contrejour mini.jpg
Catherine MAUBLANC
Artiste transdisciplinaire

– – – – Le trait, ce petit point droit qui souvent s’égare, s’autorise à rêver ou à prendre des chemins de traverse est le symbole qui convient le mieux à l’artiste car se perdre est parfois salutaire et ouvre le champ des possibles. La ligne rouge pour la vie, la femme, le sang qui circule dans nos veines et parfois s’en libère est aussi un point de couture pour unir, se rencontrer, partager avec l’autre comme sur l’installation participative RACCOMODAGES 2.0.

Créer a toujours été une nécessitée, une option non choisie. Ce qui prend forme c’est du soi mêlé d’expérience, des gens que l’on rencontre, de ce qui se donne à voir où à rêver. Sur la démarche créative l’artiste écris sobrement : « les idées tombent du ciel, je me contente de les accueillir et leur donner un peu de mon souffle ».

Autodidacte, mais très encouragée pendant ses années d’étudiante, Catherine Maublanc n’a suivi aucune formation académique dans sa Bourgogne natale. C’est à Paris qu’elle s’initie à la gravure et accepte que son travail soit présenté au public suite à une claque verbale d’un grand maître buriniste « ce que tu ne montres pas, n’existe pas ! ».

Tout doucement l’artiste déploie ses ailes en créant, exposant et partageant les savoirs acquis au fil du temps grace à la générosité des professeurs, artistes et artisans rencontrés dans les ateliers.

Elle créé pour elle, cependant très vite elle intègre l’autre et sa part d’inconnu dans son travail : « n’est-ce pas aussi une façon de rendre hommage à celles et ceux qui nous inspirent sans que l’on s’en rende compte ; l’artiste n’est-il pas une éponge émotionnelle avant d’être un médium ? En cela il se confond avec son art. Il devient son propre matériel» – – – –