julien brean - 01recadre.jpg
Julien Bréan
Basse

Après une expérience de peintre aux ateliers décors de l’Opéra National de Paris, il est accessoiriste au festival des Chorégies d’Orange. Il assiste également la scénographe Emmanuelle Favre.

Il commence sa formation vocale auprès d’Elsa Maurus et de Thierry Dran. Il devient pensionnaire du Centre d’Art Lyrique de la Méditerranée, y suit les classes d’Elisabeth Vidal, André Cognet, Pierre Barrard et de Dalton Baldwin et se produit en concert à l’Opéra de Nice et au Château Grimaldi de Cagnes-sur-Mer.

Il interprète les rôles de Louchard (La Fille de Madame Angot), Monthabor (La Fille du Tambour-Major), l’Abbé Bridaine (Les Mousquetaires au Couvent) Calchas (La Belle Hélène), Crespel (Les Contes d’Hoffmann), Masetto (Don Giovanni), le Commandeur (Don Giovanni), dm Daniel Galvez-Vallejo, et Sarastro (Die Zauberflöte). On a pu l’entendre dans le rôle du Marquis d’Orbigny (version française de La Traviata) à l’Espace Pierre Cardin, dm Romain Dumas. Dans le répertoire d’oratorio, il a chanté le Père de famille dans L’Enfance du Christ, et les parties de basse solo de la Messe en ut mineur et du Requiem de Mozart.

En 2013, il créé le cycle de mélodie La Mort de Sardanapale de Romain Dumas d’après des poèmes de Bertrand Renard.

A partir de 2014, il participe à la tournée du CFPL dans le rôle travesti de la Duègne (Les Caprices de Marianne) qui lui permet de faire ses débuts dans les opéras de Reims, Metz Métropole, Marseille, Grand Théâtre de Tours et l’opéra du Grand Avignon, dm Claude Schnitzler. Il chante en 2015 son premier Zuniga (Carmen) au festival de Cahuzac.

Pour la saison 2015/2016, il fait ses débuts à l’Opéra de Vichy, l’Opéra de Rouen, au Capitole, au Grand Théâtre de Bordeaux et à l’Opéra de Limoges dans le rôle de la Duègne, dm Gwennolé Rufet. Il reprendra la partie de basse solo du Requiem de Mozart, et chantera son premier Colline (La Bohème), dm Romain Dumas.

Il se perfectionne actuellement avec Jacques Chuillon et Gregory Reinhart.