que le théâtre ne soit pas élitiste. Avec Sonia Franco et Fabien Gautier on joue sur les scènes étudiantes : des textes de Gherasim Luca au festival Lehrstück, un cabaret sur les nouvelles technologies à la maison des étudiants. On apprend, on voudrait se professionnaliser, en 2015 on crée le Collectif l’Approche.

La même année je suis reçu à l’ENSAD de Montpellier et mets la tête dans le guidon pendant trois ans.

Je rencontre à rythme soutenu une multitude de gens intéressants. J’encaisse.

Autant de théâtres, que de façon de travailler. Du bien classique avec Stuart Seide au très contemporain avec Gildas Milin. Pour décompresser, le week end, quand je peux, je vais grimper.

Je commence à grimper dans les théâtres, avec Pierre Meunier et Marguerite Bordat. J’explore la verticalité sur le plateau. C’est passionnant.

En 2018, j’ai 26 ans, j’ai furieusement envie de continuer à créer des spectacles. Avec le collectif l’Approche, Etienne Rey et Antoine Brunet-Lecomte, nous développons deux projets de création sur le vide : « Le Trou » en novembre 2019 au théâtre du Hangar et « Faces Nord », une série de performance urbaine sur des façades d’immeuble.