image1(2).JPG
Eric Hénon
Metteur en scène

Sa vie se joue sur les planches depuis une vingtaine d’années :

d’abord sur le plateau comme interprète (La liberté ou la mort sous

la direction de Robert Hossein) puis en amont du plateau avec la

mise en scène, auprès de Daniel Mesguisch (assistant à la mise en

scène sur Titus Andronnicus, Théâtre de l’Athénée) et Jean-Luc

Moreau. Sa première mise en scène, Crimes du coeur de Beth

Henley remporte un vif succès au Théâtre du Palais Royal.

Son univers se déploie dans de nombreux genres, dont la comédie

(Le carton de Clément Michel au Théâtre du Lucernaire puis au

Théâtre des Variétés, prix Contre Point 2002, Déviation obligatoire

avec Chevallier et Laspalès), le drame contemporain (Dégâts d’ego

d’Erwan Larrère au Bouffon Théâtre), les « classiques » (Mariage :

mode d’emploi d’après Anton Tchekhov), l’adaptation d’oeuvres

littéraires (Correspondance passionnée adapté de la

correspondance entre Anaïs Ninn et Henri Miller au Théâtre du

Palais Royal avec Geneviève Casile et Jean-Michel Dupuis), la

musique contemporaine (Duende, spectacle flamenco sur des textes

de F. G. Lorca, direction artistique du groupe Gordon Sanchez),

l’opéra (Didon et Enée de Purcell au Théâtre de Neuilly).

Par son regard sur le monde et sa sensibilité, ses mises en scène

touchent et questionnent sur des sujets de société forts tels que

l’immigration et la guerre dans Le Cahier de Catalina Gimenez, ou la

solitude inhérente à nos sociétés actuelles dans La vie

extraordinaire de Sacha F. de Samuel Charle, ou encore la raison

d’être de l’art et la place nécessaire de la culture dans Je hais les

catalogues d’art contemporain de Stéphane Bierry au Théâtre

Girasole au Festival d’Avignon 2018.