DSCN2706.JPG
Camille Davin
Auteur et Metteur en scène

Pour contrer la peur qui me terrorise depuis toujours, j’invente des mondes et des interlocuteurs, et surtout quand ce n’est plus l’âge et plus le propos. Quand ça n’amuse plus ma famille, je commence à le faire plus discrètement et je m’inscris sans un mot au conservatoire du XVème arrondissement en 2006. Plus tard, l’écriture se fera ainsi, cachée, pour que personne ne sache que je mélange toujours tout : le réel, l’imaginaire, le rêve. Comme comédienne, j’ai la chance de travailler avec Léa Dant et la compagnie Théâtre du Voyage Intérieur. J’y explore un théâtre expérimental qui répond alors en partie à mes questionnements sur des formes théâtrales plus intérieures et plus en lien avec le public. En 2010, je joue dans La Cité Utopique(s) m.e.s de Bénédicte Lasfargues au Théâtre de la Commune à Aubervilliers. Ceux qui Tombent est mon premier texte de théâtre, il obtient les Encouragements de l’Aide à la création du CNT en 2012 puis est publié en ligne aux Presses Electroniques de France. Fin 2012, je mets en scène pour le collectif Platok Ne partez pas en guerre tout seul contre les foules , adaptation d’Ivanov de Tchékhov, jouée dans la région d’Angers et à Paris. En 2013 je monte Ceux qui Tombent à la Loge à Paris en mai puis au Lucernaire l’année suivante. J’assiste Roland Timsit dans La Carte du temps de Naomi Wallace à Avignon au Théâtre des Halles, puis au Théâtre 13. J’ écrst et mets en scène Grèves en juillet 2015 dans le cadre du Festival Lynceus dans les Côtes d’Armor, texte écrit à partir des paroles de marins a qui je donne rendez-vous dans les cafés sur le port. J’ écris aussi pour d’autres compagnies, comme la Compagnie Trama en 2013, Les Babouches d’Abou Kacem, écriture collective à partir d’un conte soufi, je co-écris Sous la Chair avec Léa Dant, qui est une ode à la féminité, puis pour la Compagnie des Ondes, compagnie de théâtre scientifique, un texte sur la lumière. En 2016, je collabore à l’écriture de Vole entre les deux de Christophe Laluque, tiré du mythe de Dédale et Icare pour l’Amin Théâtre. Le spectacle est joué à la Friche, Gare au Théâtre, Fontenay en scène. Je développe depuis 2012 un travail pédagogique autour de l’écriture et de la mise en scène auprès des lycéens, professeurs, femmes et prépas sur la question de la prise de parole en public. Je travaille aussi avec des enfants sur des mythes grecs dans des écoles parisiennes, et sur l’exil avec des enfants du CSV de la Grande Borne à Grigny, on met en scène les rêves d’enfants avec Yan Allegret au collège Elsa Triolet. J’interviens aussi à la Maison d’Arrêt de Fleury-Mérogis, et avec les détenus, leur paroles, leurs souvenirs et leurs désirs, nous créons un spectacle théâtral et sonore.