Zéno Bianu.jpg
Zeno Bianu
Auteur

Zéno Bianu est un poète, dramaturge, essayiste et traducteur français. Signataire du Manifeste électrique dans les années 1970, il est l’auteur d’une oeuvre foisonnante, interrogeant la poésie, le théâtre, le jazz et l’Orient. Ses poèmes ont notamment été publiés chez Gallimard (Infiniment proche, Le désespoir n’existe pas, Prendre feu – avec André Velter) et Fata Morgana (Traité des possibles, Le Ciel intérieur, La Troisième rive). Ses écrits entrent souvent en résonance avec les grandes figures-limites de l’art : Antonin Artaud, les Poètes du Grand Jeu, Van Gogh, Yves Klein...

Attentif à convoquer toutes les voix dans une sorte de chambre d’échos universelle, il multiplie les lectures publiques, à la frontière de la poésie, du théâtre et du récital-jazz. Il a ainsi enregistré plusieurs CD, dont Dans le feu du bleu (Thélème), avec Denis Lavant et publié Poèmes à dire, une anthologie de la poésie francophone contemporaine conçue sous l’angle de l’oralité (Poésie/Gallimard). On lui doit également une trilogie de jazz poems aux éditions du Castor Astral : Chet Baker (Déploration), Jimi Hendrix (Aimantation), John Coltrane (Méditation).

Ses pièces, éditées par Actes Sud-Papiers, ont été représentées au Festival d’Avignon et à l’Odéon-Théâtre de l’Europe, notamment Le Chevalier d’Olmedo, dans une mise en scène de Lluis Pasqual (Cour d’Honneur du Palais des papes), avec Jean-Marc Barr, L’Idiot, dernière nuit, avec Denis Lavant et Un Magicien, avec Robin Renucci. Ses textes ont croisé les voix de Tchéky Karyo, Jacques Bonnaffé, Jean- Luc Debattice, François Marthouret, Pierre Clémenti, Isabelle Carré, Juliet Berto, Geneviève Page, Thierry Hancisse, Clovis Cornillac, Agnès Sourdillon, Elise Caron.

Familier des poétiques orientales, il a composé deux anthologies de haïkus avec Corinne Atlan (Poésie/Gallimard). Il écrit pour Brigitte Chataignier La Chambre des Vertiges, Elémentaire, Gopika, et Gangâ.