JP Thorn 1.jpg
Jean-Pierre Thorn
Réalisateur et co-auteur

En Mai 68 le cinéaste Jean-Pierre Thorn s’est engagé artistiquement et personnellement dans la lutte ouvrière et syndicale avec son premier long métrage Oser lutter, Oser vaincre au cœur de l’usine Renault Flins occupée. Etabli ensuite 8 ans comme ouvrier O.S. dans la métallurgie parisienne, il revient en 1979 avec un film rare, témoignage de son expérience ouvrière, Le Dos au mur.

En 1990 Jean-Pierre Thorn signe son premier long métrage de fiction Je t’ai dans la peau à partir du journal intime d’une dirigeante syndicale féministe lyonnaise qui s’est donnée la mort suite à l’exclusion de ses responsabilités (sélection à Berlin, Cannes et Montréal et sortie salles début des années 90).

Puis Jean-Pierre Thorn découvre la révolte des enfants de ses compagnons d’usine, engagés dans la culture hip-hop. Il embrasse leur cause pour crier avec eux " J’existe ! " à la face d’une société qui les relègue dans des ghettos : Génération hip hop ou le mouv’ des zup, Faire kiffer les anges (Prix Mitrani FIPA 97), On n’est pas des marques de vélo (« Nuovi Territori » 60° Mostra de venise), Allez yallah! et 93 la belle rebelle poursuivent ses combats.

Il n’a jamais cessé à travers son cinéma de vouloir rendre la parole aux exclus de nos périphéries que l’on n’entend plus d’ordinaire, qu’à travers le prisme déformé des médias, quand la France brûle aux JT de 20h.